Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Afrique

Les islamistes amputent la main d'un voleur dans le nord du Mali

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/08/2012

Les islamistes qui contrôlent le nord du Mali ont amputé la main d'un voleur à Ansongo, au sud de Gao, mercredi. Ce châtiment, appliqué au nom de la charia, intervient après plusieurs cas de lapidation.

AFP - Pour la première fois depuis plus de quatre mois qu'ils occupent le nord du Mali, les islamistes liés à Al-Qaïda ont amputé la main d'un voleur d'Ansongo, trois jours après en avoir été empêchés par des habitants de la grande ville proche de Gao.

L'amputation s'est produite mercredi devant des dizaines de personnes sur une place publique de la localité d'Ansongo, localité située au sud de la grande ville du nord-est du Mali, Gao, a appris jeudi l'AFP auprès d'un élu et d'un chef islamiste local qui a prévenu que d'autres amputations auraient lieu bientôt.

Le nord du Mali, sous contrôle des islamistes


"Ils ont amputé mercredi la main d'un voleur à Ansogo", a déclaré, sous couvert de l'anonymat, l'élu de la région depuis Gao, mais qui se trouvait à Ansongo la veille et a été témoin de cette amputation d'un "voleur de moto", selon lui. Il a précisé que "beaucoup de sang" a coulé lors de l'amputation.

Un chef islamiste d'Ansongo, Mohamed Ould Abdine, a confirmé cette information en affirmant: "C'est la loi de Dieu". "Nous avons appliqué la charia (loi islamique) hier à Ansongo, la main d'un voleur a été coupée. C'est la charia qui exige ça", a-t-il ajouté.

"Dans quelques jours, nous allons faire la même chose à Gao. Personne ne peut nous empêcher de faire ça", a-t-il affirmé.

Dimanche, des centaines habitants de Gao, principalement des jeunes, avaient empêché les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), groupe lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui occupe la ville et sa région, dont Ansongo, de procéder à l'amputation d'un voleur.

Evoquant cette intervention des habitants, Mohamed Ould Abdine a affirmé: "la dernière fois, nous avons reporté (l'amputation) à cause de l'intervention des notables, non à cause de la population qui ne peut rien".

Un animateur de radio de Gao, Abdoul Malick Maïga, avait ensuite été hospitalisé après avoir été battu par les islamistes qui lui reprochaient d'avoir relaté cette manifestation de colère. Une autre manifestation avait eu lieu dimanche soir pour protester contre l'agression de l'animateur.

Reconquête du Nord impossible

C'est le premier cas d'amputation rapporté dans le nord du Mali où, le 29 juillet, les islamistes avaient pour la première fois lapidé à mort dans la localité d'Aguelhok un homme et une femme parents d'enfants sans être mariés.

Auparavant, des couples illégitimes, des buveurs d'alcool, des fumeurs, ont été fouettés en public dans plusieurs villes, notamment à Tombouctou où ont également été détruits des tombeaux de saints musulmans vénérés par la population.

L'objectif du Mujao et d'un autre groupe islamiste armé allié d'Aqmi, Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), est d'imposer la charia à tout le Mali.

Ces groupes qui occupent tout le nord du Mali, soit les deux-tiers de son territoire, depuis fin mars, agissent de manière de plus en plus brutale en toute impunité, en dehors de la résistance d'une frange de la population.

La chute de la région aux mains des islamistes a été précipitée par un coup d'Etat militaire le 22 mars et depuis, l'armée malienne et les autorités de transition mises en place à Bamako après le retrait du pouvoir des putschistes en avril, sont totalement incapbles de reconquérir les territoires perdus.

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) affirme être prête à envoyer au Mali une force armée de quelque 3.300 hommes, mais dit attendre pour cela une demande formelle des autorités de Bamako ainsi qu'un mandat de l'ONU.

Selon l'ambassadeur de France à l'ONU Gérard Araud, "le sentiment général est que nous ne donnerons pas l'autorisation sans être informé de la mission de la force et du concept opérationnel".

Une conférence destinée à finaliser les plans de déploiement de la force militaire ouest-africaine doit se tenir jusqu'à lundi à Bamako, dans l'espoir d'obtenir un mandat de l'ONU.

Parallèlement, la médiation burkinabè dans la crise malienne tente une négociation avec certains des islamistes maliens occupant le Nord, dont Iyad Ag Ghaly, chef d'Ansar Dine, que le ministre des Affaires étrangères Djibrill Bassolé est allé rencontrer mardi dans son fief de Kidal.

Première publication : 09/08/2012

  • MALI

    Le médiateur de la Cédéao rencontre les rebelles dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • MALI

    La médiation burkinabè est à Gao pour rencontrer les islamistes maliens

    En savoir plus

  • MALI

    Bamako obtient un sursis pour former un gouvernement d'union nationale

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)