Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

EUROPE

Le cas Julian Assange, un imbroglio entre Londres, Stockholm et Quito

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 17/08/2012

L’Equateur a accepté jeudi la demande d’asile de Julian Assange, réfugié dans son ambassade londonienne depuis le 19 juin. Cette décision a provoqué l'ire de Stockholm et de Londres, qui menace d’arrêter Assange sitôt sorti du bâtiment.

Situation ubuesque s’il en est que celle du fondateur de Wikileaks bloqué dans l’ambassade de l’Equateur, en plein cœur de Londres. Après deux mois passés entre les quatre murs du bâtiment diplomatique, Julian Assange vient de voir sa demande d’asile pour l’Equateur acceptée par Quito, jeudi 16 août. L’homme pourrait ainsi échapper à son extradition vers la Suède, où il est poursuivi pour viol et agression sexuelle. Seulement voilà, la Grande-Bretagne ne l’entend pas de cette oreille et affirme que la décision de l’Equateur ne change rien au fait que Londres est tenue de l’extrader vers la Suède.

"Nous n'autoriserons pas M. Assange à sortir librement du Royaume-Uni, et il n'y a aucune base légale à ce que nous le fassions", a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique, William Hague, en excluant toutefois un assaut des autorités sur le bâtiment, lequel serait considéré comme une violation de la loi internationale et de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

En d’autres termes, à la moindre apparition du cyber militant hors de l’ambassade, son immunité sera levée. Il risque donc d’être arrêté par la police britannique s’il cherche à se rendre à l’aéroport afin de regagner l’Equateur.

Cacophonie diplomatique

Aux abords de l’ambassade équatorienne à Londres, l’ambiance était tendue jeudi soir. Alors que résonnaient des slogans de manifestants, tels que "l’Equateur n’est pas une colonie britannique !" ou "une seule décision : pas d’extradition", les policiers londoniens paraissaient sur le qui-vive.

Justifiant le fait d’avoir accepté la demande d’asile, Ricardo Patino, le ministre équatorien des Affaires étrangères, a invoqué, lors d’une conférence de presse, sa crainte que les droits de la défense de l’accusé ne soient pas respectés en Suède. La réponse de Stockholm ne s’est pas fait attendre. Le gouvernement suédois s’est dit indigné par les accusations de partialité formulées contre sa justice pour justifier la décision de Quito. Et l’ambassadeur équatorien a été convoqué dans la capitale suédoise.

En filigrane, les autorités équatoriennes disent redouter surtout, comme Julian Assange, que cette extradition n’en cache une seconde, vers les Etats-Unis cette fois-ci. Là, le fugitif risque la peine de mort pour espionnage. À travers Wikileaks, Julian Assange a en effet divulgué plus de 250 000 télégrammes diplomatiques américains, classés confidentiels. Washington dément cependant avoir exercé des pressions sur Londres.

Alors que le chef de la diplomatie britannique a évoqué un possible enlisement de la situation, le gouvernement équatorien a prévenu, devant la menace d’une impasse, qu’il pourrait saisir la Cour internationale de justice de la Haye. L’Organisation des Etats américains a, quant à elle, décidé de se réunir en urgence sur la question, jeudi soir.

Julian Assange a annoncé qu’il ferait une déclaration publique devant l’ambassade équatorienne dimanche 19 août.

Première publication : 16/08/2012

  • WIKILEAKS

    L'Équateur accorde l'asile politique à Julian Assange

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Pourquoi Julian Assange cherche-t-il l'asile politique en Équateur ?

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Londres répète sa détermination à extrader Julian Assange

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)