Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France : le dialogue social est-il en panne ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : Berlin lâche du lest

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les mille et une vies de Daniel Russo

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : la police dans la ligne de mire des Taliban

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le cognac, la liqueur des dieux

En savoir plus

Moyen-orient

En Jordanie, Laurent Fabius appelle au départ de Bachar al-Assad

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 16/08/2012

Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a entamé depuis mercredi un déplacement de trois jours en Jordanie, au Liban et en Turquie. Une visite que le ministre veut humanitaire mais également politique.

Dans le cadre d'une tournée régionale de trois jours consacrée à la crise syrienne, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a entamé le 15 août une série de déplacements en Jordanie, au Liban et en Turquie, pays qui accueillent au total plus de 250 000 réfugiés syriens.

Pour sa première étape à Amman, en Jordanie, le ministre français a souhaité donner un caractère humanitaire à son voyage. En compagnie de son homologue jordanien, Nasser Joudeh, Laurent Fabius s'est rendu ce jeudi 16 août dans le camp de réfugiés de Zaatari, situé à proximité de la frontière avec la Syrie. Il a rencontré dans la matinée le personnel du groupe médico-chirurgical qui travaille dans l'hôpital de campagne installé par la France dans le camp de Zaatari, en plein désert jordanien, qui est opérationnel depuis une semaine.

"La position de la France est claire: nous considérons que Bachar al-Assad est le bourreau de son peuple, qu'il doit partir et que le plus tôt sera le mieux", a déclaré Laurent Fabius à la presse au cours de sa visite dans le camp de Zaatari. Le ministre français a également appelé au départ du président Bachar al-Assad et à une transition politique rapide en Syrie.

Rencontre avec des opposants

Mais cette visite est aussi l'occasion pour le ministre d'exprimer le soutien "de la France aux réfugiés, forcés à l’exil par les exactions du régime". Le ministère indique que le chef de la diplomatie française prévoit "des entretiens de haut niveau dans le cadre des efforts de la France pour promouvoir une transition politique crédible et rapide en Syrie".

Le ministre fera ensuite escale dans la journée au Liban où il s'entretiendra avec les plus hauts responsables du pays : le président Michel Sleimane, le Premier ministre Najib Mikati, le président du Parlement Nabih Berri ainsi que son homologue aux Affaires étrangères Adnan Mansour. Le ministère français annonce également une rencontre avec des acteurs humanitaires et des opposants sans apporter plus de précision.

Laurent Fabius achèvera sa tournée le 17 août en Turquie pour visiter un camp de réfugiés et s’entretenir avec son homologue Ahmet Davutoglu. Il rejoindra la France en fin de soirée.

La France, qui préside le Conseil de sécurité pendant le mois d'août, organisera une réunion ministérielle de l'ONU le 30 août "essentiellement consacrée à l'examen de la situation humanitaire en Syrie et dans les pays voisins". Le ministère annonce également que toutes ces rencontres s’ajoutent aux "contacts incessants du ministre avec ses homologues ou l’opposition syrienne, relayés par l’action de [nos] ambassades et représentations diplomatiques partout dans le monde pour promouvoir une transition politique".

Première publication : 16/08/2012

  • SYRIE

    Les rescapés du raid aérien sur Azaz soignés en Turquie

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    La crise syrienne provoque un regain de tension au Liban

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les enquêteurs de l'ONU accusent Damas de crimes contre l'humanité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)