Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Moyen-orient

La suspension de la Syrie à l'ordre du jour du sommet islamique de La Mecque

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/08/2012

L'Organisation de coopération islamique consacre un sommet à la crise en Syrie, ce mardi à La Mecque. Un projet de résolution visant à suspendre Damas a été adopté lors d'une réunion préparatoire. Il doit maintenant être approuvé par les dirigeants.

AFP - Les dirigeants du monde musulman se réunissent mardi soir dans la ville sainte de La Mecque pour mettre une pression symbolique sur le régime syrien qu'ils entendent suspendre de leur forum, l'Organisation de coopération islamique (OCI).

L'Arabie saoudite a pris l'initiative de ce sommet, une façon d'asseoir son leadership sur le monde musulman.

Mais au regard des divisions entre les 57 pays de l'OCI, qui réunissent plus d'un milliard et demi d'habitants, le sommet ne peut avoir qu'une portée symbolique.

Lundi soir, la réunion ministérielle préparatoire au sommet a recommandé une suspension de la Syrie de l'OCI, mais les débats s'annoncent houleux, l'Iran, fidèle allié du régime de Bachar al-Assad, étant opposé à une telle mesure.

"Je suis ouvertement contre la suspension de n'importe quel pays", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, en ajoutant: "suspendre un pays ne signifie pas aller vers un règlement du problème. En agissant ainsi, vous voulez éluder la question".

Un autre poids lourd de l'OCI, l'Algérie, semble réservé sur une telle mesure, selon des participants.

Le chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud al-Fayçal, a dénoncé lundi la politique de "la terre brûlée" de Damas et estimé que la violence qui ensanglante la Syrie était "la conséquence du fait que (le régime) ait ignoré les demandes de son peuple".

"La situation douloureuse" que vit le monde islamique à travers le conflit syrien "ouvre la voie à l'affaiblissement de notre Oumma (Nation) et donne des prétextes à l'ingérence dans nos affaires", a-t-il prévenu.

Un responsable du ministère saoudien des Affaires étrangères, Mohammed Ahmed Taieb, a affirmé à l'AFP que certains délégués appelaient à une position encore plus ferme à l'égard de Damas, et voulaient notamment exiger "le départ du président Assad" et "la préparation de la période de transition".

Pas de délégué syrien

Si l'Iran soutient ouvertement le régime syrien, plusieurs autres pays membres de l'OCI aident les rebelles à résister sur le terrain aux forces de Bachar al-Assad que ce soit par l'envoi d'armes, de moyens de communications ou autres soutiens logistiques. Le régime syrien accuse notamment le Qatar et l'Arabie saoudite d'armer les rebelles.

Défection du représentant syrien au conseil des droits de l'Homme de l'ONU

Le diplomate représentant la Syrie au Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU à Genève a fait défection et a rejoint l'opposition, estimant ne plus être en mesure dans cette fonction d'aider le peuple syrien.

"Tout simplement quand j'ai senti que je ne pouvais plus continuer à aider le peuple syrien, je me devais d'avancer", a déclaré Danny Al-Baaj dans un entretien téléphonique lundi avec l'AFP à Genève.

La Syrie n'enverra pas de délégué à la réunion, selon le secrétaire général de l'Organisation de coopération islamique (OCI) Ekmeleddin Ihsanoglu, tandis que l'opposition n'avait pas jusqu'à dimanche été invitée au sommet, d'après le président du Conseil national syrien (CNS) Abdel Basset Sayda.

Alors que la crise en Syrie s'éternise, faute de consensus au Conseil de sécurité des Nations unies, les participants espèrent néanmoins parvenir à des avancées. Sur le plan symbolique, la réunion se tient dans le lieu le plus important pour les musulmans, la ville de la Mecque, pendant la "nuit du destin" la plus sacrée du mois de jeûne du ramadan, durant laquelle le Coran a été révélé au prophète Mahomet, selon la tradition musulmane.

Les Etats-Unis ont indiqué que leur envoyé spécial auprès de l'OCI, Rashad Hussain, suivait de près les travaux et que sa présence démontrait leur engagement à travailler avec leurs "partenaires de la communauté internationale pour soutenir les aspirations du peuple syrien et mettre plus de pression sur le régime de Bachar al-Assad".

Première publication : 14/08/2012

  • SYRIE

    Poursuite des combats à Alep et Damas, report de la réunion des pays arabes

    En savoir plus

  • SYRIE

    La mouvance djihadiste internationale s'immisce dans le conflit syrien

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'Algérien Lakhdar Brahimi pressenti comme successeur de Kofi Annan sur la Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)