Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

Economie Sports

Matches truqués : l'entraîneur de la Juventus, Antonio Conte, écope de dix mois de suspension

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2012

Dix mois de suspension pour Antonio Conte, l'entraîneur de la Juventus de Turin. C'est la décision, ce vendredi, de la Commission disciplinaire statuant sur le scandale des matches truqués dit "Calcioscommesse". Leonardo Bonucci, lui, a été relaxé.

AFP- L'entraîneur de la Juventus de Turin, Antonio Conte a été condamné vendredi à dix mois de suspension par la Commission disciplinaire statuant sur le scandale des matches truqués dit "Calcioscommesse", a annoncé la Fédération italienne de football (FIGC).

Antonio Conte, contre lequel le procureur fédéral de la commission disciplinaire, Stefano Palazzi, avait requis un an et trois mois de suspension, avait omis de dénoncer aux autorités, lors de la saison 2010-2011, des matches truqués (Novare-Sienne et AlbinoLeffe-Sienne).

L'adjoint de Conte, Angelo Alessio, contre lequel le procureur fédéral avait aussi requis 15 mois de suspension, a été suspendu pour une durée de huit mois.

Leonardo Bonucci, défenseur de la Juventus Turin championne d'Italie en titre, accusé de délit sportif et contre lequel le procureur avait requis 3 ans et six mois de suspension, a en revanche été relaxé. Bonucci était soupçonné d'avoir participé au trucage du match Udinese-Bari en mai 2010.

Défenseur international de 25 ans, Leonardo Bonucci, qui a prolongé en avril son contrat à Turin jusqu'en 2017, a commencé sa carrière professionnelle à l'Inter Milan, avant d'être cédé en prêt à Trévise et Pise, et de rejoindre ensuite Bari, puis la Juventus. Il faisait partie de la sélection italienne finaliste de l'Euro-2012.

Son coéquipier Simone Pepe, soupçonné d'avoir omis de signaler ce délit aux autorités compétentes concernant ce même match et contre lequel était requis un an de suspension, a lui aussi été relaxé.

19 membres de la Fédération condamnés

Les clubs de Lecce et Grosseto ont été exclus du championnat de 2e division (Serie B) et relégués en division inférieure. L'exclusion de Lecce a été assortie d'une amende de 30.000 euros.

Par ailleurs, Novare a été condamné à une pénalité de deux points, Bologne à une amende de 30.000 euros et Ancône 10.000 euros.

Au total, 19 membres de la Fédération ont été condamnés, sans compter les arrangements à l'amiable entre certains joueurs et le procureur en cours de procédure.

La condamnation la plus sévère concerne le président du club de Grosseto, Piero Camillo, et l'ex-président de Lecce Pierandrea Semeraro, qui écopent tous deux de cinq ans de suspension.

En revanche, outre Bonucci et Pepe, ont été relaxés Marco Di Vaio, Salvatore Masiello, Daniele Padelli, Giuseppe Vives et Nicola Belmonte. Le club de l'Udinese a aussi été relaxé.

Au total, 13 clubs et 45 membres de la Fédération étaient concernés par cette procédure, mais de nombreux arrangements à l'amiable ont été conclus en cours de procédure.

Le scandale du "Calcioscommesse" implique des joueurs soupçonnés d'avoir été corrompus par des parieurs clandestins voulant gagner à coup sûr. Il a entraîné plusieurs enquêtes et des arrestations de joueurs, dont certains de premier plan, comme Stefano Mauri, le capitaine de la Lazio Rome.

Les vagues d'arrestations depuis un an donnent l'image désastreuse d'un football italien, six ans après le "Calciopoli", scandale des matches arrangés qui avait privé la Juventus de deux titres.

Première publication : 10/08/2012

  • FOOTBALL - ITALIE

    Une grève des footballeurs italiens menace la reprise du championnat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)