Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle à faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

EUROPE

Le cas Julian Assange, un imbroglio entre Londres, Stockholm et Quito

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 17/08/2012

L’Equateur a accepté jeudi la demande d’asile de Julian Assange, réfugié dans son ambassade londonienne depuis le 19 juin. Cette décision a provoqué l'ire de Stockholm et de Londres, qui menace d’arrêter Assange sitôt sorti du bâtiment.

Situation ubuesque s’il en est que celle du fondateur de Wikileaks bloqué dans l’ambassade de l’Equateur, en plein cœur de Londres. Après deux mois passés entre les quatre murs du bâtiment diplomatique, Julian Assange vient de voir sa demande d’asile pour l’Equateur acceptée par Quito, jeudi 16 août. L’homme pourrait ainsi échapper à son extradition vers la Suède, où il est poursuivi pour viol et agression sexuelle. Seulement voilà, la Grande-Bretagne ne l’entend pas de cette oreille et affirme que la décision de l’Equateur ne change rien au fait que Londres est tenue de l’extrader vers la Suède.

"Nous n'autoriserons pas M. Assange à sortir librement du Royaume-Uni, et il n'y a aucune base légale à ce que nous le fassions", a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique, William Hague, en excluant toutefois un assaut des autorités sur le bâtiment, lequel serait considéré comme une violation de la loi internationale et de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

En d’autres termes, à la moindre apparition du cyber militant hors de l’ambassade, son immunité sera levée. Il risque donc d’être arrêté par la police britannique s’il cherche à se rendre à l’aéroport afin de regagner l’Equateur.

Cacophonie diplomatique

Aux abords de l’ambassade équatorienne à Londres, l’ambiance était tendue jeudi soir. Alors que résonnaient des slogans de manifestants, tels que "l’Equateur n’est pas une colonie britannique !" ou "une seule décision : pas d’extradition", les policiers londoniens paraissaient sur le qui-vive.

Justifiant le fait d’avoir accepté la demande d’asile, Ricardo Patino, le ministre équatorien des Affaires étrangères, a invoqué, lors d’une conférence de presse, sa crainte que les droits de la défense de l’accusé ne soient pas respectés en Suède. La réponse de Stockholm ne s’est pas fait attendre. Le gouvernement suédois s’est dit indigné par les accusations de partialité formulées contre sa justice pour justifier la décision de Quito. Et l’ambassadeur équatorien a été convoqué dans la capitale suédoise.

En filigrane, les autorités équatoriennes disent redouter surtout, comme Julian Assange, que cette extradition n’en cache une seconde, vers les Etats-Unis cette fois-ci. Là, le fugitif risque la peine de mort pour espionnage. À travers Wikileaks, Julian Assange a en effet divulgué plus de 250 000 télégrammes diplomatiques américains, classés confidentiels. Washington dément cependant avoir exercé des pressions sur Londres.

Alors que le chef de la diplomatie britannique a évoqué un possible enlisement de la situation, le gouvernement équatorien a prévenu, devant la menace d’une impasse, qu’il pourrait saisir la Cour internationale de justice de la Haye. L’Organisation des Etats américains a, quant à elle, décidé de se réunir en urgence sur la question, jeudi soir.

Julian Assange a annoncé qu’il ferait une déclaration publique devant l’ambassade équatorienne dimanche 19 août.

Première publication : 16/08/2012

  • WIKILEAKS

    L'Équateur accorde l'asile politique à Julian Assange

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Pourquoi Julian Assange cherche-t-il l'asile politique en Équateur ?

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Londres répète sa détermination à extrader Julian Assange

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)