Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

L'Assemblée nationale libyenne a élu son président

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2012

Figure de l'opposition à Mouammar Kadhafi, Mohamed Magarief a été élu jeudi président de l'Assemblée nationale libyenne. Celle-ci doit désormais nommer un Premier ministre et organiser de nouvelles élections législatives.

REUTERS - La nouvelle assemblée nationale libyenne a élu jeudi à sa présidence Mohamed Magarief, un ancien dirigeant de l'opposition, au lendemain de son installation officielle.

L'assemblée ou Congrès général national, qui comprend 200 élus, va devoir maintenant nommer un Premier ministre et emmener la Libye vers de nouvelles élections législatives une fois achevée la rédaction d'une nouvelle constitution.

Mohamed Magarief, considéré comme un musulman modéré, est dans les faits, le chef de l'Etat libyen par intérim. Mais son domaine d'action précis reste à déterminer.

Economiste et ancien ambassadeur de Libye en Inde, Mohamed Magarief a choisi l'exil à partir des années 80. Il était l'une des figures de proue du mouvement d'opposition le plus ancien en Libye, le Front national pour le salut de la Libye, qui a plusieurs fois essayé de mettre fin au régime de Muammar Kadhafi.

Le parti qu'il dirige aujourd'hui, le parti du Front national, en est issu. Le Front national a remporté trois sièges lors des élections du 7 juillet, premières élections libres en Libye depuis une génération.

"Je suis très, très heureux. C'est une grosse responsabilité", a déclaré Mohammed Magarief à Reuters.

Pour ce scrutin retransmis à la télévision, il a remporté 113 voix contre 85 à l'indépendant Ali Zidane.

"C'est la démocratie, c'est ce dont nous avons rêvé", a déclaré Ali Zidane en félicitant le nouveau président.

"C'est une personnalité politique et tout le monde le connaît. Il a une très bonne expérience pour diriger le congrès et l'Etat démocratique libyen", a déclaré Osmane Sassi, ancien responsable du Conseil national de transition (CNT), le bras
politique des forces de l'opposition qui ont renversé Mouammar Kadhafi il y a un an.

Le CNT a remis officiellement le pouvoir à l'assemblée mercredi avant d'être dissous, première transmission non violente du pouvoir dans l'histoire moderne du pays.

L'assemblée a également élu un premier vice-président, Giouma Attaiga, un avocat de la ville portuaire de Misrata. Un second vice-président sera élu vendredi.

Mohamed Magarief est originaire de la seconde ville de Libye, Benghazi, berceau du soulèvement de l'an dernier. Cela est de nature à apaiser les craintes de ceux qui craignent de voir l'Est libyen marginalisé par une autorité politique centralisée à Tripoli.

Dans la nouvelle assemblée, 80 sièges sont réservés aux partis politiques. L'Alliance des forces nationales (AFN) de Mahmoud Djibril, ancien chef du gouvernement de transition, a remporté 39 sièges tandis que le Parti de la justice et de la reconstruction (PJR), émanation politique des Frères musulmans, en a remporté 17.

Les 120 autres sièges sont occupés par les indépendants.

Les décisions les plus importantes devant être prises à la majorité des deux tiers, des alliances vont devoir se former.

Première publication : 10/08/2012

  • LIBYE

    Le CNT libyen remet le pouvoir à la nouvelle assemblée élue

    En savoir plus

  • LIBYE

    Législatives : les libéraux remportent une quarantaine de sièges à l'Assemblée

    En savoir plus

  • LIBYE

    Élections législatives : le taux de participation atteint 60 %

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)