Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

Moyen-orient

Plus de 20 morts dans un raid aérien dans le nord de la Syrie

Vidéo par Alexandra RENARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/08/2012

Un bombardement de l'armée de l'air syrienne a fait plus de 20 morts, mercredi, dans la ville insurgée d'Azaz, près de la frontière entre la Turquie et la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

AFP - Un raid de l'armée de l'air syrienne a tué plus de vingt personnes mercredi dans la localité rebelle d'Azaz, dans le nord de la Syrie, près de la frontière avec la Turquie, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Je peux affirmer qu'il y a plus de vingt morts que nous avons pu identifier", a déclaré à l'AFP le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Des dizaines de Syriens harcelés ou enlevés aud sud de Beyrouth

Des dizaines Syriens ont été enlevés et leurs biens vandalisés mercredi au sud de Beyrouth, après l'annonce erronée de certains médias de la mort de onze pèlerins chiites kidnappés en mai dans le nord de la Syrie, a annoncé l'agence officielle libanaise.

"Une atmosphère de chaos règne" à la lisière de Choueifat et Hay Saloum, dans une zone chiite de la banlieue sud de la capitale, a affirmé l'Agence nationale d'information (ANI).

"Les parents et les voisins des Libanais enlevés en Syrie sont sortis dans les rues et ont commencé à harceler des Syriens et à vandaliser leurs biens après que des informations non confirmées faisant état de la mort de quatre Libanais enlevés", a affirmé l'agence.

Source: AFP

Il a précisé que le raid avait également touché les onze pèlerins chiites libanais enlevés le 22 mai dans le nord de la Syrie et que quatre d'entre eux avaient été "grièvement blessés".

Selon lui, le raid, mené par un avion qui a brisé le mur du son avant de tirer des missiles, a visé un ancien siège local du parti Baas dans cette ville de 70.000 habitants, devenu un quartier général pour des groupes rebelles.

Des témoins ont fait part à l'AFP d'une "attaque aérienne au cours de laquelle plusieurs missiles ont été tirés, détruisant au moins dix maisons".

Un correspondant de l'AFP a vu des dizaines de personnes, criant et se lamentant, escalader les décombres à la recherche de survivants. Selon lui, tout s'est effondré sur un périmètre de 40 mètres par 20 mètres, et les vitres de nombreuses maisons des alentours ont été soufflées.

"Un pâté de maisons s'est écroulé. Les morts sont des civils et des combattants, mais ce qui est clair c'est que c'était une base de l'Armée syrienne libre" (ASL, qui regroupe des déserteurs et des civils ayant pris les armes), a expliqué M. Abdel Rahmane.

"C'est une zone civile. Toutes ces maisons étaient pleines de femmes et d'enfants qui dormaient en raison du jeûne du ramadan. Même Israël n'oserait pas faire une chose pareille", a pour sa part dénoncé à l'AFP Abou Omar, un ingénieur de 50 ans.

"C'en est trop, je pars aujourd'hui en Turquie avec ma famille car ma vie est devenue impossible", s'est révolté Jamaa. "Si vous descendez dans le sous-sol de ma maison, vous verrez 15 femmes terrorisées à l'idée de sortir", a-t-il dit.

A l'hôpital, un journaliste de l'AFP a vu une petite fille de quatre ans apparemment décédée, ainsi que le corps couvert de poussière d'un bébé de moins d'un an, et des restes humains dissimulés sous un drap.

"Personne ne sait jusqu'où le bilan va monter maintenant. Cela pourrait prendre des jours pour fouiller les décombres", a déclaré Abou al-Baraa, un médecin radiologue arrivé le jour même d'Arabie saoudite, précisant que l'hôpital d'Azaz ne comptait qu'un seul autre médecin, un anesthésiste.

Selon des témoins et des membres de l'ASL venus renforcer la sécurité après le raid, l'avion a tiré deux fois, et la seconde frappe, plus petite, a visé un centre de presse improvisé, sans qu'il soit possible de préciser si elle a fait des victimes.

Première publication : 15/08/2012

  • SYRIE

    Les enquêteurs de l'ONU accusent Damas de crimes contre l'humanité

    En savoir plus

  • SYRIE

    Une fusillade éclate à proximité des bureaux du Premier ministre à Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'ASL revendique un attentat contre des locaux de l'état-major à Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)