Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

FRANCE

Le journaliste français Michel Polac est mort à l'âge de 82 ans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2012

Michel Polac, journaliste, écrivain, critique et producteur, notamment de la mémorable émission polémique "Droit de réponse" créée en 1981, est mort mardi à l'âge de 82 ans, d'"épuisement après plusieurs maladies" selon sa famille.

AFP - Michel Polac, journaliste, écrivain, critique et producteur de radio-télévision, notamment de la célèbre émission "Droit de réponse", est mort mardi à l'âge de 82 ans, a annoncé mardi sa famille à l'AFP.

"L'inventeur des premières émissions culturelles en public"

La ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, a affirmé mardi qu'avec Michel Polac, mort à l'âge de 82 ans, "disparaît un authentique pionnier de la télévision et l'inventeur des premières émissions culturelles en public".

"Michel Polac était une personnalité forte, un contestataire souvent contesté, qui impressionnait par sa verve et son humour décapant, mais aussi par sa passion pour le livre et sa capacité à défendre les nouveaux talents", a souligné la ministre dans un communiqué.

"L'homme engagé était aussi un écrivain prolixe qui savait admirablement nous faire partager son amour de la langue. Au sens le plus fort et le plus beau du terme, Michel Polac était un homme de lettres", conclut Mme Filippetti.



Au cours d'une longue carrière, il a notamment créé "Le Masque et la Plume" en 1955 qu'il a animé jusqu'en 1970. Présentateur de plusieurs émissions littéraires à la télévision, il a également produit et réalisé des documentaires, notamment sur Céline. Auteur d'une quinzaine d'ouvrages et d'autant de films, il avait créé l'événement en étant renvoyé de TF1 après la privatisation de la chaîne à la suite d'une ultime édition de "Droit de réponse" créée en 1981.

Selon sa famille, Michel Polac est mort "d'épuisement après plusieurs maladies".

Né à Paris en 1930, il avait fait ses débuts comme producteur et animateur en 1951 à la Radiodiffusion télévision française (RTF) devenue ORTF.

Michel Polac avait parallèlement été critique dramatique et chroniqueur au journal Arts (1953-64), puis critique littéraire à l'Express.

Créateur de la première émission polémique de débats à la télévision avec "Droit de Réponse" sur TF1 en 1981, il a animé ces soirées du samedi avec énergie.

TF1 privatisée en 1987, son propriétaire Francis Bouygues le congédie quelques mois plus tard après que Michel Polac a lu à l'antenne et en direct la légende d'un dessin de Cabu: "Une maison de maçon, une télé de M...".

L'année précédente, Michel Polac avait été récompensé par le "7 d'Or" du meilleur animateur.

Il devient ensuite chroniqueur pendant dix ans à l'Evénement du jeudi et anime l'émission "Libre et change" jusqu'en 89. Collaborateur de France Inter jusqu'en 2005, il a aussi tenu une rubrique régulière dans Charlie Hebdo.

Auteur de plusieurs romans et essais, il a notamment publié "Une vie Incertaine" (1956, réédité en 2007) et en 2000 des extraits de son journal intime couvrant la période 1980-1998.

Michel Polac a réalisé plusieurs films et téléfilms dont son "Autoportrait en vieil ours" en 1998, mais aussi "Un fils unique" (prix Georges Sadoul 1970) et "Monsieur Jadis" (1975).

Il est aussi passé devant la caméra au moins à deux reprises, en 1997 dans "Post coïtum, animal triste" de Brigitte Roüan et en 2005 dans "Imposture" de Patrick Bouchitey où il jouait le président du jury d'un prix littéraire.

 

Première publication : 07/08/2012

  • LITTÉRATURE

    Le romancier américain Gore Vidal est mort à l'âge de 86 ans

    En savoir plus

  • DISPARITION

    Robert Sabatier, l'auteur des "Allumettes suédoises", est mort

    En savoir plus

  • LITTÉRATURE

    L'écrivain américain de science-fiction Ray Bradbury est décédé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)