Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : les enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

EUROPE

Le cas Julian Assange, un imbroglio entre Londres, Stockholm et Quito

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 17/08/2012

L’Equateur a accepté jeudi la demande d’asile de Julian Assange, réfugié dans son ambassade londonienne depuis le 19 juin. Cette décision a provoqué l'ire de Stockholm et de Londres, qui menace d’arrêter Assange sitôt sorti du bâtiment.

Situation ubuesque s’il en est que celle du fondateur de Wikileaks bloqué dans l’ambassade de l’Equateur, en plein cœur de Londres. Après deux mois passés entre les quatre murs du bâtiment diplomatique, Julian Assange vient de voir sa demande d’asile pour l’Equateur acceptée par Quito, jeudi 16 août. L’homme pourrait ainsi échapper à son extradition vers la Suède, où il est poursuivi pour viol et agression sexuelle. Seulement voilà, la Grande-Bretagne ne l’entend pas de cette oreille et affirme que la décision de l’Equateur ne change rien au fait que Londres est tenue de l’extrader vers la Suède.

"Nous n'autoriserons pas M. Assange à sortir librement du Royaume-Uni, et il n'y a aucune base légale à ce que nous le fassions", a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique, William Hague, en excluant toutefois un assaut des autorités sur le bâtiment, lequel serait considéré comme une violation de la loi internationale et de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

En d’autres termes, à la moindre apparition du cyber militant hors de l’ambassade, son immunité sera levée. Il risque donc d’être arrêté par la police britannique s’il cherche à se rendre à l’aéroport afin de regagner l’Equateur.

Cacophonie diplomatique

Aux abords de l’ambassade équatorienne à Londres, l’ambiance était tendue jeudi soir. Alors que résonnaient des slogans de manifestants, tels que "l’Equateur n’est pas une colonie britannique !" ou "une seule décision : pas d’extradition", les policiers londoniens paraissaient sur le qui-vive.

Justifiant le fait d’avoir accepté la demande d’asile, Ricardo Patino, le ministre équatorien des Affaires étrangères, a invoqué, lors d’une conférence de presse, sa crainte que les droits de la défense de l’accusé ne soient pas respectés en Suède. La réponse de Stockholm ne s’est pas fait attendre. Le gouvernement suédois s’est dit indigné par les accusations de partialité formulées contre sa justice pour justifier la décision de Quito. Et l’ambassadeur équatorien a été convoqué dans la capitale suédoise.

En filigrane, les autorités équatoriennes disent redouter surtout, comme Julian Assange, que cette extradition n’en cache une seconde, vers les Etats-Unis cette fois-ci. Là, le fugitif risque la peine de mort pour espionnage. À travers Wikileaks, Julian Assange a en effet divulgué plus de 250 000 télégrammes diplomatiques américains, classés confidentiels. Washington dément cependant avoir exercé des pressions sur Londres.

Alors que le chef de la diplomatie britannique a évoqué un possible enlisement de la situation, le gouvernement équatorien a prévenu, devant la menace d’une impasse, qu’il pourrait saisir la Cour internationale de justice de la Haye. L’Organisation des Etats américains a, quant à elle, décidé de se réunir en urgence sur la question, jeudi soir.

Julian Assange a annoncé qu’il ferait une déclaration publique devant l’ambassade équatorienne dimanche 19 août.

Première publication : 16/08/2012

  • WIKILEAKS

    L'Équateur accorde l'asile politique à Julian Assange

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Pourquoi Julian Assange cherche-t-il l'asile politique en Équateur ?

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Londres répète sa détermination à extrader Julian Assange

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)