Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "faux disparus" de Manchester

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Berenice Bejo, le Festival en porte-bonheur

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "On a besoin d'une gauche à l'Assemblée nationale"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "La Loi El Khomri ne correspond pas à ma vision du dialogue social"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Jane Campion présente la saison 2 de "Top of the Lake"

En savoir plus

FOCUS

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes en danger

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Manchester prise pour cible"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cyril Hanouna à nouveau dans le viseur du CSA

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Naomi Campbell sur la Croisette, pour la bonne cause

En savoir plus

Moyen-orient

L'Algérien Lakhdar Brahimi pressenti comme successeur de Kofi Annan sur la Syrie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2012

Le diplomate algérien Lakhdar Brahimi, habitué des missions de médiation internationales, devrait succèder à Kofi Annan. Ce dernier a démissionné de son poste d'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe sur la Syrie.

REUTERS - Le diplomate algérien Lakhdar Brahimi est pressenti pour succéder à Kofi Annan comme émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe sur la Syrie, à moins d'une surprise de dernière minute, a-t-on appris jeudi de source diplomatique.

La décision pourrait être annoncée en début de semaine prochaine, précisent ces diplomates souhaitant rester anonymes.

Lakhdar Brahimi, qui est âgé de 78 ans, a été notamment ministre des Affaires étrangères de l'Algérie au début des années 1990. C'est un habitué des missions de médiation internationales. Il a été le représentant spécial de l'Onu pour l'Afghanistan, l'Irak, Haïti et l'Afrique du Sud.

Pendant sa longue carrière de diplomate, Lakhdar Brahimi a également mené des missions spéciales pour l'Onu dans divers pays et notamment en République démocratique du Congo, au Yémen et au Liberia.

Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations unies et prix Nobel de la Paix, a annoncé sa démission du poste de médiateur international pour la Syrie la semaine dernière en expliquant qu'il n'était pas en mesure de faire son travail compte tenu de l'impasse dans laquelle se trouve le Conseil de sécurité sur ce dossier.



Si le Conseil a approuvé en avril à l'unanimité l'envoi d'une mission de 300 hommes pour surveiller l'application du cessez-le-feu - resté lettre morte - prévu dans le cadre du plan de paix de Kofi Annan, des blocages sont ensuite apparus. La Russie et la Chine ont mis leur veto à trois autres résolutions qui critiquaient la Syrie et menaçaient Damas de sanctions.

Les forces loyales au président syrien Bachar al Assad ont tué plus de 15.000 personnes depuis le début du soulèvement contre son autorité en mars 2011. Le gouvernement de Damas accuse les rebelles d'avoir tué plusieurs milliers de membres de ses forces de sécurité.

Le mandat de Kofi Annan expire le 31 août. Il avait été nommé émissaire pour la Syrie en février.

Première publication : 10/08/2012

  • FRANCE

    François Hollande ou l'art délicat de la discrétion diplomatique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy sort du silence et s'attire les foudres de la majorité

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'ONU prolonge de 30 jours la mission des observateurs en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)