Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Gaza : le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas vire au bain de sang

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

Amériques

L'Équateur accorde l'asile politique à Julian Assange

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2012

L’Équateur a décidé d'accorder l'asile politique à Julian Assange, qui est actuellement réfugié à l'ambassade équatorienne à Londres. Mais les autorités britanniques entendent toujours extrader le fondateur de Wikileaks vers la Suède.

AFP - L'Equateur a décider d'accorder l'asile politique au fondateur de WikiLeaks Julian Assange, réfugié depuis deux mois dans son ambassade à Londres, a annoncé jeudi le ministre équatorien des Affaires étrangères Ricardo Patiño.

La Suède convoque l'ambassadeur équatorien

La Suède a convoqué l'ambassadeur équatorien à Stockholm après la décision de Quito d'accorder l'asile politique au fondateur de WikiLeaks Julian Assange.

Lors d'une conférence de presse à Quito jeudi, le ministre des Affaires étrangères équatorien Ricardo Patiño a fait part de ses inquiétudes quant à la possibilité que les droits de la défense ne soient pas respectés en Suède.

Le ministre des Affaires étrangères suédois Carl Bildt s'est immédiatement indigné. "Notre système juridique et constitutionnel solide garantit les droits de tout un chacun. Nous rejetons fermement toute accusation qui implique le contraire", a-t-il déclaré sur son compte Twitter.
 

Quito "a décidé d'accorder l'asile diplomatique au citoyen (australien) Julian Assange", considérant notamment que ce dernier "n'aurait pas droit à un procès équitable" en cas d'extradition aux Etats-Unis, a annoncé le ministre lors d'un point de presse donné à son ministère.
              
Selon M. Patiño, l'Equateur a considéré que si M. Assange "était placé en détention préventive en Suède se produirait une chaîne d'événements qui ne pourraient éviter son extradition" dans un pays tiers comme les Etats-Unis.
              
Aux Etats-Unis, M. Assange "pourrait être jugé par des tribunaux spéciaux ou militaires et il n'est pas improbable qu'un traitement cruel et dégradant lui soit réservé et qu'il soit condamné à la peine capitale", a estimé le ministre.
              
Le ministre a également rappelé qu'au terme de près de deux mois de "dialogue au plus haut niveau" avec les gouvernements des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Suède, son pays avait réuni de "sérieux indices" accréditant la possibilité de "représailles" contre M. Assange "qui peuvent mettre son intégrité, sa sécurité, et même sa vie en danger".
              
Julian Assange est accusé par la justice suédoise de viol et d'agression sexuelle. Depuis le 19 juin, il est réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il a déposé une demande d'asile politique pour éviter son extradition vers la Suède.
              

Le fondateur de WikiLeaks dit redouter d'être transféré dans un second temps aux Etats-Unis pour y répondre d'espionnage après la divulgation par son site de 250.000 télégrammes diplomatiques américains.
              
L'Equateur "fait confiance au Royaume-Uni pour fournir le plus tôt possible les garanties et le sauf-conduit nécessaires et adaptés à cette situation", a ajouté M. Patiño.
              
Mais le Royaume-Uni a immédiatement répondu que la décision de Quito "ne change rien", rappelant son obligation légale d'extrader M. Assange vers la Suède.
              
De son côté, la Suède a "fermement" rejeté "toute accusation" laissant entendre que sa justice ne garantit pas les droits de la défense.

Première publication : 16/08/2012

  • WIKILEAKS

    Pourquoi Julian Assange cherche-t-il l'asile politique en Équateur ?

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Julian Assange demande l'asile politique à l'Équateur

    En savoir plus

  • MÉDIA

    Le fracassant come-back médiatique de Julian Assange

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)