Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

SPORT

Les "restes des Jeux" de Londres mis en vente sur Internet

Texte par Trésor KIBANGULA

Dernière modification : 16/08/2012

Des milliers de meubles et d'objets utilisés par les athlètes dans le village olympique, à Londres, sont en vente sur Internet. L'opération vise à renflouer les caisses du comité olympique britannique.

Rêvez-vous de vous procurer un souvenir des Jeux olympiques de Londres ? Rumler Furniture, principal fournisseur en mobilier des dernières olympiades, vient de lancer "Remains of the Games", un site Internet public qui propose à la vente des meubles, équipements et accessoires ayant été utilisés par les athlètes dans le village olympique. Tables, glaciaires à roulettes, en passant par les lits, coussins, armoires, horloges, parasols, lampes de chevet, même les poubelles sont proposés aux internautes. Et, chaque objet porte le label "fièrement fabriqués et fournis aux Jeux olympiques et paralympiques de Londres 2012".

JO Londres 2012 en chiffre

Selon le quotidien britannique The Guardian, 11 000 lits, 14 872 lampes de chevet, 6 326 coussins, 7 496 étendoirs à linge et 17 978 chaises pliantes sont notamment concernés par l’opération, en plus de milliers d’autres meubles et accessoires. Il s’agit de "la plus grande et unique vente d’équipements dans le monde", s’enorgueillit Paul Levin, responsable du marketing du "Remains of the Games".

Les prix, quant à eux, sont loin d’être excessifs, hormis pour les objets hautement symboliques. Comptez 95 livres, soit environ 120 euros pour un bout de gazon du stade olympique, ramassé le jour de la cérémonie d’ouverture des Jeux. Le kit complet de la chambre d’athlète, avec armoire, lit et table de nuit, est vendu pour près de 125 euros.

Et le lit d’Usain Bolt ?

Aucune indication n’est cependant donnée en ligne sur l’identité des athlètes ayant utilisé tel ou tel meuble ou objet lors de son séjour au village olympique. Impossible donc pour l’acheteur de savoir dans quel lit mis en vente a dormi le légendaire Usain Bolt, après son sacre olympique.

Les fans de Teddy Riner ne sauront pas non plus dans quel miroir leur champion s’est regardé avant d’aller combattre sur le tatami. Les responsables du site indiquent cependant qu’ils pourraient révéler des indices sur les liens entre certains équipements et certains athlètes pour attirer de potentiels acheteurs.

Si les produits mis en vente possèdent "de petites imperfections et minuscules rayures", le site insiste sur leur qualité, soulignant que "tous les articles n’ont été utilisés que 14 jours en moyenne et seront reconditionnés pour préserver leur état".

Pour des Jeux qui ont coûté à la Grande-Bretagne plus de 16 milliards d’euros, soit quatre fois le budget initial, l’opération “Remains of the Games” vise à renflouer un peu les caisses du comité olympique britannique. A Pékin, en 2008, la vente aux enchères des meubles du village olympique avait rapporté 10 millions d’euros au comité olympique organisateur.

Première publication : 16/08/2012

  • HANDBALL

    L’attitude des Experts après les Jeux fait tache

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Les tops et les flops africains

    En savoir plus

  • DIAPORAMA

    Londres-2012 : retour en images sur la quinzaine olympique tricolore

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)