Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Afrique

Après le Sénégal, Hillary Clinton poursuit sa tournée africaine en Ouganda

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2012

Après avoir vanté le modèle démocratique sénégalais à Dakar, la secrétaire d'État américaine est attendue en Ouganda jeudi. Objectif : promouvoir les échanges commerciaux entre l'Afrique et les États-Unis. Elle se rendra vendredi au Soudan du Sud.

AFP - La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a quitté jeudi le Sénégal pour se rendre en Ouganda, avant de faire une brève incursion vendredi au Soudan du Sud, un Etat né il y a un an et qui ne parvient pas à régler ses différends avec le Soudan, a constaté un journaliste de l'AFP.

Lors de ses 36 heures passées à Dakar, Mme Clinton a vanté le "modèle" démocratique du Sénégal pour l'Afrique, un continent confronté à la présence d'Al Qaida au Mali, frontalier du Sénégal, et à l'offensive économique de la Chine.

Elle a eu des mots très chaleureux pour le nouveau président Macky Sall élu en mars au terme d'une alternance démocratique réussie dans une région plus habituée aux coups d'Etat.

La secrétaire d'Etat a indiqué mercredi soir dans un communiqué avoir eu avec M. Sall un "entretien complet et productif sur les questions économiques et de sécurité régionale" alors qu'Al-Qaïda est présente au Mali tout proche.

La tournée africaine de onze jours de Mme Clinton --Sénégal, Ouganda, Soudan du Sud, Kenya, Malawi, Afrique du Sud et Ghana-- vise à promouvoir la stratégie américaine en faveur du développement de l'Afrique que le président Barack Obama avait dévoilée en juin.

Il s'agit pour les Etats-Unis, a expliqué la secrétaire d'Etat, de "promouvoir le développement, de stimuler la croissance économique et les échanges commerciaux, de faire avancer la paix et la sécurité et de consolider les institutions démocratiques".

Après une nuit à Kampala, Mme Clinton, qui aura alors visité 104 pays depuis sa prise de fonction début 2009, doit se rendre vendredi matin au Soudan du Sud, qui a fêté son premier anniversaire le 9 juillet.

Elle s'entretiendra avec le président Salva Kiir "pour réaffirmer le soutien des Etats-Unis et encourager les négociations avec le Soudan afin de parvenir à un accord sur les questions de sécurité, de citoyenneté et sur le dossier pétrolier", selon le département d'Etat.

Les deux Etats se disputent sur la démarcation de la frontière et le partage de la manne pétrolière du Soudan d'avant la partition.

Aux Nations unies mardi, des membres du Conseil de sécurité ont intensifié leurs pressions sur Khartoum et Juba afin qu'ils s'entendent. Un ultimatum fixé par l'ONU expire jeudi.

Dans une résolution adoptée le 2 mai, le Conseil avait donné aux deux voisins jusqu'au 2 août pour régler leurs divergences jamais résolues depuis un an, sous peine de sanctions.

Mme Clinton doit ensuite retourner à Kampala, malgré la présence du virus Ebola. L'armée ougandaise traque avec l'Union africaine (UA) et une centaine de membres des forces spéciales américaines les rebelles de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) et leur chef Joseph Kony, recherché par la Cour pénale internationale (CPI).

Première publication : 02/08/2012

  • DIPLOMATIE

    A Dakar, Hillary Clinton érige la démocratie sénégalaise en modèle pour l'Afrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)