Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • Gaza : début d'une trêve de trois jours, des négociations commencent en Égypte

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Economie

Transactions avec l'Iran : Standard Chartered va payer pour arrêter les poursuites

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/08/2012

La banque britannique Standard Chartered a accepté de débourser 340 millions de dollars afin de mettre un terme aux poursuites judiciaires entamées par l'État de New York dans une affaire de transactions illicites avec l'Iran.

REUTERS - Standard Chartered veut aboutir à un accord avec d’autres autorités américaines après avoir convenu mardi de débourser 340 millions de dollars (276 millions d’euros) pour mettre fin aux poursuites du département des services financiers (DFS) de l’Etat de New York dans une affaire de transactions occultes présumées avec l’Iran.

Le directeur général de la banque britannique Peter Sands, qui a interrompu la semaine dernière ses vacances au Canada pour piloter le dossier, reste aux Etats-Unis pendant que des représentants de Standard Chartered discutent avec d’autres instances afin d’aboutir à un accord complet, susceptible de lever toutes les incertitudes.

"Des négociations se poursuivent avec d’autres agences (...) On peut partir du principe qu’il y aura désormais un accord complet", a dit un porte-parole de la banque, sans toutefois donner de calendrier du processus en cours.

En réaction à l’accord conclu avec l’Etat de New York, le titre Standard Chartered avançait vers 11h15 GMT de 4,85% à 14,37 livres alors que l’indice regroupant les valeurs bancaires européennes prenait 0,15%.

A ce niveau, la valorisation boursière de Standard Chartered reste encore inférieure de quelque 9% par rapport à ce qu’elle était avant les accusations portées contre la banque le 6 août par Benjamin Lawsky, directeur du département des services financiers de l’Etat de New York.

Ce dernier avait dit à l’époque que Standard Chartered avait camouflé des transactions liées à l’Iran pour un total de 250 milliards de dollars, qualifiant au passage la banque "d’établissement voyou".

Peter Sands avait alors jugé "disproportionnées" les allégations de Benjamin Lawsky, mais cela n’avait pas empêché le titre de décrocher de 30% dans les 24 heures qui avaient suivi.

L’accord à l’amiable avec l’Etat de New York est survenu après une semaine de tensions transatlantiques et à moins de 24 heures d’une audition à haut risque pour Standard Chartered, menacé de se voir retirer sa licence bancaire à New York.
 

Première publication : 15/08/2012

  • BANQUES

    La banque HSBC épinglée pour blanchiment d'argent de la drogue et du terrorisme

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran minimise l'embargo pétrolier ‎de l'Union européenne

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    Échec des négociations entre l'Iran et les grandes puissances sur le nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)