Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Londres répète sa détermination à extrader Julian Assange

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2012

Les autorités britanniques menacent de lancer un assaut sur l'ambassade d'Équateur à Londres où Julian Assange est réfugié depuis deux mois, demandant à Quito l'asile politique. Une requête sur laquelle l'Équateur doit se prononcer ce jeudi.

AFP - La police britannique gardait jeudi matin toutes les issues de l'ambassade d'Equateur où Julian Assange, réfugié depuis deux mois, attend la décision de Quito, annoncée pour 12H00 GMT, sur sa demande d'asile politique.

La présence policière britannique devant l'ambassade a été renforcée, mais restait discrète, avec une dizaine de policiers visibles. La rue n'a pas été fermée à la circulation, a constaté une journaliste de l'AFP.

Une poignée de manifestants partisans d'Assange a passé la nuit devant l'ambassade, ceux-ci ayant été alertés par la conférence de presse à Quito au cours de laquelle il a été annoncé que Londres menaçait d'envahir les lieux.

Selon Quito, Londres a formulé "la menace expresse et par écrit qu'un assaut pourrait être lancé contre notre ambassade à Londres si l'Equateur ne lui remet pas Julian Assange".

Tammy Samede, une militante du réseau "Occupy London", a campé sur place toute la nuit et espère "450 manifestants dans la journée".

Elle interpelle un policier : "Vos enfants et vos petits enfants devraient lui être reconnaissants". "Je comprends", répond, placide, ce dernier.

Ella, manifestante de 18 ans, souligne que "ce qu'a fait Assange est important et qu'on doit montrer sa solidarité". Mark, 19 ans, se dit "prêt à se battre".

Un car de police avec deux hommes armés passe sans s'arrêter dans la rue. "On est pas en Amérique ici", lance Tammy, "posez vos armes".

Le Foreign Office a précisé mercredi soir que le Royaume-Uni avait "l'obligation légale d'extrader M. Assange vers la Suède pour y être interrogé sur des accusations d'agressions sexuelles". "Et nous restons déterminés à remplir cette obligation", avait-il ajouté.

Londres pourrait recourir à une loi de 1987 "sur les lieux consulaires et diplomatiques", qui l'autorise à lever le statut diplomatique d'une ambassade dans certains cas.

La justice britannique s'est prononcée en faveur de l'extradition de Julian Assange vers la Suède, où il doit répondre de viol et d'agression sexuelle sur deux Suédoises.

L'Equateur annoncera jeudi à 12H00 GMT sa décision, a déclaré mercredi le ministre équatorien des Affaires étrangères, Ricardo Patino.

L'ambassade d'Equateur, un bâtiment élégant en briques rouges, est située dans le quartier chic de Kensington, au dos du grand magasins Harrods.

 

Première publication : 16/08/2012

  • ÉQUATEUR

    L'Équateur dément avoir accordé l'asile politique à Julian Assange

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Pourquoi Julian Assange cherche-t-il l'asile politique en Équateur ?

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Julian Assange est "passible d'arrestation", indique Scotland Yard

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)