Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

Asie - pacifique

Ankara tente de libérer le député turc enlevé par le PKK

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2012

Les forces de sécurité turques ont lancé lundi une opération pour la libération du député kidnappé la veille par les rebelles kurdes. Depuis le début des violences entre l'armée et le PKK, en 1984, c'est la première fois qu'un élu est enlevé.

AFP - Une opération des forces de sécurité était en cours lundi pour la libération d'un député turc kidnappé la veille par des rebelles kurdes, une première en Turquie depuis le lancement de la lutte armée du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) il y a près de trente ans.

Hüseyin Aygün, député du Parti républicain du peuple (CHP), principale force d'opposition, a été enlevé dimanche dans une zone rurale par un groupe de rebelles kurdes armés alors qu'il visitait sa circonscription de Tunceli (est), un des théâtres de combat entre le PKK et l'armée.

Dans un communiqué, le PKK a confirmé lundi avoir "placé en détention" le député et sommé les autorités turques à mettre fin à l'opération visant à le secourir.

"Le député Hüseyin Aygün a été placé en détention par nos combattants", a indiqué la branche armée du PKK , le HPG, dans un communiqué diffusé sur l'agence pro-kurde Firatnews.

"Une opération a été lancée (...) Celle-ci met en danger la vie du député", a souligné le PKK.

Les rebelles ont laissé partir l'assistant de M. Aygün et un journaliste qui les accompagnait tout en s'emparant du député, a déclaré le gouverneur de Tunceli Mustafa Taskesen.

Selon l'entourage de M. Aygün, le PKK aurait promis de le libérer "dans quelques jours", un rapt visant à attirer l'attention de l'opinion publique sur la cause kurde.

Le ministre turc de l'Intérieur Idris Naim Sahin a confirmé cette hypothèse, affirmant que le PKK avait voulu créer "la sensation" en ravissant ce député avant l'anniversaire, le 15 août 1984, de ses premières opérations armées dans le sud-est anatolien, peuplé majoritairement de Kurdes, rapporte l'agence de presse Anatolie.

"Nous poursuivons de près l'affaire", a-t-il dit.

Le 15 août 1984, les rebelles kurdes du PKK attaquaient pour la première fois des unités de l'armée et de la police dans le sud-est, à Eruh et Semdinli.

Depuis lors, le conflit a fait quelque 45.000 morts. A l'origine le PKK ambitionnait la création d'un Kurdistan séparé dans le sud-est du pays, mais il a évolué vers la défense de droits culturels et démocratiques pour une minorité estimé à 20% des 75 millions d'habitants que compte la Turquie.

Le PKK est considéré comme une organisation terroriste par nombre de pays et d'organisations.

"Pour la première fois, un parlementaire a été enlevé par une organisation terroriste. Cela démontre le niveau où est arrivé le terrorisme", a déclaré Haluk Koc, porte-parole du CHP qui devait tenir une réunion urgente de ses instances dirigeantes lundi à Ankara.

Le conseil des ministres qui se réunira, comme tout les lundis, dans la capitale turque doit également se pencher sur cette affaire.

Ce rapt "montre quel genre d'organisation est le PKK", a commenté dimanche soir le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui a assuré que "toutes les forces de sécurité traquent les terroristes".

M. Aygün, un Kurde âgé de 42 ans et avocat de formation, avait attiré les foudres du PKK dans le passé en appelant le mouvement à renoncer purement et simplement à la lutte armée.

Les rebelles kurdes enlèvent souvent des travailleurs, militaires ou responsables locaux pour les utiliser comme monnaie d'échange contre la libération de rebelles capturés. Trois militaires ont ainsi été récemment enlevés.

Les combats entre le PKK et l'armée s'intensifient régulièrement l'été. Dimanche dernier, des rebelles ont attaqué un poste de l'armée proche de la frontière irakienne (sud-est), provoquant des affrontements qui ont fait 22 morts.

La tension est récemment montée d'un cran dans le dossier kurde, les autorités turques ayant menacé de mener des opérations contre le PKK en territoire syrien déchiré par un conflit généralisé si ce dernier était utilisé par les rebelles kurdes pour déstabiliser la Turquie.

Première publication : 13/08/2012

  • SYRIE

    Les Kurdes syriens donnent des sueurs froides à Ankara

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Ouverture du procès de 205 Kurdes accusés d'appartenir au PKK

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Quinze femmes rebelles kurdes tuées par les forces de l'ordre turques

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)