Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Monsieur le président, traitez les migrants humainement !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tribune sur la "liberté d'importuner" : Catherine Deneuve précise sa pensée

En savoir plus

Amériques

Le parti de l'ex-président Lula éclaboussé par un procès pour corruption

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2012

Sept ans après les faits, la Cour suprême juge le plus grand scandale de corruption sous la présidence Lula. Le "procès du siècle" concerne des ex-ministres accusés d'avoir trempé dans une vaste entreprise de corruption appelée "Mensalao".

AFP - La Cour suprême brésilienne a commencé jeudi à juger 38 personnes dans le cadre du plus grand scandale de corruption politique du Brésil impliquant le Parti des travailleurs (PT), au pouvoir depuis dix ans.

Le "procès du siècle", comme le qualifie la presse locale, concerne des ex-ministres, parlementaires, entrepreneurs et banquiers impliqués dans un réseau présumé d'achat de votes au Parlement orchestré par le parti de gauche entre 2002 et 2005.

La première audience, ouverte au public, a débuté avec la lecture par le président du Tribunal fédéral suprême Ayres Britto de la liste des personnes accusées d'enrichissement, de blanchiment d'argent, de corruption et de fraude, délits qui pourraient leur valoir jusqu'à 45 ans de prison.

Les accusés, qui comparaissent en liberté, devront répondre de leur implication dans un système perfectionné - appelé "mensalao" - destiné à acheter des soutiens au Congrès en faveur du gouvernement lors du premier mandat de Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2007), selon l'accusation.

Fondateur et dirigeant du PT, Lula a été mis hors de cause par la justice, mais le scandale a failli lui coûter sa réélection en 2006.

Parmi les accusés, figurent des dirigeants historiques du PT, dont trois ex-ministres - José Dirceu (chef de cabinet du président Lula), Luiz Gushiken (Communication) et Anderson Adauto (Transports) - et une dizaine d'anciens parlementaires de quatre partis membres de la coalition soutenant le président à l'époque.

Le PT, toujours au pouvoir, avec la présidente Dilma Roussef, a perdu avec cette affaire une génération de dirigeants historiques et l'image d'intégrité dont il jouissait depuis ses origines, sous la dictature (1964-1985).

Les premières condamnations sont attendues à la mi-septembre.
 

Première publication : 03/08/2012

  • BRÉSIL

    Le gouvernement de Dilma Rousseff éclaboussé par une nouvelle affaire de corruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)