Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

SPORT

Londres-2012 : la "Team GB", une exception à la règle

Texte par Trésor KIBANGULA

Dernière modification : 07/08/2012

Alors que les nations du Royaume-Uni défendent leurs couleurs lors des tournois de rugby et de football, Anglais, Écossais, Gallois, et Nord-Irlandais participent aux JO sous la bannière britannique. Signe d'appartenance ou tradition olympique ?

La question taraude les esprits : pourquoi l’Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord ne participent pas séparément aux Olympiades, alors que c'est le cas dans d'autres compétitions quand il s'agit de football, de rugby, de boxe, de curling, ou même d’alpinisme. Aux Jeux olympiques, ces quatre nations portent toutes les couleurs de l'Union Jack.

Si la Fédération internationale de football (FIFA) a permis, en1946, aux quatre nations du Royaume-Uni de participer individuellement à des tournois internationaux, le Comité international olympique (CIO), lui, n’ouvre la voie des Jeux qu’aux seuls États indépendants. "Les Comités nationaux olympiques ont compétence exclusive pour représenter leurs pays respectifs aux JO et aux compétitions multisportives régionales, continentales ou mondiales", peut-on lire dans la Charte olympique.

Un royaume uni pour les Jeux

Team GB avec David Walliams

Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, le Royaume-Uni n'est plus parvenu à envoyer une équipe britannique dans chacune des disciplines olympiques. Organisatrice des Jeux de Londres, la British olympic association (BOA), comité national olympique de la Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord, s'est retrouvé face à un défi de taille : reconstituer la "Team GB" qui devra représenter le Royaume-Uni dans toutes les sports olympiques, une injonction du CIO à tout État hôte de l'Olympiade. Les 541 meilleurs sportifs des quatre "home nations" ont été sélectionnés, à l’instar du tennisman écossais Andy Murray, sacré champion olympique dimanche 6 août à Wimbledon.

La "fusion" de l'équipe de basket-ball s'opère sans encombre : l’idée d'un rassemblement faisait son chemin depuis 2005 lorsque les fédérations nationales d’Angleterre, d’Écosse et du Pays de Galles ont décidé de créer une équipe commune plus compétitive.

Pour certains sports collectifs, la tâche fut plus périlleuse. Depuis les Jeux de Rome en 1960, l’équipe britannique de football n’a plus jamais participé au tournoi olympique. Les divergences et les rivalités entre les quatre fédérations qui la composent ont empêché l'envoi d'une équipe dans les tournois olympiques de football entre 1960 et 2012.

"Team GB" de façade

À l'appel de la BOA et de Sebastian Coe, le président du comité d'organisation des Jeux de Londres, la "Team GB" de football est ressuscitée dans la précipitation. "Nous n'avons eu que trois semaines pour bricoler une équipe", rappelle le sélectionneur britannique Stuart Pearce. À cette improvisation s’est ajoutée la réticence des instances nationales de football d'Écosse, du Pays de Galles et de l’Irlande du Nord, ces dernières craignant "de perdre leur souveraineté sportive" acquise avec cette discipline.

Au final, seuls 13 Anglais et cinq Gallois dont le Mancunien Ryan Giggs feront partie de la Team GB de football masculin, éliminée le samedi 4 août en quart de finale du tournoi olympique par la Corée du Sud. Même sort pour les handballeurs britanniques écrasés d’entrée de jeu par les Experts tricolores (15-44). Un baptême du feu pour une équipe montée de toutes pièces, éliminée à domicile sans remporter la moindre victoire. La "Team GB" est encore loin d’être la "Dream Team".

Première publication : 07/08/2012

  • JO – TENNIS

    Le roi Federer balayé dans son jardin

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Londres-2012 : quand la Russie passe à côté des Jeux

    En savoir plus

  • JO

    Londres-2012 : ces records dont personne ne parle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)