Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Moyen-orient

Kofi Annan démissionne de son poste de médiateur dans la crise syrienne

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2012

L'émissaire international pour la Syrie a annoncé son intention de ne pas renouveler son mandat de médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, qui expirera le 31 août 2012. Annan déplore ne "pas avoir reçu tous les soutiens que la cause méritait."

AFP - Kofi Annan a dénoncé jeudi lors de l'annonce de sa démission du poste de médiateur de l'ONU pour la Syrie le manque d'unanimité au Conseil de sécurité de l'ONU, estimant par ailleurs que le président Bachar al-Assad doit "tôt ou tard" partir.

"J'ai fait de mon mieux", a déclaré M. Annan lors d'une conférence de presse à Genève.

"La gravité des coûts humanitaires du conflit, et les menaces exceptionnelles posées

La mission de Kofi Annan était surnommée la "mission impossible"

par cette crise à la paix et la sécurité internationales, ont justifié les tentatives pour atteindre une transition pacifique vers un règlement politique", a-t-il dit.

Mais "la militarisation croissante sur le terrain et le manque évident d'unité au sein du Conseil de sécurité, ont fondamentalement changé les circonstances pour l'exercice effectif de mon rôle", a affirmé l'ancien chef de l'ONU.

Expliquant son choix, M. Annan a par ailleurs déploré ne "pas avoir reçu tous les soutiens que la cause méritait" et évoqué des "divisions au sein de la communauté internationale", en particulier au Conseil de sécurité de l'ONU.

"Tout cela a compliqué mes devoirs", a-t-il affirmé.

Il a ainsi critiqué le fait que le Conseil de sécurité de l'ONU n'ait pas immédiatement "endossé" les conclusions de la réunion de Genève du 30 juin dernier lors de laquelle les Etats membres du groupe d'action sur la Syrie s'étaient mis d'accord sur les principes d'un processus de transition politique dirigé par les Syriens.

Or, a-t-il relevé, une "transition politique signifie que Assad doit tôt ou tard partir".

Quelques minutes avant la conférence de presse de M. Annan, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait annoncé dans un communiqué la "démission" de l'envoyé spécial.

M. Annan a informé l'ONU et la Ligue arabe "de son intention de ne pas renouveler son mandat quand il expirera le 31 août 2012", indique le texte.

M. Annan avait été nommé le 23 février dernier mais son plan de paix en six points pour régler le conflit en Syrie, prévoyant une cessation des combats entre gouvernement et opposition armée et une transition politique, n'a jamais pu être appliqué.

M. Ban a exprimé sa "très profonde gratitude (à M. Annan) pour ses efforts courageux et déterminés" et son "profond regret" de le voir partir.

Il a indiqué avoir entamé des consultations avec le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi pour "nommer rapidement un successeur".

Pour sa part, M. Annan a indiqué ne pas exclure que son successeur ait "plus de chance" et de "réussite" pour mener la Syrie vers la transition politique, excluant toutefois une "solution militaire".

Première publication : 02/08/2012

  • DIPLOMATIE

    Le dossier syrien divise Londres et Moscou

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - SYRIE

    Washington débloque 25 millions de dollars d'aide pour l'opposition syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    L’opposition syrienne toujours plus divisée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)