Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: présercer son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

Economie

Le robot Curiosity s'est posé sur Mars avec succès

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/08/2012

Lancé par la Nasa pour découvrir, entre autres, d'éventuelles traces de vie passée sur Mars, le robot Curiosity s'est posé sans difficulté ce lundi sur la planète rouge, au terme de sept minutes de suspense.

AFP - Le robot Curiosity s'est posé lundi avec succès sur Mars, un exploit et un soulagement pour la Nasa, qui n'avait jamais envoyé un robot aussi perfectionné sur une autre planète, ouvrant ainsi une nouvelle ère d'exploration de la planète rouge.

Le robot s'est posé à 05H32 GMT lundi. "Le contact (avec le sol) est confirmé", a annoncé un membre de le mission de contrôle, au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de Pasadena (Californie), à l'est de Los Angeles.

Les membres de la mission de contrôle ont explosé de joie à l'annonce de l'atterrissage du robot, au terme d'une descente de sept minutes extrêmement

Les roues de curiosity ont commencé à tracer un chemin pour l'humanité sur Mars.

délicate, qui semble s'être déroulée exactement selon le plan prévu.

Le président américain Barack Obama a immédiatement salué dans un communiqué l'atterrissage de Curiosity, "le plus perfectionné des laboratoires mobiles à se poser sur une autre planète", comme "un exploit technologique sans précédent qui restera comme un jalon de fierté nationale à l'avenir".

Les Etats-Unis ont "fait l'histoire" avec cet exploit, a-t-il ajouté.

Peu avant O5H30 GMT (22H30 dimanche soir en Californie), la mission de contrôle avait annoncé avoir reçu un premier signal du robot, juste avant son entrée dans l'atmosphère de la planète rouge, avant de confirmer qu'il avait déployé correctement son parachute -- deux signes extrêmement encourageants.

Juste après l'atterrissage du robot, entre les rires et les applaudissements, un des responsables de la mission a distribué des barres chocolatées Mars à ses équipes, dont les membres s'embrassaient et se félicitaient les uns les autres.

Le soulagement a été suivi d'une seconde explosion de joie lorsque le robot a envoyé une première photo d'une de ses roue posée dans le cratère de Gale, puis une seconde immédiatement après, d'une étonnante clarté, de son ombre portée sur la terre martienne, juste après son atterrissage.

Charles Bolden, l'administrateur de la Nasa a estimé que c'était "un grand jour pour la nation (américaine), un grand jour pour tous nos partenaires qui ont (du matériel) sur Curiosity et un grand jour pour le peuple américain".

Le conseiller scientifique du président Obama, John Holdren, interrogé sur par le canal de TV interne de la Nasa, a affirmé pour sa part que l'arrivée de Curiosity sur Mars -- une mission d'un coût de 2,5 milliards de dollars -- constituait "un énorme pas en avant dans l'exploration des planètes".

"Personne n'avait fait quelque chose comme cela. Nous sommes de fait le seul pays à avoir fait atterrir (des robots) sur une autre planète", a-t-il ajouté.

Curiosity -- si tout continue à se passer comme prévu -- s'ajoute en effet à la liste des missions martiennes américaines réussies, après Viking 1 et 2 (1976), Pathfinder (1997) Mars Exploration Rovers (2004) ou Phoenix (2008).

Débordants de joie, les employés ayant travaillé sur la mission, vêtus de d'un polo bleu avec la date du 5 août brodée sur le coeur, ont fait irruption dans la salle où les responsables de la mission allaient tenir leur première conférence de presse, en brandissant des petits drapeaux américains, semant une joyeuse pagaille pendant plusieurs minutes.

Adam Seltnzer, responsable de la phase de l'atterrissage, est apparu en larmes et a

INFOGRAPHIE
remercié "les polos bleus": "Je serai satisfait si cela reste comme la meilleure chose que j'ai faite dans ma vie", a-t-il dit lors d'une conférence de presse aux accents résolument patriotiques.

La tâche qui attend maintenant ce robot de 900 kg, de la taille d'une voiture et à la vague allure de cyclope -- avec le large objectif de l'une de ses 17 caméras monté sur un mât à deux mètres du sol -- est colossale.

Alimenté par un générateur nucléaire, il tentera de découvrir si l'environnement martien a pu être propice au développement de la vie.

"Curiosity va étudier les roches" qui l'entourent, a expliqué à l'AFP Dr Randii (bien Randii) Wessen, ingénieur sur la mission. "Il pourra les évaluer de loin, avec son laser, il pourra aussi prendre des roches et étudier leur composition, et nous avons une foreuse qui pourra creuser dans la roche et l'apporter dans le laboratoire de bord" du robot, a-t-il poursuivi.

"C'est vraiment un pas de géant dans l'éventail de possibilités qu'on a pu avoir à ce jour sur Mars. C'est énorme", a-t-il ajouté.

Avant de prendre la route, Curiosity va néanmoins vérifier avec ses concepteurs terriens que tout ses appareils sont en ordre de marche -- un processus qui prendra plusieurs jours, voire semaines.

 

Première publication : 06/08/2012

  • ESPACE

    Curiosity en phase d’approche de la planète Mars

    En savoir plus

  • ESPACE

    Les astronautes de la mission Mars 500 achèvent leur voyage simulé sur la planète rouge

    En savoir plus

  • BIOLOGIE

    Arsenic et vieilles ficelles pour la Nasa et sa prétendue nouvelle forme de vie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)