Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Moyen-orient

La justice militaire libanaise pointe son doigt vers la Syrie

©

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 13/08/2012

La justice militaire libanaise a mis en examen un ancien ministre proche de Damas et deux hauts responsables syriens. Ils sont accusés d'avoir préparé des attentats dans le nord du Liban afin de déstabiliser le pays, au profit du régime syrien.

Depuis le début du soulèvement en Syrie en mars 2011, le Liban craint de voir déborder sur son territoire la crise qui fait vaciller le régime du président Bachar al-Assad. L’opposition libanaise anti-syrienne redoute notamment que le pouvoir en place à Damas créé des troubles chez son voisin, afin de régionaliser le conflit et détourner l’attention de la campagne de répression en cours en Syrie.

L’ancien ministre passe aux aveux
 
L’arrestation le 9 août à son domicile de l'ancien ministre libanais Michel Samaha, connu pour sa proximité avec Damas et son amitié personnelle avec le président syrien, est venue corroborer cette crainte. Et pour cause, la justice militaire libanaise, compétente en matière de sécurité de l'État, accuse celui-ci d’être impliqué dans un complot visant à déclencher une nouvelle guerre confessionnelle dans le pays du Cèdre.
 
Selon les médias libanais, Michel Samaha aurait reconnu, lors d’un interrogatoire, avoir transporté et stocké des explosifs devant servir à une série d'attentats dans le nord du Liban. Des attentats ayant pour cible la communauté sunnite d'une part, et des personnalités politiques et religieuses, comme le patriarche maronite Mgr Béchara Raï, d'autre part. Et ce, dans le but de provoquer "des tueries interconfessionnelles et des actes terroristes", selon une source judiciaire citée par l’AFP.
 
Michel Samaha a été dénoncé par l’un de ses hommes de confiance, chargé de perpétrer les attentats. Les Forces de sécurité intérieure (FSI), la gendarmerie libanaise, lui avaient confié une microcaméra afin de confondre l’ancien ministre. "Ces preuves filmées ainsi que d’autres éléments pour l’instant gardés secrets par la justice auraient poussé Michel Samaha à avouer son dessein", explique, sous couvert de l'anonymat, un ancien magistrat libanais bien informé, contacté par FRANCE 24. 
 
La justice défie le régime syrien
 
Le puissant général syrien Ali Mamlouk ainsi qu’un de ses collaborateurs identifié comme "le colonel Adnane" sont également dans le collimateur de la justice militaire libanaise, qui les soupçonne d'avoir orchestré le projet d’attentats et chargé l’ancien ministre libanais de les organiser. Le général Ali Mamlouk est le chef du bureau de la Sécurité nationale, qui chapeaute l'ensemble de l'appareil sécuritaire du régime syrien sous l’égide du président Bachar al-Assad.
 
Autant dire que la mise en examen samedi de ces trois hommes a eu l’effet d’un cataclysme à Beyrouth. "Jamais dans l’histoire du Liban, un doigt accusateur n’avait été aussi officiellement pointé sur le régime syrien, accusé depuis une quarantaine d’année d’attiser les tensions confessionnelles et de déstabiliser le pays via ses alliés libanais au gré de ses intérêts", confie à FRANCE 24 l’ancien magistrat libanais joint au téléphone à Beyrouth.
 
Parmi les personnalités visées par le projet d’attentats se trouvent Khaled al-Daher, député du Nord proche de l’ancien Premier ministre Saad Hariri et farouche opposant au régime syrien. "Mon nom était sur la liste, selon les aveux de Michel Samaha qui ont fuité dans les médias", confirme-t-il à FRANCE 24. Et de poursuivre : "Le Liban a échappé au pire, car en ciblant le nord du pays, que Damas présente comme un sanctuaire des rebelles syriens, Bachar et ses affidés libanais cherchaient à semer le chaos et à créer des troubles interreligieux chez nous."
 
Si le président libanais Michel Sleimane n’a pas hésité à saluer le travail des FSI "grâce auxquelles le pays a évité une catastrophe", les alliés politiques libanais de Damas se sont abstenus de tout commentaire, à l’instar du régime syrien d’ailleurs. Selon Amin Hoteit, analyste politique proche de la majorité libanaise dominée par le Hezbollah qui soutient le régime syrien, le silence radio observé par ce camp s’explique par sa méfiance vis-à-vis la véracité des faits reprochés à l’ancien ministre Michel Samaha. "L’enquête n’est pas terminée et la justice n’a rendu aucun verdict. Toutefois, si les faits sont avérés, le Hezbollah ne pourra pas cautionner de tels actes qui auraient pu mener au pire", explique-t-il sur l’antenne arabe de FRANCE 24.
 
Machination antisyrienne ou complot contre le Liban ?
 
Sans attendre les conclusions de l’enquête toujours en cours, la presse libanaise proche de l’opposition a salué le travail des gendarmes libanais et "le courage" du juge Sami Sader, qui a mis en examen les trois suspects dans une affaire qui apparaît comme un tournant des relations entre le Liban et son puissant voisin syrien. "En acceptant de devenir rien de plus qu’un artificier du régime, Michel Samaha, pris la main dans le sac, vient de contribuer à retracer un périmètre de souveraineté et d’indépendance à l’État libanais par rapport au régime de Damas", écrit l’éditorialiste du quotidien francophone "L’Orient-le-Jour", Michel Hajji Georgiou.
 
A contrario, la presse proche du camp prosyrien exprime ses doutes et évoque un complot contre le régime syrien. Charles Ayoub, parton du quotidien "Al-Diyar" et connu pour avoir été un farouche partisan du régime syrien, juge dans son éditorial que Michel Samaha a été piégé par des services de renseignements étrangers et libanais, pour mettre en accusation le président Assad, via ses services de sécurité.
Le quotidien "Al-Safir" évoque pour sa part une affaire "hollywoodienne", puisque selon les fuites de l’enquête, l’ancien ministre aurait transporté en personne les explosifs de Damas à Beyrouth. Le fait que l'arrestation et les perquisitions aient été menée par les FSI, réputés proches de l'opposition et de la classe politique sunnite, a contribué à alimenter les doutes sur une éventuelle machination politique.
 
"Michel Samaha est un fidèle serviteur du régime syrien et entretient des rapports directs avec Bachar al-Assad, par conséquent, vu la puissance du personnage, il n’a pu être arrêté sans preuves accablantes qui n’ont laissé aucune place au doute", objecte le député Khaled al-Daher.
 
La balle est désormais dans le camp de la justice militaire libanaise qui maintient Michel Samaha en détention, afin de poursuivre son interrogatoire tout au long de la semaine à venir.

 

Première publication : 13/08/2012

  • SYRIE - LIBAN

    Les rebelles syriens capturent un faux témoin dans l’affaire Hariri

    En savoir plus

  • LIBAN

    Heurts entre pro et anti-Assad à Tripoli, au moins neuf morts

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)