Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Afrique

Boko Haram revendique un nouvel attentat à la voiture piégée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/08/2012

Un attentat suicide à la voiture piégée a fait au moins sept morts dont six soldats ce dimanche. Le groupe islamiste radical Boko Haram a revendiqué l'attaque.

AFP - Un kamikaze a tué au moins sept personnes dont six soldats, en projetant sa voiture dimanche contre une patrouille militaire dans la ville de Damaturu, dans le nord-est du Nigeria, a indiqué le chef de la police de l'Etat.

"Il a fait exploser la bombe qu'il transportait dans sa voiture, se tuant lui-même. Six soldats ont aussi été tués, neuf autres ont été blessés et sont maintenant à l'hôpital", a déclaré à l'AFP Patrick Egbuniwe, le commissaire de la police de l'Etat de Yobe. "Un civil a été tué et un autre blessé", a-t-il ajouté.

Selon M. Egbuniwe, le kamikaze, poursuivi par un véhicule de patrouille militaire, s'est fait exploser quand les militaires l'ont rattrapé.

Cette attaque a été revendiquée par le groupe islamiste radical Boko Haram, dont l'insurrection a causé la mort de plus de 2.000 personnes depuis la mi-2009.

Damaturu est située dans l'Etat de Yobe, durement touché par des attaques attribuées à Boko Haram.

Vendredi, le plus haut dignitaire religieux musulman de l'Etat de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, l'émir Muhammad Abali, a échappé à une tentative d'attaque par un kamikaze dans la localité de Potiskum, située dans cet Etat, ont indiqué des habitants.

Le kamikaze est mort dans l'explosion de sa bombe, qui a également blessé plusieurs personnes, selon les mêmes sources.

La tentative d'attaque est survenue alors que l'émir Muhammad Abali, dont le titre officiel est émir de Fika, quittait la principale mosquée de la ville après les prières du vendredi.

Dans une vidéo mise en ligne samedi, le chef présumé du groupe islamiste radical nigérian Boko Haram, Abubakar Shekau, a qualifié le président américain Barack Obama de "terroriste" après la décision de Washington de le placer sur la liste noire anti-terroriste des Etats-Unis.

"Vous avez dit que je suis un terroriste mondial, alors vous serez un terroriste dans le monde à venir", affirme, en s'adressant à M. Obama, Abubakar Shekau, qui s'exprime en haoussa dans cette vidéo, similaire aux précédents enregistrements mis en ligne du chef présumé de Boko Haram.

Dans la même vidéo, le chef présumé de Boko Haram a demandé au président nigérian Goodluck Jonathan de démissionner et de se convertir à l'islam.

Dimanche, le président Jonathan a condamné le "chantage" d'Abubakar Shekau. "Quand les Nigerians ont majoritairement voté pour le président Jonathan à l'élection présidentielle de 2011, ils savaient qu'ils élisaient un chrétien (...) En tant que président, M. Jonathan est le dirigeant des chrétiens et des musulmans", a souligné son porte-parole.

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique et premier producteur de brut du continent, est divisé entre un Nord majoritairement musulman et un Sud à dominante chrétienne.

Première publication : 06/08/2012

  • NIGERIA

    Cinq dignitaires musulmans tués dans un attentat-suicide

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Le président nigérian accuse Boko Haram de vouloir déstabiliser le gouvernement

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Plus de 80 personnes périssent dans des affrontements dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)