Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "manoeuvres tactiques" de Mahmoud Abbas

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (partie 2)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour de Wade à Dakar : la polémique enfle

En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • En direct : Moscou lance des manœuvres militaires à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

  • Le projet ferroviaire du grand Tunis remis sur les rails

    En savoir plus

  • RD Congo : plus de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

Asie - pacifique

Ankara tente de libérer le député turc enlevé par le PKK

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2012

Les forces de sécurité turques ont lancé lundi une opération pour la libération du député kidnappé la veille par les rebelles kurdes. Depuis le début des violences entre l'armée et le PKK, en 1984, c'est la première fois qu'un élu est enlevé.

AFP - Une opération des forces de sécurité était en cours lundi pour la libération d'un député turc kidnappé la veille par des rebelles kurdes, une première en Turquie depuis le lancement de la lutte armée du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) il y a près de trente ans.

Hüseyin Aygün, député du Parti républicain du peuple (CHP), principale force d'opposition, a été enlevé dimanche dans une zone rurale par un groupe de rebelles kurdes armés alors qu'il visitait sa circonscription de Tunceli (est), un des théâtres de combat entre le PKK et l'armée.

Dans un communiqué, le PKK a confirmé lundi avoir "placé en détention" le député et sommé les autorités turques à mettre fin à l'opération visant à le secourir.

"Le député Hüseyin Aygün a été placé en détention par nos combattants", a indiqué la branche armée du PKK , le HPG, dans un communiqué diffusé sur l'agence pro-kurde Firatnews.

"Une opération a été lancée (...) Celle-ci met en danger la vie du député", a souligné le PKK.

Les rebelles ont laissé partir l'assistant de M. Aygün et un journaliste qui les accompagnait tout en s'emparant du député, a déclaré le gouverneur de Tunceli Mustafa Taskesen.

Selon l'entourage de M. Aygün, le PKK aurait promis de le libérer "dans quelques jours", un rapt visant à attirer l'attention de l'opinion publique sur la cause kurde.

Le ministre turc de l'Intérieur Idris Naim Sahin a confirmé cette hypothèse, affirmant que le PKK avait voulu créer "la sensation" en ravissant ce député avant l'anniversaire, le 15 août 1984, de ses premières opérations armées dans le sud-est anatolien, peuplé majoritairement de Kurdes, rapporte l'agence de presse Anatolie.

"Nous poursuivons de près l'affaire", a-t-il dit.

Le 15 août 1984, les rebelles kurdes du PKK attaquaient pour la première fois des unités de l'armée et de la police dans le sud-est, à Eruh et Semdinli.

Depuis lors, le conflit a fait quelque 45.000 morts. A l'origine le PKK ambitionnait la création d'un Kurdistan séparé dans le sud-est du pays, mais il a évolué vers la défense de droits culturels et démocratiques pour une minorité estimé à 20% des 75 millions d'habitants que compte la Turquie.

Le PKK est considéré comme une organisation terroriste par nombre de pays et d'organisations.

"Pour la première fois, un parlementaire a été enlevé par une organisation terroriste. Cela démontre le niveau où est arrivé le terrorisme", a déclaré Haluk Koc, porte-parole du CHP qui devait tenir une réunion urgente de ses instances dirigeantes lundi à Ankara.

Le conseil des ministres qui se réunira, comme tout les lundis, dans la capitale turque doit également se pencher sur cette affaire.

Ce rapt "montre quel genre d'organisation est le PKK", a commenté dimanche soir le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui a assuré que "toutes les forces de sécurité traquent les terroristes".

M. Aygün, un Kurde âgé de 42 ans et avocat de formation, avait attiré les foudres du PKK dans le passé en appelant le mouvement à renoncer purement et simplement à la lutte armée.

Les rebelles kurdes enlèvent souvent des travailleurs, militaires ou responsables locaux pour les utiliser comme monnaie d'échange contre la libération de rebelles capturés. Trois militaires ont ainsi été récemment enlevés.

Les combats entre le PKK et l'armée s'intensifient régulièrement l'été. Dimanche dernier, des rebelles ont attaqué un poste de l'armée proche de la frontière irakienne (sud-est), provoquant des affrontements qui ont fait 22 morts.

La tension est récemment montée d'un cran dans le dossier kurde, les autorités turques ayant menacé de mener des opérations contre le PKK en territoire syrien déchiré par un conflit généralisé si ce dernier était utilisé par les rebelles kurdes pour déstabiliser la Turquie.

Première publication : 13/08/2012

  • SYRIE

    Les Kurdes syriens donnent des sueurs froides à Ankara

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Ouverture du procès de 205 Kurdes accusés d'appartenir au PKK

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Quinze femmes rebelles kurdes tuées par les forces de l'ordre turques

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)