Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Amériques

Le tireur présumé du Wisconsin était lié à la mouvance néo-nazie

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2012

Wade Michael Page, l'auteur présumé de la fusillade qui a fait six morts dans un temple sikh à Oak Creek, dans le Wisconsin dimanche, semblait lié à des groupes racistes prônant la suprématie de la race blanche.

REUTERS - L'homme qui a tué six personnes dimanche dans un temple sikh du Wisconsin était un ancien militaire de 40 ans et ses éventuels liens avec des
groupes racistes font l'objet d'une enquête.

Formellement identifié comme étant Wade Michael Page, il avait servi dans l'armée de terre américaine entre 1992 et 1998, a déclaré le chef de la police John Edwards.

Selon le Southern Poverty Law Center(SPLC), une association qui suit l'extrême droite et répertorie les associations prônant la haine raciale et la suprématie blanche, il a été membre de deux groupes de musique racistes, End Apathy et Definite Hate,
"un groupe dont l'album 'Violent Victory' montre un bras blanc sans corps donnant un coup de poing à la figure à un homme noir."

Une page de MySpace pour ce qui semble être End Apathy contient des chansons aux titres tels qu'"Autodestruction", "Insignifiant" et "Soumission" ainsi que des photos de trois membres du groupe fortement tatoués.

Sur l'un des T-shirts dont le groupe fait la publicité sur la page, figure le nombre 14 en chiffres romains, ce qui, selon le SPLC, fait référence aux 14 mots du slogan de la suprématie blanche : "nous devons assurer l'existence de notre peuple et un
avenir pour les enfants blancs."

Dans une vidéo d'une chanson de Definite Hate mise en ligne sur YouTube en 2009, les paroles disent, selon la transcription : "Réveille-toi, homme blanc, pour ta race et ta terre".

Le SPLC fait part d'une interview de 2010 avec le site web tenant de la suprématie blanche, Label 56, dans lequel Wade Michael Page raconte avoir joué dans divers groupes depuis 2000, date à laquelle il a quitté son Colorado natal.

Page a également tenté d'acheter du matériel au groupe néo-nazi National Alliance en 2000, a ajouté Heidi Beirich, directrice du SPLC. Ce groupe est décrit par le SPLC sur son site internet comme étant "peut-être la formation néo-nazie la plus dangereuse et la mieux organisée aux États-Unis".

Lors d'une interview en ligne réalisée en 2010, Page expliquait avoir formé le groupe End Apathy en 2005 parce qu'il "avait réalisé (...) que si [ils arrivaient] à trouver le moyen d'éteindre l'apathie des gens [ils pourraient] faire bouger les choses."

Deux ans plus tôt, en 1998, Page avait été renvoyé à la vie civile pour "mauvaise conduite", dit-on de sources militaires. Il avait occupé les postes de spécialiste en opérations psychologiques et de réparateur du système de missile Hawk.

En juin 1998, il était passé en procédure disciplinaire pour état d'ébriété. Dégradé du rang de sergent, il n'avait ensuite plus la possibilité de s'engager.

Première publication : 06/08/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Plusieurs morts lors d'une fusillade dans un temple sikh du Wisconsin

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Tuerie d'Aurora : coup de folie passager ou acte prémédité ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le suspect de la fusillade d'Aurora devant la justice américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)