Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie Sports

Matches truqués : l'entraîneur de la Juventus, Antonio Conte, écope de dix mois de suspension

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2012

Dix mois de suspension pour Antonio Conte, l'entraîneur de la Juventus de Turin. C'est la décision, ce vendredi, de la Commission disciplinaire statuant sur le scandale des matches truqués dit "Calcioscommesse". Leonardo Bonucci, lui, a été relaxé.

AFP- L'entraîneur de la Juventus de Turin, Antonio Conte a été condamné vendredi à dix mois de suspension par la Commission disciplinaire statuant sur le scandale des matches truqués dit "Calcioscommesse", a annoncé la Fédération italienne de football (FIGC).

Antonio Conte, contre lequel le procureur fédéral de la commission disciplinaire, Stefano Palazzi, avait requis un an et trois mois de suspension, avait omis de dénoncer aux autorités, lors de la saison 2010-2011, des matches truqués (Novare-Sienne et AlbinoLeffe-Sienne).

L'adjoint de Conte, Angelo Alessio, contre lequel le procureur fédéral avait aussi requis 15 mois de suspension, a été suspendu pour une durée de huit mois.

Leonardo Bonucci, défenseur de la Juventus Turin championne d'Italie en titre, accusé de délit sportif et contre lequel le procureur avait requis 3 ans et six mois de suspension, a en revanche été relaxé. Bonucci était soupçonné d'avoir participé au trucage du match Udinese-Bari en mai 2010.

Défenseur international de 25 ans, Leonardo Bonucci, qui a prolongé en avril son contrat à Turin jusqu'en 2017, a commencé sa carrière professionnelle à l'Inter Milan, avant d'être cédé en prêt à Trévise et Pise, et de rejoindre ensuite Bari, puis la Juventus. Il faisait partie de la sélection italienne finaliste de l'Euro-2012.

Son coéquipier Simone Pepe, soupçonné d'avoir omis de signaler ce délit aux autorités compétentes concernant ce même match et contre lequel était requis un an de suspension, a lui aussi été relaxé.

19 membres de la Fédération condamnés

Les clubs de Lecce et Grosseto ont été exclus du championnat de 2e division (Serie B) et relégués en division inférieure. L'exclusion de Lecce a été assortie d'une amende de 30.000 euros.

Par ailleurs, Novare a été condamné à une pénalité de deux points, Bologne à une amende de 30.000 euros et Ancône 10.000 euros.

Au total, 19 membres de la Fédération ont été condamnés, sans compter les arrangements à l'amiable entre certains joueurs et le procureur en cours de procédure.

La condamnation la plus sévère concerne le président du club de Grosseto, Piero Camillo, et l'ex-président de Lecce Pierandrea Semeraro, qui écopent tous deux de cinq ans de suspension.

En revanche, outre Bonucci et Pepe, ont été relaxés Marco Di Vaio, Salvatore Masiello, Daniele Padelli, Giuseppe Vives et Nicola Belmonte. Le club de l'Udinese a aussi été relaxé.

Au total, 13 clubs et 45 membres de la Fédération étaient concernés par cette procédure, mais de nombreux arrangements à l'amiable ont été conclus en cours de procédure.

Le scandale du "Calcioscommesse" implique des joueurs soupçonnés d'avoir été corrompus par des parieurs clandestins voulant gagner à coup sûr. Il a entraîné plusieurs enquêtes et des arrestations de joueurs, dont certains de premier plan, comme Stefano Mauri, le capitaine de la Lazio Rome.

Les vagues d'arrestations depuis un an donnent l'image désastreuse d'un football italien, six ans après le "Calciopoli", scandale des matches arrangés qui avait privé la Juventus de deux titres.

Première publication : 10/08/2012

  • FOOTBALL - ITALIE

    Une grève des footballeurs italiens menace la reprise du championnat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)