Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Les pluies diluviennes font au moins 68 morts et paralysent le pays

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2012

Les pluies de mousson et le typhon Saola ont inondé les Philippines ces derniers jours, causant la mort de 68 personnes et la paralysie des infrastructures. De fortes pluies sont encore attendues dans les prochaines 24 heures.

AFP - Les pluies de mousson qui se sont abattues ces derniers jours sur les Philippines ont noyé la moitié de la capitale Manille, paralysé les transports, les administrations et les écoles, et fait 68 morts à travers le pays, selon un nouveau bilan annoncé mardi.

A Manille, où il est tombé en 24h l'équivalent de quinze jours de précipitations à cette époque, les inondations ont coupé les routes et les écoles, la Bourse, les bureaux et les administrations étaient quasiment déserts mardi. L'armée a été appelée en renfort pour assurer les évacuations et secourir les habitants réfugiés dans les étages ou sur les toits.

Les intempéries ont fait 18 morts, dont neuf membres d'une même famille emportés par un glissement de terrain dans un bidonville du nord de la ville. "Les pluies ont fragilisé le terrain et quatre maisons ont été ensevelies", a expliqué Maribel Mendoza, une responsable locale.

Ce bilan porte à 68 le nombre de victimes des pluies de mousson et du typhon Saola qui a balayé le nord du pays la semaine dernière, faisant par ailleurs plus de 268.000 déplacés.

"Au moins 50% du grand Manille est inondé. De fortes pluies sont attendues dans les prochaines 24 heures. Les inondations vont s'aggraver", a déclaré à l'AFP Jean Navarez de l'agence météorologique des Philippines.

Au moins 20.000 personnes ont dû abandonner leurs maisons, et les plus pauvres vivant à proximité des égouts et des cours d'eau en crue dans les bidonvilles de la métropole de 15 millions d'habitants sont les plus vulnérables.

Dans les rues submergées où la crue atteint par endroit la hauteur d'un homme, des enfants offraient leur concours au moyen de radeaux de fortune confectionnés avec des planches de bois et des troncs de bananiers.

Les secours étaient ralentis localement par les courants violents qui mettent en danger les équipes de sauveteurs, a expliqué Cora Agulan, du Conseil national de gestion et de prévention des catastrophes naturelles.

"Le courant est trop fort, et nous devons attacher nos bateaux pneumatiques avec des cordes pour qu'ils ne soient pas emportés", a-t-elle indiqué.

Une vingtaine de typhons frappent les Philippines chaque année pendant la saison (été et automne).

Les derniers, en septembre 2011, Nesat et Nalgae, ont causé la mort d'au moins 101 personnes, et des dizaines de milliers d'autres n'ont pu regagner leurs logements à cause des inondations, ont indiqué dimanche les autorités.

En 2009, la tempête tropicale Ketsana, qui avait noyé une grande partie de Manille sous les eaux, avait fait 464 victimes.

Première publication : 07/08/2012

  • INTEMPÉRIES

    Après un passage meurtrier aux Philippines, le typhon Saola s'abat sur Taïwan

    En savoir plus

  • CATASTROPHE NATURELLE

    Des dizaines de morts dans un glissement de terrain aux Philippines

    En savoir plus

  • PHILIPPINES

    Le bilan des victimes de la tempête Washi dépasse le millier de morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)