Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Afrique

Aucun accord trouvé sur l’envoi d’une "force neutre" dans l’est de la RDC

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/08/2012

A l'issue du sommet de Kampala, les représentants des pays des Grands Lacs n'ont pas avancé sur la mise en place d'une "force internationale neutre" pour éradiquer les groupes armés de l'est de la RDC. Ils se retrouveront dans quatre semaines.

AFP - Le sommet des Etats des Grands Lacs s'est achevé mercredi à Kampala, sans que le communiqué final ne fasse état de progrès sur la définition des contours de la future "force neutre" censée "éradiquer" les groupes armés dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Les explications du directeur d'International Crisis Group pour l'Afrique centrale, Thierry Vircoulon

Les présidents de la RDC Joseph Kabila et du Rwanda Paul Kagame - qui s'accusent mutuellement de soutenir des groupes armés hostiles - et les autres pays participants "se retrouveront dans quatre semaines", a déclaré le président ougandais Yoweri Museveni, en clôturant le sommet, commencé la veille.

Les dirigeants de la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) ont mis sur pied un "sous-comité" ministériel chargé de "fournir des détails sur la mise en oeuvre de la force internationale neutre", selon le communiqué.

Le "sous-comité", présidé par le ministre ougandais de la Défense et composé de ses homologues d'Angola, du Burundi, du Congo, de RDC, du Rwanda et de Tanzanie, devra également "proposer des mesures urgentes concrètes pour permettre un arrêt complet des combats" dans l'est de la RDC, selon le texte du communiqué final.

MM. Kabila et Kagame avaient tous deux accepté mi-juillet le "principe" d'une force impartiale dans l'est de la RD Congo, lors d'un précédent sommet de la CIRGL organisé en marge d'un sommet de l'Union africaine (UA) à Addis Abeba.

Mais reste à définir la structure et les modalités opérationnelles d'une telle force, censée combattre les mutins congolais du M23, ainsi que les rebelles hutus rwandais des Forces démocratique de libération du Rwanda (FDLR), hostiles au régime du président Kagame.

Une tâche d'autant plus difficile que Kinshasa et Kigali ont une conception très différente de ladite force censée également surveiller leur frontière commune.

D'après l'ONU, le Rwanda soutient les rebelles du M23.

Première publication : 08/08/2012

  • RD CONGO

    Quels sont les groupes armés qui sévissent dans l'est de la RDC ?

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Kigali et Kinshasa s'accordent sur le déploiement d'une force "neutre" dans l'est du pays

    En savoir plus

  • RDC

    L'armée congolaise et l'ONU bombardent des bases rebelles dans le Nord-Kivu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)