Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Punition collective"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les Français de l'armée israélienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si on commence à accueillir toute la misère du monde..."

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Gaza : tirs meurtriers contre une école de l'ONU, fragile espoir de trêve

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

  • Troisième mission de l'année réussie pour une Ariane 5

    En savoir plus

  • Bousculade meurtrière lors d'un concert à Conakry

    En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

Moyen-orient

En Turquie, Clinton évoque les moyens "d’accélérer la chute d’Assad"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/08/2012

La chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, a évoqué avec son homologue turc, samedi à Istanbul, des plans opérationnels visant à "accélérer la fin de l’effusion de sang et du régime Assad".

AFP - La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a évoqué samedi à Istanbul le conflit syrien avec la Turquie pour préparer "le jour d'après" la chute du régime de Bachar al-Assad, s'inquiétant de "liens entre le Hezbollah, l'Iran et la Syrie" qui prolongent, selon elle, le régime de Damas.

Les ministres arabes des affaires étrangères se réuniront dimanche pour évoquer le conflit syrien

Les ministres arabes des Affaires étrangères se réunissent dimanche en Arabie saoudite pour discuter du conflit en Syrie et du remplacement de l'émissaire, démissionnaire, de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan, a annoncé samedi au Caire un haut responsable de la Ligue arabe.

Les ministres tiendront une "réunion d'urgence" à Jeddah, dans l'ouest du royaume saoudien, "pour étudier les développements en Syrie et l'action politique" à entreprendre après la démission de M. Annan, a dit à des journalistes le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Ahmed Ben Helli.

Le patron de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, participera à la réunion, qui précède un sommet islamique proposé par le roi d'Arabie saoudite et prévu mardi dans le royaume.

"Nous continuons à accroître la pression de l'extérieur. Nous avons annoncé hier (vendredi) à Washington des sanctions destinées à exposer et à casser les liens entre l'Iran, le Hezbollah et la Syrie qui prolongent la vie du régime Assad", a déclaré Mme Clinton au cours d'une conférence de presse avec son homologue turc Ahmet Davutoglu.

Elle expliquait ainsi la décision de Washington de prendre des sanctions contre le groupe chiite libanais Hezbollah.

Le chef de la diplomatie américaine et son homologue ont en outre dit redouter que la Syrie ne devienne un sanctuaire pour "terroristes du PKK ou d'Al-Qaïda".

"La Syrie ne doit pas devenir un sanctuaire pour les terroristes du PKK", un mouvement armé kurde en conflit avec les autorités de la Turquie, pays allié de Washington, a déclaré Mme Clinton.

Elle a dit "partager les inquiétudes" d'Ankara à cet égard, estimant que la Syrie ne peut devenir un sanctuaire pour le PKK, "que ce soit maintenant ou après le départ du régime" du président Assad.

Mme Clinton a ajouté que les Etats-Unis étaient inquiets que "des terroristes du PKK, d'Al-Qaïda ou d'autres tirent avantage de la lutte légitime du peuple syrien pour la liberté pour promouvoir leurs propres" intérêts.

Enfin, Mme Clinton a déclaré avoir évoqué des plans opérationnels avec la partie turque afin d'"accélérer la fin de l'effusion de sang et du régime Assad. Ceci est notre objectif stratégique".

M. Davutoglu, dont le pays combat le PKK depuis 1984, considère pour sa part qu'"il n'y a pas de place pour une vacance du pouvoir en Syrie" dont pourraient bénéficier les rebelles du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a récemment accusé le régime de Damas avec lequel Ankara a rompu d'avoir "confié" plusieurs zones du nord de la Syrie au PKK et a prévenu que la Turquie pourrait sévir contre ces rebelles.

Mme Clinton est arrivée dans la nuit de vendredi à samedi à Istanbul en provenance du Bénin où elle a bouclé une tournée marathon de 11 jours en Afrique.

Dans la métropole turque, elle a rencontré des militants et des réfugiés syriens et devait s'entretenir en fin d'après-midi avec M. Erdogan et le président Abdullah Gül.

Washington met en oeuvre depuis quelques semaines une "stratégie reposant sur trois piliers" concernant la Syrie : Mme Clinton évoquera avec ses interlocuteurs turcs la manière de soutenir l'opposition syrienne -les Etats-Unis s'en tenant pour l'instant à une "assistance non létale"-, l'aide humanitaire et un scénario de transition politique.

Les combats continuent à Alep et Damas

Les combats faisaient rage samedi à Alep (nord) où les rebelles ont affirmé avoir repris des positions à l'armée régulière dans le quartier emblématique de Salaheddine.
Dans le même temps, de violents accrochages entre soldats et rebelles avaient lieu dans le quartier Tadamoun à Damas et des tirs et des explosions étaient entendus dans d'autres secteurs de la capitale syrienne, ont indiqué une ONG et des militants.

 

La secrétaire d'Etat doit d'abord débattre de "ce que nous faisons et aussi de la manière de juger de l'efficacité de ce que nous faisons pour soutenir l'opposition", a expliqué un responsable du département d'Etat. Il s'agit d'"intégrer ce que nous faisons et ce que font les Turcs aux efforts de la communauté internationale afin de coordonner un véritable appui à l'opposition en Syrie", a-t-il poursuivi.

Le "second pilier" de la stratégie américaine consiste à apporter de "l'aide humanitaire", notamment à la Turquie frontalière de la Syrie et qui accueille plus de 50.000 réfugiés. Mme Clinton a ainsi annoncé samedi à Istanbul 5,5 millions de dollars supplémentaires, ce qui porte l'assistance humanitaire américaine à 82 millions de dollars depuis le début de la crise syrienne en mars 2011.

Les Etats-Unis ont déclenché une offensive diplomatique contre le Hezbollah, le Trésor américain plaçant ce mouvement, déjà classé parmi les organisations terroristes par Washington, sur la liste noire des organisations liées à Damas.

Première publication : 11/08/2012

  • SYRIE

    Bombardements acharnés et combats meurtriers se poursuivent à Alep

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'Algérien Lakhdar Brahimi pressenti comme successeur de Kofi Annan sur la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Washington s'apprête à durcir ses sanctions contre Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)