Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Moyen-orient

L'Algérien Lakhdar Brahimi peut-il faire mieux que Kofi Annan ?

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 16/08/2012

L'Algérien Lakhdar Brahimi, habitué des médiations internationales, devrait succéder à Kofi Annan au poste d'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie. Un diplomate expérimenté pour une mission des plus délicates...

En annonçant sa démission du poste d'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, le 2 août, Kofi Annan a explicitement évoqué les "accusations et les insultes" au sein du Conseil du sécurité de l’ONU comme l’une des raisons ayant motivé sa décision. Il a alors déclaré souhaiter que son successeur ait plus de chances que lui. Pour casser l’immobilisme diplomatique et essayer de trouver une solution à l’enlisement de la crise syrienne, un nom circule depuis plusieurs jours : Lakhdar Brahimi.

L’ex-ministre algérien des Affaires étrangères est rompu aux missions de médiation délicates aux quatre coins du monde. Et semble faire l’unanimité à New York, mais aussi à Damas, selon Ahmad Fawzi, porte-parole de Kofi Annan, qui a indiqué que les autorités syriennes approuveraient son éventuelle nomination. Cependant, "il n’y a encore eu aucune décision de prise", ni de la part de Lakhdar Brahimi, ni de celle du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a-t-il ajouté.

Bien que sa nomination n’ait pas été annoncée officiellement, Lakhdar Brahimi a déjà esquissé sa feuille de route, le 10 août, dans un communiqué commun avec le groupe des "Elders" (Anciens) - auquel il appartient -, qui réunit des personnalités œuvrant en faveur du règlement des conflits dans le monde. L'ancien président américain Jimmy Carter, l'archevêque sud-africain Desmond Tutu et l'ancien président finlandais et Nobel de la paix Martti Ahtisaari en font partie, notamment. "Le Conseil de sécurité de l’ONU et les États de la région doivent s’unir pour permettre une transition politique dès que possible. [...] Des millions de Syriens réclament la paix à grands cris. Les grandes puissances ne peuvent plus rester divisées et ignorer ainsi cette demande pressante", affirme le communiqué.

Un diplomate expérimenté

Âgé de 78 ans, Lakhdar Brahimi a été ministre des Affaires étrangères de son pays entre 1991 et 1993,  fonction dans le cadre de laquelle il contribua à l'élaboration de l'accord de Taëf, qui a mis fin à la guerre civile au Liban. Sa longue carrière de diplomate onusien l’a amené à travailler en Haïti, en Afrique du Sud post-apartheid, en République démocratique du Congo ou encore au Liberia.

Lakhdar Brahimi a l'habitude des missions de médiation internationales difficiles pour le compte de l'ONU. Il a notamment été représentant de l'organisation en Afghanistan de 1997 à 1999, puis de 2001 à 2004 après le départ des Taliban, ainsi qu'en Irak après l'invasion de 2003. De tels états de service plaident en sa faveur, d’autant plus qu’il est arabe et que le régime en place à Damas n’a pas les a priori négatifs qu’il pouvait avoir à l'égard de Kofi Annan. Dès qu’il a été pressenti, le diplomate algérien aurait pris contact avec le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, qu’il avait déjà côtoyé dans des négociations par le passé.

Mais avant d’accepter la difficile mission de réanimer un processus de paix quasiment impossible alors que les armes ne se sont pas tues depuis 17 mois, Lakhdar Brahimi exige l’appui formel du Conseil de sécurité de l'ONU, selon des diplomates onusiens interviewés par l’AFP. Ces derniers affirment qu’il veut un "soutien ferme" avant d’accepter la succession de Kofi Annan (dont le mandat expire le 31 août) : "Il considère que c’est crucial", affirment-ils.

Alors que le conflit s’aggrave de jour en jour, le Conseil de sécurité doit rapidement se prononcer sur l’avenir de la Mission de supervision des Nations unies en Syrie (Misnus), dont le mandat s’achève le 20 août. Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, considère qu'il faut maintenir une présence sur le territoire syrien pour surveiller les événements et maintenir l’espoir d’une solution politique que certains voudraient voir Lakhdar Brahimi incarner.

Sa mission : convaincre Russes et Chinois

La demande de Lakhdar Brahimi d’obtenir le soutien unanime du Conseil de sécurité est à remettre dans le contexte de l’impasse diplomatique actuelle. Toutes les tentatives de la communauté internationale pour mettre fin aux violences se sont heurtées aux désaccords marqués entre les cinq membres permanents du Conseil. Ces derniers disposent chacun d’un droit de veto. Les Russes et les Chinois en ont déjà fait usage à trois reprises.

Depuis plusieurs mois, Moscou n'a cessé de confirmer son soutien indéfectible au régime de Damas dans sa lutte contre les "terroristes". La présence confirmée de djihadistes étrangers sert depuis plusieurs mois d’argument à Bachar al-Assad pour refuser toute ingérence occidentale. La Chine, elle aussi, est hostile à l'islamisme (la province chinoise du Xinjiang jouxte l'Afghanistan) et s'aligne sur les positions russes. Les deux pays ont en commun l’impression de s'être fait manœuvrer par les Occidentaux, notamment les Français et les Britanniques, en mars 2011, au moment du vote de la résolution destinée à protéger les populations civiles en Libye. Leur vote positif avait déclenché les frappes aériennes qui ont abouti à la chute de Mouammar Kadhafi.

Reste qu'il semble aujourd'hui bien difficile d'imaginer les Russes et les Chinois changer de position sur la Syrie. Mercredi 15 août, alors qu'un émissaire de Bachar al-Assad était attendu à Pékin, le Quotidien du peuple, journal du Parti communiste chinois, a reproché aux Occidentaux d'être responsables de l'échec de la mission de Kofi Annan. Le même jour, le ministre russe des Affaires étrangères a appelé les pays occidentaux à ne pas "saboter" l'accord de Genève. Ce texte, adopté le 30 juin, par le Groupe d'action sur la Syrie, constitué par Kofi Annan, fixe le principe d'une transition en Syrie. Mais le document ne contient aucun appel à Bachar al-Assad à renoncer au pouvoir, ce que les Occidentaux exigent.

Sans le soutien des Russes et des Chinois, la mission que Lakhdar Brahimi pourrait se voir confier risque d'être vaine. Le possible futur médiateur de l’ONU en Syrie souhaite trouver une solution entre les Syriens, insistant sur la nationalité pour exclure les djihadistes de la sortie de crise : "Les Syriens doivent s’unir en tant que nation pour trouver une solution. C’est la seule manière de garantir qu'ils pourront vivre ensemble en paix, dans une société fondée non pas sur la peur des représailles mais sur la tolérance".

Du côté des forces loyalistes, Lakhdar Brahimi pourrait être la "dernière chance" ; il est plus complexe de connaître l’avis des forces rebelles, divisées. Quoi qu'il en soit cependant, il paraît bien difficile, à ce jour, de croire à une solution négociée dans le pays alors que les violences auraient fait plus de 23 000 morts en 17 mois, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

Première publication : 15/08/2012

  • SYRIE

    Les enquêteurs de l'ONU accusent Damas de crimes contre l'humanité

    En savoir plus

  • SYRIE

    Assad ne contrôle plus qu'un tiers de la Syrie, selon son ex-Premier ministre

    En savoir plus

  • SYRIE

    La mouvance djihadiste internationale s'immisce dans le conflit syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)