Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

Amériques

La grève du métro de Buenos Aires, une histoire de rivalité politique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/08/2012

Les syndicats du métro de la capitale argentine ont annoncé lundi la suspension de leur grève après dix jours d'interruption de travail. La gestion du "Subte" oppose frontalement le maire de Buenos Aires à la présidente argentine, Cristina Kirchner.

AFP - La grève du métro de Buenos Aires, qui a été levée lundi soir après avoir semé le chaos dans la mégapole argentine pendant dix jours, a fait éclater au grand jour un conflit entre la présidente Cristina Kirchner et le maire de la capitale, Mauricio Macri.

"Nous allons suspendre notre grève", a dit lundi soir un responsable syndical, Roberto Pianelli. "Le problème n'est pas pour autant réglé, car la question salariale n'est pas réglée", a-t-il averti à l'issue d'entretiens avec les responsables de l'entreprise.

L'accord signé prévoit une hausse salariale de 23%, alors que l'Association syndicale des travailleurs du métro (gauche), qui regroupe quelque 2.500 employés, exigeait un augmentation salariale de 28%.

Dans les rues de Buenos Aires, des milliers d'usagers exaspérés auront tenté pendant dix jours de rejoindre leur travail à pied ou à vélo pour éviter les embouteillages. Buenos Aires compte 3 millions d'habitants, mais les jours ouvrables, 3 millions supplémentaires habitant en banlieue vont y travailler.

Mais cette grève, la plus longue de l'histoire du métro argentin -inauguré en 1913, le premier d'Amérique latine-, aura surtout révélé l'ampleur de la dispute entre Mme Kirchner (péroniste de centre-gauche) et M. Macri (droite).

"La mairie a l'obligation légale, les ressources de l'Etat et des habitants de Buenos Aires pour assumer la gestion du métro", affirme la voix off d'un spot publicitaire télévisé de la présidence qui ajoute : "Pourquoi ne le fait-il pas ?".

"Faux", réplique un spot de la mairie de Buenos Aires sur internet, dénonçant les "mensonges" de la publicité présidentielle. "Il est condamnable d'utiliser des fonds publics pour mener une campagne politique", ajoute-t-il.

Le maire de Buenos Aires a signé en janvier un accord de principe pour assumer la gestion du métro, jusqu'alors prise en charge par l'Etat. Dans la foulée, il a décidé de doubler le prix du ticket.

Mais dénonçant le non respect par l'Etat de plusieurs clauses et le mauvais état des wagons, M. Macri décide ensuite de renoncer à la gestion du métro.

Le gouvernement fait alors adopter une loi au Congrès lui transférant la gestion du réseau, alors que le parlement de la ville autonome de Buenos Aires vote de son côté une loi rendant l'administration du métro à l'Etat.

"C'est un affrontement politique", explique à l'AFP Luis Costa, analyste de l'institut Ipsos Mora y Araujo.

Réélu maire de Buenos Aires il y a un an avec 64,3% des voix face au candidat de Mme Kirchner, M. Macri s'est imposé comme un candidat potentiel de l'opposition pour la prochaine présidentielle. Il fait désormais figure de grand rival de la présidente, quant à elle, réélue en octobre 2011 pour un deuxième mandat avec 54,3% des voix.

M. Macri et Mme Kirchner s'opposent régulièrement par médias interposés, et leur conflit se cristallise autour de la gestion du métro.

Depuis plusieurs mois, le maire de Buenos Aires accuse Mme Kirchner de chercher à l'asphyxier économiquement. Il affirme avoir demandé en vain d'être reçu par la présidente pour tenter de trouver un terrain d'entente.

Jeudi, le Congrès, où le parti de Mme Kirchner dispose d'une majorité confortable, a adopté une loi privant la banque de la ville, Banco Ciudad, des dépôts (ou consignations) judiciaires, soit 40% du total de ses dépôts.

Mis en examen pour une sombre affaire d'espionnage par un juge soupçonné d'être proche du pouvoir, Norberto Oyarbide, M. Macri ne croise Mme Kirchner que lors des cérémonies officielles.

Il y a quelques jours, à la Bourse de Buenos Aires, Mme Kirchner avait ironisé sur "l'éventuelle présence d'un mis en examen dans la salle", alors que M. Macri l'écoutait assis au premier rang.

 

Première publication : 14/08/2012

  • ARGENTINE

    La "préoccupante" politique économique de Cristina Kirchner

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Cristina Kirchner remporte haut la main l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE ARGENTINE

    Cristina Kirchner, les raisons d'une victoire assurée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)