Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

Asie - pacifique

Tokyo arrête 14 personnes militant pour le retour des îles Senkaku dans le giron de la Chine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2012

Dans un contexte diplomatique tendu, 14 militants chinois du Comité d'action pour la défense des îles Diaoyu - baptisées Senkaku en japonais - ont été arrêtés sur l'un des îlots de cet archipel dont Tokyo et Pékin se disputent la souveraineté.

AFP - Quatorze militants pro-chinois ont été arrêtés mercredi par la police japonaise après un débarquement sur une île disputée par Pékin à Tokyo en mer de Chine orientale, ont annoncé les autorités et les médias nippons.

"Nous avons arrêté neuf personnes de plus pour entrée illégale" sur le territoire japonais, a indiqué un responsable local des garde-côtes japonais sur l'île-préfecture d'Okinawa. La police japonaise avait auparavant annoncé l'arrestation de cinq personnes.

Selon la télévision publique japonaise NHK, les garde-côtes ont également saisi le bateau de pêche battant pavillon chinois et devaient transférer les personnes détenues sur Okinawa pour les besoins de l'enquête.

Le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda, cité par l'agence de presse japonaise Jiji, a déclaré qu'il gérerait "cet incident dans le respect strict de la loi".

L'ambassadeur de Chine à Tokyo a été immédiatement convoqué par le ministère des Affaires étrangères. Le vice-ministre japonais des Affaires étrangères Kenichiro Sasae a émis "une forte protestation" auprès de l'ambassadeur Cheng Yonghua, a indiqué le ministère.

A Pékin, l'ambassadeur japonais, Uichiro Niwa, a été convoqué par la vice-ministre chinoise des Affaires étrangères, Fu Ying, a indiqué l'agence de presse officielle Xinhua (Chine nouvelle).

Mme Fu a en outre appelé au téléphone son homologue japonais Tsuyochi Yamaguchi pour réaffirmer la souveraineté de Pékin sur les îles et pour réclamer la libération immédiate des personnes arrêtées.

Dans un premier temps, un porte-parole de la police nippone avait annoncé à l'AFP l'arrestation "de cinq hommes pour violation de la loi sur le contrôle de l'immigration sur Uotsurijima", l'un des îlots de l'archipel contesté, appelé Diaoyu par les Chinois et Senkaku par les Japonais.

L'agence de presse japonaise Kyodo et la NHK ont précisé que ces cinq hommes étaient des militants venus de Hong Kong pour appuyer la revendication chinoise sur ces îlots administrés par le Japon mais revendiqués par la Chine, ainsi que par Taïwan.

Les garde-côtes nippons avaient auparavant annoncé le débarquement de sept militants sur Uotsurijima.

L'action a symboliquement été organisée le 15 août, jour anniversaire de la capitulation du Japon en 1945, par des nationalistes de Hong Kong et de Macao membres d'un "comité d'action pour la défense des îles Diaoyu".

Leur but, ont-ils expliqué, est de contrer le projet de parlementaires japonais de visiter ces îles.

Partis de Hong Kong dimanche, ils ont réussi à rejoindre l'un des îlots malgré la surveillance rapprochée des garde-côtes nippons, d'après un militant du comité resté à Hong Kong, Chan Miu-tak.

Le comité a estimé que douze navires japonais au total plus un hélicoptère avaient suivi son bateau de pêche, des chiffres que les garde-côtes nippons n'ont pas souhaiter confirmer pour "des raisons opérationnelles".

"Nous sommes en état d'alerte pour les empêcher d'entrer dans les eaux territoriales japonaises ou de débarquer sur les îles, tout en faisant attention d'éviter une éventuelle collision", avait simplement expliqué un responsable des garde-côtes japonais.

L'agence Jiji a affirmé qu'une fois sur Uotsurijima, les militants avaient hissé un drapeau chinois, sur la foi d'images diffusées par une télévision de Hong Kong.

Administrée par le Japon et revendiquée par la Chine et Taïwan, cette chaîne d'îles inhabitées est entourée d'eaux très poissonneuses et les fonds marins environnants pourraient receler des hydrocarbures.

La tension autour de la souveraineté sur ces îles était brusquement montée en septembre 2010, lorsqu'un bateau de pêche chinois avait heurté deux navires des garde-côtes nippons.

Le capitaine chinois de l'embarcation avait été arrêté et placé en détention provisoire au Japon, mais libéré quelques jours plus tard par la justice nippone après un déluge de protestations, de menaces et de représailles de Pékin vis-à-vis de Tokyo.

Ces dernières semaines, le sujet a de nouveau suscité des frictions en raison du projet du gouvernement japonais de nationaliser ces îles, actuellement propriété privée d'une famille nippone.

Les Etats-Unis ont appelé mercredi le Japon et la Chine au calme.

"Nous attendons des deux parties qu'elles trouvent une solution par des moyens pacifiques", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland. "A cet égard, toute provocation est inutile."

Les Etats-Unis n'ont pas pris et "ne prendront pas" position sur la souveraineté de l'archipel contesté, a rappelé Mme Nuland.
 

Première publication : 16/08/2012

  • JAPON

    Commémoration du 15 août 1945 : Tokyo provoque la colère de Séoul et Pékin

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Îles Takeshima : la visite du président sud-coréen provoque l'ire de Tokyo

    En savoir plus

  • HIROSHIMA

    Le Japon commémore l'anniversaire du bombardement de Hiroshima

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)