Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le meilleur du théâtre et de la série "Mad Men"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arménie : l’art de la mémoire

En savoir plus

MODE

France : l’association Faber Lambert pour la valorisation des métiers rares

En savoir plus

FOCUS

Ebola : une campagne de vaccination redonne espoir à la Guinée

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les lingots d'or cachés de Jean-Marie Le Pen

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

États-Unis : la légalisation attendue du mariage gay

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le troisième mandat de la discorde

En savoir plus

Amériques

L'Équateur dément avoir accordé l'asile politique à Julian Assange

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/08/2012

La question de l'asile politique du fondateur de WikiLeaks, qui se trouve actuellement à Londres, doit être tranchée par le président Correa. En cas de refus, Assange sera extradé vers la Suède, où il est recherché pour violences sexuelles.

REUTERS - L'Equateur a démenti, mardi, les informations selon lesquelles il avait accordé l'asile politique au fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange, et a précisé que la décision incombait au président équatorien Rafael Correa.

Plus rien ne s'oppose à l'extradition d'Assange vers la Suède où il est recherché pour des violences sexuelles présumées après le rejet la semaine passée de son dernier recours judiciaire par la Cour suprême britannique.

Arrêté en 2010 en Grande-Bretagne, l'Australien était assigné à résidence dans le pays mais il a trouvé refuge à l'ambassade d'Equateur à Londres il y a huit semaines.

Le quotidien britannique The Guardian, citant des sources gouvernementales équatoriennes, rapportait que l'asile politique allait être accordé à Assange.

"Cette information est fausse", a déclaré le président Correa dans une conférence de presse. "Lorsque nous prendrons une décision, nous expliquerons très clairement les motifs et le cadre légal soutenant l'octroi ou non de l'asile politique à M. Assange", a-t-il ajouté.

S'exprimant en marge d'une réunion dans la ville d'Ambato, le ministre équatorien des Affaires étrangères, Ricardo Patino, a également contesté l'information du Guardian.

"Des sources anonymes, cela ne veut rien dire. Seuls le président et moi-même prendrons la décision. Rien n'est fait pour l'instant", a-t-il déclaré à Reuters.

Correa a précisé qu'une décision sur la demande présentée par Julian Assange devrait être rendue probablement avant la fin de la semaine et qu'il va s'entretenir de cette question avec son ministre des Affaires étrangères, mercredi.

Par convention diplomatique, la police britannique ne peut pénétrer dans la mission consulaire équatorienne à Londres. En revanche, il semble impossible au fondateur de WikiLeaks d'en quitter les locaux et de se rendre à l'aéroport pour prendre un vol à destination de l'Amérique du Sud sans être appréhendé.

"La question n'est pas seulement celle de l'asile de M. Assange", a expliqué Patino. "Pour qu'il puisse quitter l'Angleterre il faudrait qu'il bénéficie d'un laisser-passer du gouvernement britannique. Est-ce possible ? C'est une donnée que nous devons prendre en compte".

Première publication : 15/08/2012

  • JUSTICE

    Julian Assange réclame des garanties en cas d'extradition vers la Suède

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Pourquoi Julian Assange cherche-t-il l'asile politique en Équateur ?

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Julian Assange est "passible d'arrestation", indique Scotland Yard

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)