Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Economie

Au moins cinq offres de reprise pour le volailler Doux

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2012

Le volailler Doux, placé en liquidation judiciaire début août, a reçu au moins cinq offres de reprise partielle, déposées vendredi matin. Les offres proposées préserveraient moins de la moitié des 1704 employés du groupe.

AFP - Au moins cinq offres de reprise partielle de plusieurs sites du pôle frais du groupe volailler Doux (1.700 salariés) ont été officiellement déposées vendredi matin, date-limite fixée par la justice aux éventuels candidats, apprend-on auprès de l'administrateur judiciaire.

En l'état actuel, les offres préserveraient entre 450 et 500 emplois, sans compter les 134 personnes reprises à Pleucadeuc dans le plan de continuation du groupe Doux, sur un total de 1.704, selon un proche du dossier.

Les groupes Duc, Glon Sanders associé à Duc, Axereal, LDC et Tallec ont déposé des offres séparées de reprise partielle portant sur cinq sites: Clémont (Cher), Serent (Morbihan), Laval (Mayenne), Boynes (Loiret) et Amilly (Loiret), a précisé l'un des administrateurs, Sophie Gautier.

Une sixième offre pourrait être déposée dans le courant de la journée, selon Mme Gautier.

Les offres correspondant à chacun des sites et leur contenu n'avaient pas encore été détaillées en fin de matinée.

Le groupe LDC a de son côté précisé avoir déposé une offre de reprise totale de l'abattoir de Laval (Mayenne, 303 emplois). LDC propose par ailleurs la reprise partielle du site de Serent, portant sur 55 des 175 salariés, avec des propositions de postes sur deux sites de LDC dans le Morbihan.

Glon Sanders, filiale de Sofiproteol, le conglomérat présidé par le patron de la FNSEA, Xavier Beulin, a pour sa part confirmé avoir déposé conjointement avec Duc une offre sur trois sites situés en région Centre: Clémont (aliment pour volaille), Amilly (couvoir) et Boynes (abattoir de poulet).

Selon une source proche du dossier, une offre concernant le site de Blancafort (Cher, 244 emplois) pourrait être faite vendredi. La quasi-totalité de la dizaine de sites du "pôle frais" (abattage, découpe et conditionnement de la volaille vendue en rayons frais) pourrait ainsi faire l'objet d'une offre d'un repreneur, selon cette source.

Aucune offre n'avait été déposée avant la date limite de vendredi 9H30 pour deux sites importants de ce pôle frais, ceux de Graincourt (Pas-de-Calais, 253 emplois) et Blancafort.

Le tribunal de commerce de Quimper, qui avait placé Doux frais en liquidation judiciaire début août, devrait se prononcer sur les offres au cours de la première semaine de septembre, lors d'une audience dont la date n'a pas encore été fixée, selon Mme Gautier.

Les couvoirs Doux de Clémont (15 salariés) et Amilly (18 salariés) ne sont pas des sites du pôle frais, mais les candidats à la reprise du frais ont la possibilité de faire des offres sur d'autres sites du groupe, qui compte au total plus de 4.000 salariés, selon un proche du dossier.

Le tribunal a mis en liquidation judiciaire le 1er août dernier le secteur "frais", chroniquement déficitaire, du volailler finistérien mettant sur la sellette 1.704 emplois.

Pour les sites sans repreneur, le tribunal a fixé au 10 septembre la fin de la période d'activité.

Vendredi matin, le ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, a réaffirmé que l'Etat serait prêt à apporter un soutien financier aux repreneurs éventuels, sous certaines conditions.

"L'Etat dans le dossier où nous sommes et dans les prochains dossiers où nous serons devra apporter son soutien, de l'argent public avec les collectivités sur la base de projets industriels clairs", a-t-il déclaré sur BFM-TV.

Pour les autres activités de Doux (export et produits élaborés), le tribunal a prolongé la période d'observation jusqu'au 30 novembre, préférant ainsi le plan de continuation du PDG Charles Doux à l'offre concurrente de Sofiproteol, l'établissement financier de la filière huiles et protéines végétales. Ce plan prévoit l'entrée majoritaire au capital de la banque britannique Barclays, qui espère ainsi récupérer ses 140 millions d'euros de créance.
 

Première publication : 10/08/2012

  • FRANCE

    Le tribunal de commerce offre un sursis au groupe Doux

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)