Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Trump, un an après : derrière l'euphorie, une économie fragile ?

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

FOCUS

Colombie : avec la paix, tout un pays à déminer

En savoir plus

REPORTERS

Les dernières heures de la Bataille du désert avec les milices chiites en Irak

En savoir plus

asie

Première rencontre de la députée Aung San Suu Kyi avec le président birman

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/08/2012

Pour la première fois depuis son élection au Parlement, Aung San Suu Kyi s'est entretenue dimanche avec le président birman Thein Sein à Naypyidaw. La députée tente de se poser en figure unificatrice auprès des minorités ethniques.

AFP - Aung San Suu Kyi s'est entretenue dimanche avec le président birman Thein Sein à Naypyidaw, pour la première fois depuis l'élection de l'opposante à la chambre basse du Parlement.

Suu Kyi et Thein Sein se sont rencontrés dans la capitale Naypyidaw, a précisé Zaw Htay, directeur du bureau du président, sans détailler le contenu des discussions.

Il a toutefois indiqué que le ministre des Chemins de fer, Aung Min, qui joue un rôle-clé dans les efforts de règlement des conflits ethniques dans le pays, était présent.

Il s'agit de la troisième rencontre entre le président Sein et Mme Suu Kyi, chef de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), depuis la levée de son assignation à résidence après les élections controversées de novembre 2010.

Suu Kyi fait depuis longtemps face à une certaine méfiance, sinon défiance, des minorités ethniques qui représentent un tiers des 60 millions d'habitants du pays.

Elle est vue par certains comme appartenant à l'élite de l'ethnie majoritaire birmane ou bamar, mais elle tente depuis plusieurs mois de se poser en figure unificatrice. C'est à ces minorités qu'elle avait notamment consacré fin juillet son premier discours au parlement en tant que députée.

Le nouveau gouvernement, qui a remplacé la junte et multiplié les réformes depuis plus d'un an, a engagé des négociations avec ces groupes et est parvenu à signer plusieurs cessez-le-feu. Mais les combats se poursuivent en Etat Kachin, à la frontière avec la Chine.

Et des violences communautaires entre bouddhistes et musulmans, notamment des Rohingyas, ont fait plus de 80 morts en juin dans l'Etat Rakhine, à la frontière avec le Bangladesh. Quelque 800.000 Rohingyas, qui ne font pas partie des groupes ethniques reconnus par le régime, vivent confinés dans cet Etat.

Des organisations de défense des droits de l'Homme ont accusé les forces de sécurité birmanes d'abus pendant et après les violences communautaires, en particulier contre les Rohingyas, et l'ONU s'est inquiétée d'une répression visant la communauté musulmane.

 

Première publication : 12/08/2012

  • BIRMANIE

    Une vingtaine d'étudiants libérés après un peu moins de 24 heures de détention

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Barack Obama lève certaines sanctions contre la Birmanie pour encourager les réformes

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi entre au Parlement et endosse son premier mandat électoral

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)