Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

Moyen-orient

L'Assemblée générale de l'ONU condamne l'inaction du Conseil de sécurité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/08/2012

Les membres de l’Assemblée générale des Nations unies ont adopté ce vendredi, à une large majorité, une résolution appelant à une transition politique à Damas et condamnant l'inaction du Conseil de sécurité sur le conflit syrien.

AFP - L'Assemblée générale de l'ONU a adopté vendredi à une large majorité une résolution dénonçant le pilonnage des villes rebelles par l'armée syrienne et critiquant l'impuissance du Conseil de sécurité à agir pour faire cesser le conflit en Syrie.

La résolution, présentée par l'Arabie saoudite au nom du groupe arabe et soutenue par

"Je ne veux pas que les Nations unies échouent" Ban Ki-moon

une soixantaine de pays parmi lesquels les États-Unis et les Européens, dont la France, a été adopté par 133 voix sur les 193 pays membres.

Douze pays ont voté contre et 31 se sont abstenus.

Au lendemain de la démission du médiateur Kofi Annan, le texte déplore "que le Conseil de sécurité n'ait pu s'accorder sur des mesures qui obligeraient les autorités syriennes à respecter ses décisions". M. Annan avait justifié sa démission par un manque de soutien des grandes puissances à sa mission.

Depuis le début de la crise syrienne en mars 2011, la Russie et la Chine ont bloqué toutes les tentatives occidentale au Conseil pour faire pression sur le régime syrien en le menaçant de sanctions.

Cette résolution a une portée essentiellement symbolique puisque l'Assemblée ne peut émettre que des recommandations, contrairement au Conseil de sécurité.

Juste avant le vote, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait appelé solennellement les grandes puissances à dépasser leurs "rivalités", estimant que "les intérêts immédiats du peuple syrien (devaient) prévaloir sur les rivalités ou les luttes d'influence".

Première publication : 03/08/2012

COMMENTAIRE(S)