Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Moyen-orient

Spéculations après l’arrestation d’un ancien ministre libanais pro-syrien

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 09/08/2012

Les autorités libanaises ont arrêté jeudi matin l’ancien ministre Michel Samaha, proche du président syrien Bachar al-Assad. Cette interpellation, sans motif apparent, suscite de nombreuses théories au sein de la société libanaise.

Jeudi, au petit matin et sans ménagement selon les dires de son épouse, les forces de sécurité libanaises ont arrêté l’ancien ministre Michel Samaha, à son domicile de Khenshara, à une trentaine de kilomètres de la capitale, après l’avoir fouillé. L’appartement beyrouthin de Samaha, partisant du régime syrien, a également fait l’objet d’une perquisition.

Les autorités n’ont pas voulu rendre public le motif de l’arrestation. "Ce qui donne lieu à de nombreuses hypothèses et rumeurs", explique Badih Karahani, correspondant de France 24 à Beyrouth. Chacun y va de sa théorie pour comprendre les dessous de l’affaire.

 Beyrouth bruisse de rumeurs et d’hypothèses sur les raisons de l’arrestation

Plusieurs pistes sont évoquées : des liens avec Israël, une éventuelle implication dans les affaires jugées par le tribunal spécial pour le Liban, c’est-à-dire ayant un lien avec l’assassinat l’ex-Premier ministre Rafic Hariri, des projets d’attentats contre des députés, de la diffamation…

"Selon les informations qui circulent depuis ce matin, l’arrestation de Samaha ne serait pas en rapport avec d’éventuels liens avec Israël", souligne Sarkis Naoum, politologue libanais résident à Beyrouth, joint par France 24. "Cela n’est pas non plus en relation avec les crimes jugés par le TSL", ajoute-t-il encore.

Pourquoi l’affaire agite la classe politique libanaise ?

S’exprimant devant des journalistes à la mi-journée, l’épouse de l’ancien ministre a dénoncé "une arrestation politique" et invité la famille politique de son mari, les pro-syriens, à se manifester. Or, Badih Karahani, précise que "le groupe politique auquel appartient Michel Samaha est précisément celui qui, au sein du gouvernement libanais, a autorisé son arrestation". Un détail qui interpelle et laisse à penser que les faits reprochés sont graves.

Pro-syrien, Michel Samaha a été plusieurs fois été ministre du temps de la tutelle syrienne sur le Liban. Il a également géré le portefeuille de l'Information en 2003, dans le gouvernement de Rafic Hariri.

Le quotidien l’Orient le Jour rapporte ainsi que d’après des sources de sécurité, Michel Samaha aurait été arrêté pour des raisons sécuritaires liées à la préparation d'attentats contre des députés anti-syriens.

Cette arrestation survient d’ailleurs au lendemain d’une tentative d’attentat présumée contre le député Khaled Daher. Ce dernier, farouche opposant au régime de Bachar al-Assad, n’est pas en mesure de confirmer cette hypothèse. "J’ai moi-même parlé avec Khaled Daher et avec le député Mourabi. Leurs noms ont été évoqués comme cibles d’attentats dans lesquels aurait été impliqué Michel Samaha", rapporte le correspondant de France 24 Badih Karahani. "Mais mêmes eux n’ont pas voulu confirmer cette théorie, préférant attendre les conclusions de l’enquête", a-t-il ajouté.

Un proche de Damas

Plus qu’un partisan du régime de Damas, Samaha serait un proche du président syrien. "Il est notoire, à Beyrouth, que Michel Samaha fait parti des plus importants conseillers de Bachar al-Assad", relève Badih Karahani. Il rappelle ainsi que l’homme politique libanais a été l’architecte du rapprochement entre Paris et Damas qui a culminé lors de l’invitation du président syrien à Paris, lors des festivités du 14 juillet 2008.

Reste que l’affaire n’a pas fini de faire couler de l’encre. Aujourd'hui, la polémique est lancée au Liban. Au-delà des hypothèses, chaque camp politique accuse l’autre d’être derrière l’arrestation. Certains dénoncent même la brutalité de l’arrestation de l’ancien ministre.

Première publication : 09/08/2012

  • SYRIE - LIBAN

    Les rebelles syriens capturent un faux témoin dans l’affaire Hariri

    En savoir plus

  • LIBAN

    Heurts entre pro et anti-Assad à Tripoli, au moins neuf morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)