Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

La médiation burkinabè est à Gao pour rencontrer les islamistes maliens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2012

Le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé (photo), est l'émissaire de plus haut rang à se rendre dans le nord du Mali depuis que la région est sous le contrôle des groupes islamistes armés.

AFP - Le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, dont le pays conduit la médiation dans la crise malienne, est arrivé mardi matin à Gao, dans le nord du Mali, pour rencontrer les islamistes qui contrôlent la ville, a constaté l'AFP.

Accompagné d'un conseiller et de quelques journalistes, M. Bassolé, parti en hélicoptère de Ouagadougou, a été accueilli à l'aéroport de Gao par des notables et un responsable local du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), le groupe islamiste qui tient la ville.

Il se rend à Gao puis Kidal (nord-est) pour "porter un message" aux groupes armés islamistes de la part du président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), a indiqué le ministre avant son départ.

Il s'agit de l'émissaire de plus haut rang à se rendre dans le nord du Mali depuis que la région est occupée par des groupes armés islamistes alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui ont commencé à y appliquer la charia (loi islamique).

Après son arrivée, M. Bassolé s'est rendu à l'hôpital de Gao, où il a rencontré médecins et infirmiers.

Le médecin-chef Moulaye Guiteye lui a fait le point de la situation. "Grâce à l'aide des ONG, nous avons des médicaments", a-t-il dit, déplorant toutefois le manque de certains équipements techniques.

Entouré d'infirmières voilées pour la plupart, il a ajouté que l'hôpital avait dû faire appel à des habitants pour aider à traiter les patients, après le départ de nombreux membres du personnel à la suite de la chute de Gao.

A travers la ville plutôt paisible dans la matinée étaient visibles de nombreux pick-up du Mujao.

Première publication : 07/08/2012

  • MALI

    Le président par intérim Dioncounda Traoré dévoile son plan pour la transition

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    La Cédéao formule une nouvelle demande d'intervention au Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Le président Dioncounda Traoré de retour à Bamako après deux mois d'absence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)