Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Les Écossais disent "non" à l’indépendance

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Les volleyeurs français dans le dernier carré du mondial

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao écope de six mois de suspension

    En savoir plus

  • Alibaba lève plus de 25 milliards de dollars à Wall Street

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

Afrique

Compaoré recevra "bientôt" les islamistes maliens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2012

En visite à Gao, au Mali, le ministre burkinabè des Affaires étrangères a annoncé que son président, Blaise Compaoré, médiateur de la Cédéao dans la crise malienne, rencontrerait les islamistes armés qui contrôlent le nord du Mali depuis quatre mois.

AFP - Le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, dont le pays conduit la médiation dans la crise malienne, s'est rendu mardi dans le nord du Mali aux mains des islamistes, et a reçu le soutien d'Ansar Dine, l'un des groupes qui contrôlent la région.

Parti en hélicoptère de Ouagadougou, M. Bassolé a commencé cette première visite d'une journée à Gao, ville contrôlée par les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), avant une étape à Kidal (nord-est), fief d'Ansar Dine (Défenseurs de la religion, en arabe).

A l'issue d'un entretien à Kidal avec le ministre, le chef d'Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly, a appuyé la médiation que le président burkinabè conduit au nom de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

"On est contents. On soutient, on accepte la médiation du président Compaoré", a lancé le chef touareg, en boubou bleu ciel et turban blanc, devant quelques journalistes.

"Inch' Allah (si Dieu le veut) on va faire ce chemin ensemble. Allah va aider chacun à trouver ce qu'il veut", a-t-il seulement ajouté.

Le leader islamiste, qui a accueilli chaleureusement son hôte, n'a pas dit ce qui pourrait faire l'objet de négociations pour son groupe, qui entend imposer la charia (loi islamique) dans tout le Mali, comme le Mujao, lui aussi allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Emissaire de plus haut rang à se rendre dans le nord du Mali depuis la partition de fait du pays, M. Bassolé s'est aussi entretenu à Kidal avec l'incontournable autorité morale de la ville, le patriarche touareg Intalla Ag Attaher.

A Gao dans la matinée, l'envoyé burkinabè n'avait pas rencontré de personnalité du Mujao. Ce groupe dissident d'Aqmi est, comme ces jihadistes, officiellement considéré comme infréquentable par la Cédéao en raison de ses actions "terroristes". "On discute avec tout le monde", a cependant assuré le diplomate.

Après une visite de l'hôpital, il a eu une réunion avec des chefs coutumiers et des représentants des communautés de Gao, pour leur "apporter le message de la paix". "Il doit y avoir de la place pour le dialogue", a-t-il avancé, souhaitant obtenir "très rapidement" une "cessation complète des hostilités".

Rendez-vous à Ouagadougou


Il a annoncé que M. Compaoré recevrait "bientôt" les responsables communautaires de la zone à Ouagadougou pour examiner les "pistes de solutions".

"Ici, unanimement, on n'est pas pour l'indépendance, on est Maliens", a lancé le porte-parole des communautés de Gao, Mohamed Ould Matali. Il a assuré que les habitants vivaient "en parfaite symbiose avec le Mujao".

Les efforts du Mujao pour imposer la charia créent pourtant de fortes tensions: dimanche à Gao, des locaux ont empêché les islamistes de couper la main d'un voleur.

Le Burkina Faso dit vouloir favoriser des discussions directes entre les autorités maliennes de transition et les groupes armés du Nord, théâtre de multiples exactions contre les civils.

M. Compaoré a reçu en juin, séparément, des délégations d'Ansar Dine et de la rébellion touareg indépendantiste du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), depuis plusieurs semaines évincée de la région.

A Bamako, deux procès liés à l'agression violente du président par intérim Dioncounda Traoré le 21 mai se sont tenus mardi devant un même tribunal, dont le verdict sera rendu le 28 août.

Rentré fin juillet après une convalescence de deux mois à Paris, M. Traoré a annoncé la création de nouveaux organes de la transition et se charge de former le gouvernement d'"union nationale" exigé par la Cédéao, et attendu dans les prochains jours.

Ce cabinet d'union doit avoir l'assise suffisante pour permettre d'engager la reprise du Nord, par le dialogue ou les armes.

La Cédéao continue de jouer la carte de la négociation avec les islamistes, mais se dit prête à envoyer au Mali une force de quelque 3.300 soldats en cas de nécessité. Elle attend pour cela une demande formelle de Bamako, un mandat du Conseil de sécurité de l'ONU et un soutien logistique occidental.

Première publication : 07/08/2012

  • MALI

    La médiation burkinabè est à Gao pour rencontrer les islamistes maliens

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    La Cédéao formule une nouvelle demande d'intervention au Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Le président par intérim Dioncounda Traoré dévoile son plan pour la transition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)