Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Afrique

La tuerie de Marikana bouleverse l’Afrique du Sud

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 18/08/2012

La répression sanglante de la grève des mineurs de Marikana a ranimé les spectres de l’apartheid. Derrière ce mouvement social, transparaît une bataille entre factions rivales au sein de l'ANC, le parti au pouvoir.

Trente-six morts selon le syndicat des mines NUM. "34 morts, plus de 78 blessés, 259 personnes arrêtées", selon le porte-parole de la police. C’est le lourd bilan de l’intervention de la police, le 16 août, contre des mineurs grévistes armés à la mine de platine de Marikana (nord-ouest de l'Afrique du Sud). À ce triste décompte s’ajoutent dix morts, huit mineurs et deux policiers, dans des violences entre syndicats survenues depuis dimanche sur ce même site minier, où trois milliers de grévistes réclament d'importantes augmentations de salaire.

Le président Zuma annonce la création d'ue commission d'enquête

Le président sud-africain Jacob Zuma a annoncé ce vendredi la création d'une commission d'enquête pour faire la lumière sur la fusillade de Marikana.

"Nous devons faire éclater la vérité sur ce qui s'est passé ici, c'est pourquoi j'ai décidé d'instaurer une commission d'enquête pour découvrir les causes réelles de cet incident", a déclaré le chef de l'Etat devant la presse à Marikana, dans une allocution retransmise en direct à la télévision.
 

"C’est un véritable choc", déclare Anne Dissez, journaliste spécialiste de l’Afrique australe rédactrice en chef de Lenaka.info, jointe par FRANCE 24. "Il y a des centaines de petits soulèvements dans les townships ruraux. La police intervient, mais pas en tirant frontalement sur les manifestants avec des balles." Les images des policiers tirant sur des grévistes noirs, eux-mêmes armés, a ravivé le souvenir des luttes sanglantes contre le régime raciste de l’apartheid. Vendredi, la presse sud-africaine consacrait sa Une au "massacre de Marikana" et dénonçait un "bain de sang" digne des heures les plus sombres de l'apartheid. Depuis l'abolition du régime ségrégationniste en 1994, et l'avènement de la démocratie, jamais une opération policière n’avait conduit à la mort d’autant de personnes.

Ordre public ou conflit social ?

La police, débordée par un groupe de mineurs armés de machettes, de gourdins, de barres de fer et d'armes à feu, a assuré avoir agi "en état de légitime défense". Mais le feu des forces de l’ordre a été nourri et a duré de très longues secondes, même après l’appel au cessez-le-feu d’un officier (voir la vidéo). "La police avait planifié tout ça. C’était planifié à très haut niveau. (…) La police a écrabouillé des gens, ils ont tué des innocents. Ils ont employé une force démesurée et utilisé des balles réelles avec des pistolets automatiques, des AK-47", raconte Jeff Mphahlele, secrétaire-général de l’Association of Mineworkers and Construction Union (ACMU), joint par RFI. Pour le syndicaliste, la faute revient à la direction de Lonmin, entreprise minière britannique côtée en bourse, propriétaire de la mine de Marikana. "On a supplié notre direction de négocier mais malheureusement ça n’a pas été le cas. (…) Ils ont été têtus. Ils n’ont en rien aidé les syndicats", estime Jeff Mphahlele.

Vidéo de la fusillade filmée par l'agence Reuters (attention, ces images peuvent heurter la sensibilité de certains spectateurs)

Jeudi soir, le président de Lonmin, Roger Phillimore, avait implicitement rejeté la responsabilité des affrontements meurtriers sur les policiers. "La police sud-africaine était chargée de l'ordre et de la sécurité sur le terrain depuis le début des violences entre syndicats rivaux ce week-end", notait-il dans un communiqué, jugeant qu’il s’agissait d’une "affaire d'ordre public plutôt qu'un conflit social" tout en "déplorant profondément ces décès".

Le 16 août, Lonmin avait pourtant refusé de négocier toute augmentation de salaire et menacé les grévistes de licenciement s’ils ne reprenaient pas le travail. Certains mineurs réclamaient 12 500 rands par mois (1 250 euros), soit plus du triple de leur salaire qui est d'environ 4 000 rands mensuels (400 euros). La plupart des mineurs vivent dans des baraquements insalubres, sans eau courante, situés à quelques centaines de mètres du puits principal.

Le congrès de l’ANC en ligne de mire ?

"La police va devoir prouver qu'elle était en état de légitime défense"

Dès le 10 août, au premier jour de la grève de centaines de mineurs, des violences intersyndicales ont éclaté. Les grévistes avaient été encouragés par le petit syndicat AMCU, dont certains membres estimaient que les mineurs, dont beaucoup sont illettrés, préféraient mourir plutôt que d'abandonner la colline où ils étaient rassemblés. L’ACMU, fondé récemment, se pose en concurrent de la National Union of Mineworkers (NUM), proche du Congrès national africain (ANC), parti au pouvoir en pleine désaffection. Les heurts entre les deux syndicats avaient déjà fait dix morts, dont deux policiers, une semaine avant la tuerie de jeudi.

À quatre mois du congrès électif de l’ANC prévu à Bloemfontein, certains évoquent l’instrumentalisation de cette lutte syndicale par des factions du parti au pouvoir opposées à la réélection du président Jacob Zuma pour un second mandat. L’AMCU dénonce le manque de zèle du NUM à défendre ses membres, rappelant que le fondateur du syndicat proche de l’ANC, Cyril Ramaphosa, est une figure majeure du parti et siège au conseil d’administration de Lonmin. 

Vendredi matin, aucune liste des victimes n’avait encore été publiée. 2 000 employés de la mine s’étaient rassemblés à proximité, dans une ambiance tendue tandis que certaines femmes cherchaient toujours leur mari ou frère disparu. "Nous avons besoin de retourner auprès de la direction et nous allons leur dire : ‘Votre plan a été mené à bien, qu’est-ce qu’on fait maintenant ?’ Nous, on ne souhaite rien d’autre qu’un règlement rapide de la situation et que chacun puisse reprendre le cours de sa vie", déclarait le secrétaire-général de l’ACMU sur RFI.

Pour Anne Dissez, passé le temps de l’émotion, "les problèmes syndicaux vont se régler" mais "il est encore trop tôt pour dire si [le massacre de Marikana] va peser dans le résultat de la conférence nationale de l’ANC à Bloemfontein".  Le président Jacob Zuma, en déplacement à Maputo, au Mozambique, pour une réunion de la SADC, était attendu vendredi sur les lieux du drame.

Première publication : 17/08/2012

  • AFRIQUE DU SUD

    Mine de Marikana : heurts entre grévistes et policiers, une trentaine de morts

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    L’ANC célèbre son centenaire sur fond de querelles internes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)