Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Philippe Legrain : "Les réfugiés sont une opportunité pour l’économie de l’Europe"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Flexisécurité" : le modèle danois est-il transposable en France ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dalian Wanda lance la guerre des parcs d'attraction

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Paris tente de relancer le processus de paix au Proche-Orient

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Assassinat des moines de Tibhirine : 20 ans après, il reste des zones d'ombre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ken Loach, Palme d'or à Cannes : "Un autre monde est possible et nécessaire"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Droites extrêmes : en route vers le pouvoir?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel dément l’existence de nouveaux arrangements fiscaux du Luxembourg avec les multinationales

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Planète plastique : comment faire face ?

En savoir plus

Economie

Trois mois après son entrée en Bourse, Facebook perd près de la moitié de sa valeur

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/08/2012

Trois mois après l'entrée en Bourse du célèbre réseau social, l'action Facebook a atteint son niveau le plus bas, jeudi, à Wall Street. À la clôture, le titre valait à peine plus de 19 dollars, contre 38 dollars lors de son lancement.

AFP - L'action du géant des réseaux sociaux Facebook a atteint un nouveau plus bas jeudi à Wall Street, perdant près de la moitié de sa valeur depuis son lancement en mai et clôturant pour la première fois sous 20 dollars, après le déblocage de 271 millions d'actions.

En nette baisse dès l'ouverture, l'action Facebook (FB) a atteint dans la matinée le prix de 19,69 dollars, un nouveau plus bas situé à environ 50% en dessous de son prix de lancement initial de 38 dollars, avant de clôturer à 19,87 dollars.

La fin d'une première période de blocage de ventes des actions Facebook, prévue pour éviter un afflux trop massif de titres sur le marché, a précipité la baisse du titre qui a perdu plus de 6,27% en une séance et s'est échangé à des volumes trois fois supérieurs à la moyenne pour cette valeur, à plus de 150 millions de parts échangées.

En tout, cinq périodes de blocage ont été prévues par le géant communautaire et jusqu'à 1,9 milliard d'actions pourraient être cédées dans les neuf prochains mois.

Résultat, la capitalisation boursière de Facebook est tombée à environ 42,5 milliards contre une valorisation maximale de 104 milliards de dollars, toutes stock options comprises, lors de son introduction en mai.

De très loin le numéro un des réseaux sociaux avec plus de 955 millions de membres, Facebook était entré en Bourse le 18 mai en mettant sur le marché 421 millions d'actions, au cours d'une opération ayant permis de lever 16 milliards de dollars, l'une des plus grosses jamais enregistrées aux Etats-Unis.

"Ce n'est pas la société qui est en cause, il y a juste beaucoup trop d'actions en circulation pour que le marché puisse les absorber", estime Michael Pachter, de Wedbush Securities.

Mais "cela pourrait aller encore bien plus bas", prévient-il.

"Fuite des talents"

"Si le titre réagit de cette manière aujourd'hui, imaginez ce qui se passera en novembre!", ajoute-t-il, quand environ 1,2 milliard d'actions supplémentaires seront mises en circulation.

Pour le spécialiste des réseaux sociaux Lou Kerner, "tout cela n'est que du bruit". "Ca ne change rien aux données de base du groupe", insiste-t-il.

"Le grand problème des investisseurs est de voir comment Facebook va réussir à amener sa base (gigantesque) d'utilisateurs de l'ordinateur jusqu'au téléphone mobile, et pour notre part, nous sommes très confiants dans la capacité du groupe de gérer cette transition".

M. Kerner estime toutefois qu'il faudra attendre deux ans pour que l'action "redépasse son cours d'introduction", soit 38 dollars.

Beaucoup plus critique, Trip Chowdhry, de Global Equities Research, juge que "les actions (de Facebook) ne devraient valoir que 10 à 13 dollars", au vu des difficultés auxquelles est actuellement confronté le groupe pour monétiser sa base d'utilisateurs.

Pour l'analyste, le réseau social fait face à quatre problèmes majeurs: en devenant si gros, Facebook n'est plus aussi privé et exclusif et n'assure plus la même liberté et le même respect de la vie privée qu'auparavant, ce qui pousse les utilisateurs à échanger moins d'informations. En outre, le retour sur investissement pour les publicitaires choisissant Facebook reste incertain.

Par ailleurs, Facebook ne dispose toujours pas de la technologie pour monétiser l'activité de ses utilisateurs. Enfin, l'analyste souligne le début d'une "fuite des talents" du groupe vers d'autres sociétés.

La fin de cette période de blocage d'actions jeudi, trois mois après la mise en circulation des actions "FB" sur la plate-forme boursière Nasdaq, ne concerne pour l'instant que des actionnaires historiques tels que Microsoft, la banque Goldman Sachs et l'administrateur Peter Thiel.

Le patron du site communautaire, Mark Zuckerberg, ne sera en revanche autorisé à vendre ses parts qu'à partir de cet automne.
 

Première publication : 17/08/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Malgré un chiffre d'affaires en hausse, Facebook continue son plongeon boursier

    En savoir plus

  • BOURSE

    Marc Zuckerberg poursuivi en justice par des actionnaires de Facebook

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les dommages collatéraux de l'introduction en Bourse de Facebook

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)