Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : 35 militants indépendantistes basques devant la justice

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

SPORT

Le roi Federer balayé dans son jardin

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 06/08/2012

Surclassé en finale du simple messieurs par le Britannique Andy Murray sur le gazon de Wimbledon, Roger Federer, numéro 1 mondial, ne remportera pas le seul titre qui manque à son immense palmarès, garni entre autres de 17 tournois du Grand chelem.

À 31 ans, le Suisse Roger Federer ne réalisera pas son rêve : remporter la médaille d’or en individuel aux Jeux olympiques. Le Bâlois avait fait de l’obtention du titre olympique l’objectif de son année. Et dans son antre, sur son gazon chéri de Wimbledon, là où il s’est imposé à sept reprises, l'opportunité était immense.

Gazon maudit

Mais le numéro 1 mondial est tombé, dimanche, sur un Andy Murray en état de grâce. L'Écossais, âgé de 25 ans, a pris sa revanche sur Federer, qui l'avait battu ici-même il y a un peu plus d'un mois en finale du tournoi du Grand chelem de Wimbledon.

Sous les vivats d’un public acquis à sa cause, Murray a réussi à se débarrasser - et de quelle manière ! - de cette étiquette de perdant qui lui collait à la peau, lui qui s’est incliné dans les quatre finales d'un tournoi du Grand chelem auxquelles il a pris part.

Le quatrième joueur mondial a infligé une leçon à Roger Federer, humilié en trois sets (6-2, 6-1, 6-4). Devant des gradins constellés d'Union Jacks inhabituellement hostiles au champion suisse qui a toujours été le favori d'un public réputé pour sa retenue, Federer est très vite apparu sans ressort. Ecoutez sa réaction au micro de RFI :

JO 2012 - Roger Federer, médaillé d'argent à Wimbledon, battu par Andy Murray


Il faut dire que le Suisse avait dû passer 4 heures et 26 minutes sur le court en demi-finale pour éliminer l’Argentin Juan-Martin Del Potro, à l'issue du match en trois sets le plus long de l'ère Open. Il a donc tout naturellement fini par payer ses efforts.

Murray succède à Rafael Nadal

Se déplaçant beaucoup moins bien qu'à l'habitude, Federer n'a jamais réussi à prendre de vitesse Andy Murray. Le Bâlois a commis 31 fautes directes pour seulement 24 coups gagnants, un ratio qui ne lui donnait guère de chances de l’emporter. Pire : le Suisse a été incapable de concrétiser la moindre balle de break (0 sur 9).

À l’inverse, Murray a joué le meilleur tennis de sa carrière, alignant neuf jeux consécutifs, de 2-2 dans le premier set à 5-0 dans le troisième ! Virevoltant, poussé comme jamais par un public surexcité, l’Ecossais a conclu cette finale sur un ace pour aller s'offrir l'or olympique et succéder à Rafael Nadal, sacré à Pékin en 2008. Il est le premier Britannique champion olympique de tennis en simple depuis Arthur Gore, qui s'était imposé en 1908 - à Londres déjà.

Roger Federer, médaillé d’or en double avec Stanislas Wawrinka à Pékin, doit, lui, se contenter de la médaille d'argent, tandis que l'Argentin Juan-Martin Del Potro, vainqueur du Serbe Novak Djokovic (7-5 6-4), remporte le bronze.

Première publication : 05/08/2012

  • JO - TENNIS

    De l'argent et du bronze pour le tennis français

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Roger Federer : "Les JO de Londres seront plus difficiles que Wimbledon"

    En savoir plus

  • TENNIS

    Roger Federer remporte son septième tournoi de Wimbledon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)