Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Moyen-orient

L'Algérien Lakhdar Brahimi peut-il faire mieux que Kofi Annan ?

©

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 16/08/2012

L'Algérien Lakhdar Brahimi, habitué des médiations internationales, devrait succéder à Kofi Annan au poste d'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie. Un diplomate expérimenté pour une mission des plus délicates...

En annonçant sa démission du poste d'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, le 2 août, Kofi Annan a explicitement évoqué les "accusations et les insultes" au sein du Conseil du sécurité de l’ONU comme l’une des raisons ayant motivé sa décision. Il a alors déclaré souhaiter que son successeur ait plus de chances que lui. Pour casser l’immobilisme diplomatique et essayer de trouver une solution à l’enlisement de la crise syrienne, un nom circule depuis plusieurs jours : Lakhdar Brahimi.

L’ex-ministre algérien des Affaires étrangères est rompu aux missions de médiation délicates aux quatre coins du monde. Et semble faire l’unanimité à New York, mais aussi à Damas, selon Ahmad Fawzi, porte-parole de Kofi Annan, qui a indiqué que les autorités syriennes approuveraient son éventuelle nomination. Cependant, "il n’y a encore eu aucune décision de prise", ni de la part de Lakhdar Brahimi, ni de celle du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a-t-il ajouté.

Bien que sa nomination n’ait pas été annoncée officiellement, Lakhdar Brahimi a déjà esquissé sa feuille de route, le 10 août, dans un communiqué commun avec le groupe des "Elders" (Anciens) - auquel il appartient -, qui réunit des personnalités œuvrant en faveur du règlement des conflits dans le monde. L'ancien président américain Jimmy Carter, l'archevêque sud-africain Desmond Tutu et l'ancien président finlandais et Nobel de la paix Martti Ahtisaari en font partie, notamment. "Le Conseil de sécurité de l’ONU et les États de la région doivent s’unir pour permettre une transition politique dès que possible. [...] Des millions de Syriens réclament la paix à grands cris. Les grandes puissances ne peuvent plus rester divisées et ignorer ainsi cette demande pressante", affirme le communiqué.

Un diplomate expérimenté

Âgé de 78 ans, Lakhdar Brahimi a été ministre des Affaires étrangères de son pays entre 1991 et 1993,  fonction dans le cadre de laquelle il contribua à l'élaboration de l'accord de Taëf, qui a mis fin à la guerre civile au Liban. Sa longue carrière de diplomate onusien l’a amené à travailler en Haïti, en Afrique du Sud post-apartheid, en République démocratique du Congo ou encore au Liberia.

Lakhdar Brahimi a l'habitude des missions de médiation internationales difficiles pour le compte de l'ONU. Il a notamment été représentant de l'organisation en Afghanistan de 1997 à 1999, puis de 2001 à 2004 après le départ des Taliban, ainsi qu'en Irak après l'invasion de 2003. De tels états de service plaident en sa faveur, d’autant plus qu’il est arabe et que le régime en place à Damas n’a pas les a priori négatifs qu’il pouvait avoir à l'égard de Kofi Annan. Dès qu’il a été pressenti, le diplomate algérien aurait pris contact avec le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, qu’il avait déjà côtoyé dans des négociations par le passé.

Mais avant d’accepter la difficile mission de réanimer un processus de paix quasiment impossible alors que les armes ne se sont pas tues depuis 17 mois, Lakhdar Brahimi exige l’appui formel du Conseil de sécurité de l'ONU, selon des diplomates onusiens interviewés par l’AFP. Ces derniers affirment qu’il veut un "soutien ferme" avant d’accepter la succession de Kofi Annan (dont le mandat expire le 31 août) : "Il considère que c’est crucial", affirment-ils.

Alors que le conflit s’aggrave de jour en jour, le Conseil de sécurité doit rapidement se prononcer sur l’avenir de la Mission de supervision des Nations unies en Syrie (Misnus), dont le mandat s’achève le 20 août. Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, considère qu'il faut maintenir une présence sur le territoire syrien pour surveiller les événements et maintenir l’espoir d’une solution politique que certains voudraient voir Lakhdar Brahimi incarner.

Sa mission : convaincre Russes et Chinois

La demande de Lakhdar Brahimi d’obtenir le soutien unanime du Conseil de sécurité est à remettre dans le contexte de l’impasse diplomatique actuelle. Toutes les tentatives de la communauté internationale pour mettre fin aux violences se sont heurtées aux désaccords marqués entre les cinq membres permanents du Conseil. Ces derniers disposent chacun d’un droit de veto. Les Russes et les Chinois en ont déjà fait usage à trois reprises.

Depuis plusieurs mois, Moscou n'a cessé de confirmer son soutien indéfectible au régime de Damas dans sa lutte contre les "terroristes". La présence confirmée de djihadistes étrangers sert depuis plusieurs mois d’argument à Bachar al-Assad pour refuser toute ingérence occidentale. La Chine, elle aussi, est hostile à l'islamisme (la province chinoise du Xinjiang jouxte l'Afghanistan) et s'aligne sur les positions russes. Les deux pays ont en commun l’impression de s'être fait manœuvrer par les Occidentaux, notamment les Français et les Britanniques, en mars 2011, au moment du vote de la résolution destinée à protéger les populations civiles en Libye. Leur vote positif avait déclenché les frappes aériennes qui ont abouti à la chute de Mouammar Kadhafi.

Reste qu'il semble aujourd'hui bien difficile d'imaginer les Russes et les Chinois changer de position sur la Syrie. Mercredi 15 août, alors qu'un émissaire de Bachar al-Assad était attendu à Pékin, le Quotidien du peuple, journal du Parti communiste chinois, a reproché aux Occidentaux d'être responsables de l'échec de la mission de Kofi Annan. Le même jour, le ministre russe des Affaires étrangères a appelé les pays occidentaux à ne pas "saboter" l'accord de Genève. Ce texte, adopté le 30 juin, par le Groupe d'action sur la Syrie, constitué par Kofi Annan, fixe le principe d'une transition en Syrie. Mais le document ne contient aucun appel à Bachar al-Assad à renoncer au pouvoir, ce que les Occidentaux exigent.

Sans le soutien des Russes et des Chinois, la mission que Lakhdar Brahimi pourrait se voir confier risque d'être vaine. Le possible futur médiateur de l’ONU en Syrie souhaite trouver une solution entre les Syriens, insistant sur la nationalité pour exclure les djihadistes de la sortie de crise : "Les Syriens doivent s’unir en tant que nation pour trouver une solution. C’est la seule manière de garantir qu'ils pourront vivre ensemble en paix, dans une société fondée non pas sur la peur des représailles mais sur la tolérance".

Du côté des forces loyalistes, Lakhdar Brahimi pourrait être la "dernière chance" ; il est plus complexe de connaître l’avis des forces rebelles, divisées. Quoi qu'il en soit cependant, il paraît bien difficile, à ce jour, de croire à une solution négociée dans le pays alors que les violences auraient fait plus de 23 000 morts en 17 mois, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

Première publication : 15/08/2012

  • SYRIE

    Les enquêteurs de l'ONU accusent Damas de crimes contre l'humanité

    En savoir plus

  • SYRIE

    Assad ne contrôle plus qu'un tiers de la Syrie, selon son ex-Premier ministre

    En savoir plus

  • SYRIE

    La mouvance djihadiste internationale s'immisce dans le conflit syrien

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)