Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali: 160 pompiers tentent de sauver le marché de Bamako

En savoir plus

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FOCUS

Sénatoriale dans l’Alabama : une élection qui divise sur fond de pédophilie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'OMC sous la pression des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Laurent Wauquiez, adroit ou à droite?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

Moyen-orient

Assad ne contrôle plus qu'un tiers de la Syrie, selon son ex-Premier ministre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/08/2012

L'ex-Premier ministre syrien Ryad Hidjab, qui a fait défection et rejoint l'opposition le 6 août, a affirmé mardi en Jordanie que le régime de Bachar al-Assad s'affaiblissait et ne contrôlait plus que "30 %" du territoire syrien.

REUTERS - L'ancien Premier ministre syrien Ryad Hidjab a déclaré mardi que le régime de Bachar al Assad s'effondrait et ne contrôlait plus que 30% du pays, lors de sa première apparition publique depuis sa défection au début du mois.

Extrait de la conférence de presse de Ryad Hidjab

Ryad Hidjab, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Amman, la capitale jordanienne, a indiqué que le moral du gouvernement était affaibli après 17 mois de conflit avec l'insurrection populaire.

"Ah, révolutionnaires dévoués, votre révolution est devenu un modèle d'effort et de sacrifice pour la liberté et la dignité", a-t-il dit. "Je vous assure, par l'expérience de mon ancien poste, que le régime s'écroule, dans l'esprit comme dans ses finances, en même temps que les affrontements armés s'intensifient"

"Il ne contrôle désormais pas plus de 30% du territoire syrien (...). Alors, achevons l'éclatante révolution en préservant l'unité du pays."

Ryad Hidjab, qui appartient à la majorité syrienne sunnite comme une grande partie des insurgés, ne faisait pas partie des proches cercles de Bachar al Assad, essentiellement constitués d'alaouites. Mais en tant que Premier ministre, sa défection a été un coup symbolique pour le gouvernement syrien.

Il a d'ailleurs affirmé qu'il avait quitté la Syrie de lui-même, et non parce qu'il avait été limogé, contrairement à ce qui a été rapporté par les autorités de Damas.

"Il est mon devoir de me laver les mains de ce régime corrompu", a-t-il déclaré.

Il a remercié plusieurs pays comme l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie pour leur assistance, et leur a demandé d'agir encore davantage en faveur de l'opposition.

"Nous les appelons à poursuivre leurs bons efforts pour soutenir la révolte du peuple et la conduire vers la victoire certaine", a-t-il ajouté.

Première publication : 14/08/2012

  • SYRIE

    La suspension de la Syrie à l'ordre du jour du sommet islamique de La Mecque

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le Premier ministre syrien rejoint l'opposition et dénonce un génocide

    En savoir plus

  • LIBAN

    La justice militaire libanaise pointe son doigt vers la Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)