Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Amériques

Le parti de l'ex-président Lula éclaboussé par un procès pour corruption

Vidéo par Nathalie PEREZ

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2012

Sept ans après les faits, la Cour suprême juge le plus grand scandale de corruption sous la présidence Lula. Le "procès du siècle" concerne des ex-ministres accusés d'avoir trempé dans une vaste entreprise de corruption appelée "Mensalao".

AFP - La Cour suprême brésilienne a commencé jeudi à juger 38 personnes dans le cadre du plus grand scandale de corruption politique du Brésil impliquant le Parti des travailleurs (PT), au pouvoir depuis dix ans.

Le "procès du siècle", comme le qualifie la presse locale, concerne des ex-ministres, parlementaires, entrepreneurs et banquiers impliqués dans un réseau présumé d'achat de votes au Parlement orchestré par le parti de gauche entre 2002 et 2005.

La première audience, ouverte au public, a débuté avec la lecture par le président du Tribunal fédéral suprême Ayres Britto de la liste des personnes accusées d'enrichissement, de blanchiment d'argent, de corruption et de fraude, délits qui pourraient leur valoir jusqu'à 45 ans de prison.

Les accusés, qui comparaissent en liberté, devront répondre de leur implication dans un système perfectionné - appelé "mensalao" - destiné à acheter des soutiens au Congrès en faveur du gouvernement lors du premier mandat de Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2007), selon l'accusation.

Fondateur et dirigeant du PT, Lula a été mis hors de cause par la justice, mais le scandale a failli lui coûter sa réélection en 2006.

Parmi les accusés, figurent des dirigeants historiques du PT, dont trois ex-ministres - José Dirceu (chef de cabinet du président Lula), Luiz Gushiken (Communication) et Anderson Adauto (Transports) - et une dizaine d'anciens parlementaires de quatre partis membres de la coalition soutenant le président à l'époque.

Le PT, toujours au pouvoir, avec la présidente Dilma Roussef, a perdu avec cette affaire une génération de dirigeants historiques et l'image d'intégrité dont il jouissait depuis ses origines, sous la dictature (1964-1985).

Les premières condamnations sont attendues à la mi-septembre.
 

Première publication : 03/08/2012

  • BRÉSIL

    Le gouvernement de Dilma Rousseff éclaboussé par une nouvelle affaire de corruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)