Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La République des juges ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

Moyen-orient

Des partisans de l'ex-président Saleh attaquent le ministère de la Défense

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/08/2012

Des soldats fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh ont attaqué mardi le ministère de la Défense à Sanaa, tuant cinq personnes. Une semaine plus tôt, des centaines de militaires s'étaient rebellés contre une restructuration des forces armées.

AFP - Cinq personnes, dont deux civils, ont été tuées et 17 autres blessées mardi dans l'attaque de soldats fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh contre le siège du ministère de la Défense à Sanaa, a indiqué à l'AFP une source militaire.

"Trois militaires et deux civils ont été tués dans l'attaque", a déclaré cette source, ajoutant que l'opération avait fait "17 blessés: 15 militaires et deux civils".

Des centaines de soldats de la Garde républicaine, commandée par le fils de l'ancien président, le général Ahmed Ali Abdallah Saleh, avaient attaqué à l'arme automatique et aux roquettes antichar le siège du ministère dans le centre de Sanaa après l'avoir assiégé, selon des témoins.

Mais les troupes gouvernementales ont pu repousser l'attaque, arrêtant 18 soldats de la Garde républicaine tandis que la police militaire pourchassait d'autres qui ont trouvé refuge dans des habitations ou des bâtiments proches du ministère, a indiqué une source des services de sécurité.

"Le général Ahmed a ordonné en soirée aux soldats de la Garde républicaine de se retirer du secteur du ministère de la Défense", a déclaré à l'AFP une source militaire de ce corps d'élite de l'armée.

En milieu de soirée, le calme est revenu dans le secteur mais la tension restait vive dans la capitale où des hommes de tribus en armes ont fait leur apparition, ont indiqué des habitants.

Des barrages militaires et policiers ont été établis sur les principales rues conduisant au siège du ministère de la Défense.

Première publication : 14/08/2012

  • YÉMEN

    Des dizaines de morts dans un attentat-suicide d'Al-Qaïda au Yémen

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Une centaine de miliciens tribaux occupent le ministère de l'Intérieur

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Sanaa déterminé à poursuivre la guerre contre Al-Qaïda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)