Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : la Banque mondiale met en garde contre un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

EUROPE

Pour la Suède, l'asile politique offert à Assange ne change rien à son extradition

Vidéo par Noémie ROCHE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2012

Alors que l’Équateur a décidé d'accorder l'asile politique à Julian Assange, actuellement réfugié dans son ambassade londonienne, la Suède réclame toujours au Royaume-Uni l'extradition du fondateur de Wikileaks.

AFP - L'Equateur a accordé l'asile politique au fondateur de WikiLeaks Julian Assange, réfugié depuis deux mois dans son ambassade à Londres, une décision qui "ne change rien" pour le gouvernement britannique, pour qui le blocage pourrait s'éterniser.

Quito "a décidé d'accorder l'asile diplomatique au citoyen (australien) Julian Assange", a annoncé jeudi le ministre équatorien des Affaires étrangères Ricardo Patiño, mettant un terme à un suspense de près de deux mois.

Quelques minutes plus tard, le Foreign Office a annoncé dans un communiqué que Londres était "déçu" par la prise de position de Quito mais que cette décision ne changeait "rien" quant à son obligation d'extrader M. Assange vers la Suède.

Le fondateur de WikiLeaks, âgé de 41 ans, a épuisé tous les recours juridiques au Royaume-Uni contre le mandat d'extradition lancé par la Suède, où il est soupçonné de viol et d'agression sexuelle. Il est réfugié depuis le 19 juin à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il avait déposé une demande d'asile politique pour éviter son extradition.

Selon M. Patiño, l'Equateur a considéré que si M. Assange "était placé en détention préventive en Suède se produirait une chaîne d'événements qui ne pourraient éviter son extradition" ultérieure dans un pays tiers comme les Etats-Unis.

S'il est extradé vers la Suède, le fondateur de WikiLeaks dit redouter d'être transféré dans un second temps aux Etats-Unis pour y répondre d'espionnage après la divulgation par son site de 250.000 télégrammes diplomatiques américains.



Aux Etats-Unis, M. Assange "pourrait être jugé par des tribunaux spéciaux ou militaires et il n'est pas improbable qu'un traitement cruel et dégradant lui soit réservé et qu'il soit condamné à la peine capitale", a estimé le ministre équatorien.

Jeudi soir, la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland a assuré que Washington n'est aucunement impliqué dans le différend entre Londres et Quito, démentant toute pression sur le gouvernement britannique. "Je rejette pleinement les accusations selon lesquelles les Etats-Unis ont l'intention de le persécuter", a insisté Mme Nuland.

M. Patiño a également répété que son pays avait réuni de "sérieux indices" accréditant la possibilité de "représailles" contre M. Assange "qui peuvent mettre son intégrité, sa sécurité, et même sa vie en danger".

"Les autorités britanniques sont dans l'obligation de l'extrader vers la Suède. Nous nous soumettrons à cette obligation", a répondu Londres, qui avait déjà prévenu jeudi matin qu'il s'opposerait à une extradition vers Quito.

Face à l'inflexibilité de Londres, M. Patiño a affirmé dans la soirée ne pas exclure de saisir la Cour Internationale de Justice (CIJ) de la Haye pour contraindre la Grande-Bretagne à accorder un sauf-conduit à Julian Assange pour qu'il rejoigne l'Equateur. Une option également évoquée par l'ex-juge espagnol Baltasar Garzon, qui coordonne la défense de M. Assange.

De son côté, la Suède a "fermement" rejeté "toute accusation" selon laquelle sa justice ne garantit pas les droits de la défense. Stockholm a même annoncé la convocation de l'ambassadeur équatorien pour qu'il s'explique sur les accusations de son gouvernement.

A Londres, un appel a été lancé sur le réseau social Twitter pour manifester devant l'ambassade d'Equateur, située dans le quartier chic de Kensington, après que l'Equateur eut de nouveau évoqué jeudi une possible prise d'assaut de la représentation si l'Australien n'était pas remis aux Britanniques.

Une hypothèse qu'a semblé écarter le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague, estimant que la bataille diplomatique et juridique autour du cas Assange pourrait prendre un temps "considérable".

Devant l'ambassade, un groupe d'une cinquantaine de manifestants a brièvement fait face à une trentaine de policiers en gilets pare-balles après l'annonce de Quito, mais aucun trouble majeur n'y a été constaté, même si trois manifestants ont été interpellées en fin de matinée.

A l'intérieur de l'ambassade, Julian Assange a salué "une victoire importante", ajoutant toutefois que "les choses vont probablement devenir plus stressantes maintenant".

Peu après les déclarations de son ministre, le président équatorien Rafael Correa s'était exclamé sur son compte Twitter: "Personne ne va nous faire peur", comme un défi lancé aux autorités britanniques.
 

Première publication : 16/08/2012

  • WIKILEAKS

    L'Équateur accorde l'asile politique à Julian Assange

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Pourquoi Julian Assange cherche-t-il l'asile politique en Équateur ?

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Londres répète sa détermination à extrader Julian Assange

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)