Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Moyen-orient

La Syrie mise au ban de la communauté musulmane par l'OCI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2012

Les pays musulmans ont suspendu la Syrie de l'organisation de la conférence islamique (OCI) dans le but d'isoler, symboliquement, le régime de Damas après 17 mois de repression. Seul l'Iran a voté contre.

AFP - Les pays musulmans ont suspendu la Syrie de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) afin d'isoler symboliquement le régime de Bachar al-Assad et de dénoncer la répression sanglante contre la rébellion.

Sur le terrain, un raid aérien dévastateur mercredi à Azaz (nord) a fait des dizaines de morts et accéléré le rythme des arrivées de réfugiés en Turquie voisine, tandis que la crise syrienne a provoqué de nouvelles tensions au Liban.


A New York, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit jeudi pour mettre fin formellement à la mission de ses observateurs en Syrie, dont le mandat expire dimanche. Selon des diplomates, la division des grandes puissances empêche toute prolongation.

Face au refus de la Chine et de la Russie de toute condamnation de Damas, les 15 membres du Conseil se mettront d'accord pour conserver un bureau de liaison politique à Damas pour soutenir le futur médiateur international qui doit prendre la suite de Kofi Annan.

En visite à Pékin, Bouthaïna Chaabane, émissaire spéciale de M. Assad, a salué l'attitude des deux alliés de Damas, estimant que contrairement aux Occidentaux, ils ne se comportaient pas en "colons" vis-à-vis de la Syrie.

A La Mecque (Arabie saoudite), les dirigeants du monde musulman sont tombés d'accord sur "la nécessité mettre fin immédiatement aux actes de violences en Syrie et de suspendre ce pays de l'OCI", selon le communiqué final publié dans la nuit de mercredi à jeudi.

L'Iran, un solide allié de Damas, a été le seul des 57 membres de l'OCI, qui représentent un milliard et demi de musulmans à travers le monde, à refuser cette suspension que ses dirigeants ont qualifiée d'"injuste".

La décision a été saluée par une partie de la communauté internationale, à l'image des Etats-Unis, qui ont y vu le signe "de l'isolation croissante du régime Assad et de l'étendue du soutien au peuple syrien et à sa lutte pour un Etat démocratique".

Dans ce contexte, cinq monarchies arabes du Golfe, Arabie saoudite en tête, ont appelé leurs ressortissants à quitter le Liban en raison de menaces potentielles liées aux retombées du conflit syrien.

Dans ce petit pays où l'équilibre confessionnel reste fragile, des hommes armés et des proches de chiites libanais enlevés en Syrie ont kidnappé des dizaines de Syriens et vandalisés leurs biens mercredi, tandis que des manifestants chiites ont bloqué la route de l'aéroport de Beyrouth en brûlant des pneus.

Vent de panique

En Syrie, les violences n'ont pas faibli, faisant jeudi 31 morts au lendemain d'une journée sanglante avec au moins 172 morts --122 civils, 18 rebelles et 32 soldats-- selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Outre les combats à Alep ainsi qu'un attentat revendiqué par les rebelles dans des bâtiments de l'état-major à Damas, les scènes les plus dures se sont déroulées à Azaz, une ville rebelle de 70.000 habitants à quelques kilomètres de la frontière turque, touchée par un raid aérien mercredi en début d'après-midi.

Les frappes ont rasé une dizaine de maisons et soufflé les vitres de nombreuses habitations, selon un journaliste de l'AFP qui a vu les corps sans vie de plusieurs très jeunes enfants.

Mercredi soir, l'OSDH a évoqué un bilan d'au moins 31 morts et plus de 200 blessés, tout en prévenant que de nombreuses victimes étaient encore sous les décombres.

Jeudi matin, une source officielle turque a ajouté qu'une centaine de blessés dans ce raid étaient soignés à Kilis, ville voisine d'Azaz du côté turc de la frontière, et qu'une quinzaine d'entre eux avaient succombé à leurs blessures.

"J'ai enterré 12 membres de ma famille aujourd'hui, parmi lesquels mon père, ma mère, ma soeur et la femme de mon frère. Walid, mon frère, a été taillé en morceaux, au début nous ne l'avons pas reconnu. Nous avons enterré les enfants de mon frère aussi. Le plus jeune avait 40 jours", a déclaré un habitant d'Azaz cité par Human Rights Watch (HRW), qui a envoyé des enquêteurs sur place.

Le raid visait probablement deux bâtiments utilisés par l'Armée syrienne libre (ASL, rebelles), situés à proximité du quartier touché mais indemnes, selon HRW et l'OSDH.

Cette attaque de l'aviation a provoqué un vent de panique et des centaines de personnes, essentiellement des femmes et des enfants, se pressaient mercredi soir à la frontière turque, selon un journaliste de l'AFP.

La responsable de l'humanitaire à l'ONU, Valerie Amos, qui achevait une visite de deux jours à Damas, a de nouveau réclamé jeudi matin un meilleur accès humanitaire aux Syriens dans le besoin, estimés à plus de deux millions.

Les agences onusiennes en Syrie et leurs partenaires locaux ne peuvent pas gérer seuls la crise humanitaire, a-t-elle insisté, regrettant que Damas refuse l'accès à d'autres ONG officiellement pour éviter que l'aide ne parvienne "à des groupes armés ou terroristes".


Première publication : 16/08/2012

  • PROCHE-ORIENT

    La crise syrienne provoque un regain de tension au Liban

    En savoir plus

  • SYRIE

    Plus de 20 morts dans un raid aérien dans le nord de la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les enquêteurs de l'ONU accusent Damas de crimes contre l'humanité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)