Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Moyen-orient

L'Assemblée générale de l'ONU accroît la pression sur Damas

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2012

L’Assemblée générale des Nations unies doit voter ce vendredi une résolution symbolique présentée par les pays arabes qui dénonce les bombardements "aveugles" menés par le régime de Damas et appelle à une transition politique en Syrie.

AFP - L'Assemblée générale de l'ONU doit voter vendredi sur une résolution présentée par le groupe des pays arabes qui dénonce le bombardement des villes rebelles par l'armée syrienne et réclame une transition politique en Syrie.

Cette initiative a une portée essentiellement symbolique puisque l'Assemblée ne peut émettre que des recommandations, contrairement au Conseil de sécurité.

Mais elle pourrait contribuer à accroître la pression sur Damas si les 193 pays membres votent massivement en faveur du texte, qui doit être adopté à la majorité sans possibilité de veto. Une précédente résolution de l'Assemblée, le 16 février, avait recueilli 137 voix.

Ce vote intervient au lendemain de la démission du médiateur international pour la Syrie Kofi Annan, ce qui pourrait entraîner des modifications de dernière minute du texte.

Contrairement à des versions précédentes, le dernier projet disponible ne demande plus explicitement le départ du pouvoir du président syrien Bachar al-Assad, ni l'application de sanctions économiques similaires à celles adoptées par la Ligue arabe en novembre 2011.

Le texte souligne l'inquiétude suscitée par les armes chimiques syriennes, demandant à Damas de ne pas les utiliser et de les stocker en sécurité. Il exige aussi du gouvernement syrien un libre accès à la population pour les organisations humanitaires.

La France, qui assume la présidence tournante du Conseil en août, a apporté son "ferme soutien" à cette initiative arabe, selon son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Selon des diplomates, cette initiative reflète la frustation de nombreux pays devant le blocage du Conseil de sécurité par la Russie et la Chine, qui ont mis leur veto à trois résolutions occidentales depuis un an.

"Ce texte n'aura pas la même force (qu'une résolution du Conseil), mais il envoie le même message, à savoir que la communauté internationale veut vraiment agir et que la Russie et la Chine représentent une infime minorité", a déclaré jeudi l'ambassadeur français, Gérard Araud.

Le projet de résolution, rédigé par l'Arabie saoudite avec d'autres pays arabes, déplore "l'incapacité du Conseil de sécurité" à faire appliquer ses décisions. Il dénonce aussi "l'utilisation croissante par les autorités syriennes d'armes lourdes" dans les villes, notamment le "bombardement aveugle par des chars et des hélicoptères", et demande à Damas de respecter sa promesse de "cantonner ses troupes et ses armes lourdes dans leurs casernes".

La résolution réclame la mise en place d'un "organisme provisoire de gouvernement consensuel", ce qui entraînerait de facto le départ de Bachar al-Assad, ainsi que l'organisation d'élections libres.

L'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, a indiqué jeudi qu'il voterait contre.

Première publication : 03/08/2012

  • SYRIE

    Combats à Damas et bombardements à Alep

    En savoir plus

  • ONU

    Kofi Annan démissionne de son poste de médiateur dans la crise syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    L’opposition syrienne toujours plus divisée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)