Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Moyen-orient

Les déclarations de Shimon Peres sur l'Iran créent une polémique en Israël ‎

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/08/2012

Après que Shimon Peres a déclaré qu'Israël ne pouvait attaquer l'Iran sans l'aide des États-Unis, la polémique enfle dans le pays. Des proches du Premier ministre Benjamin Netanyahou critiquent vertement les propos du président israélien.

AFP - Les déclarations du président Shimon Peres selon lesquelles l'Etat hébreu ne peut attaquer l'Iran sans les Etats-Unis ont provoqué une polémique en Israël dont les médias et les commentateurs se faisaient vendredi largement l'écho.

Des proches du Premier ministre Benjamin Netanyahu, cités par les médias, ont vivement critiqué les déclarations de M. Peres jeudi, soulignant que sa prise de position, en contradiction avec la ligne défendue par M. Netanyahu, outrepasse la fonction présidentielle, largement honorifique.

"Shimon Peres a oublié en quoi consiste son rôle en tant que président", ont déclaré ces sources, citées vendredi, entre autres médias, par le site d'information en ligne Ynet.

"Peres a oublié qu'il a fait dans le passé au moins trois erreurs cruciales concernant la sécurité nationale", indiquent-elles.

"Il s'est trompé en pensant que les accords d'Oslo (avec les Palestiniens) permettraient de créer un nouveau Moyen-Orient (...), il s'est trompé en pensant qu'il y aurait la paix à Gaza après le retrait israélien".

Et "il a fait sa plus grosse erreur en 1981 lorsqu'il s'est opposé à la destruction du réacteur irakien mais heureusement le Premier ministre Menahem Begin n'a pas tenu compte de son avis", ont-elles ajouté.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de M. Netanyahu a déclaré qu'il ne pouvait pas "confirmer officiellement" ces critiques.

De nombreux commentateurs et responsables politiques ont dénoncé la dureté des propos de l'entourage de M. Netanyahu envers M. Peres.

"Le fait que Netanyahu se cache derrière ses conseillers ne diminue en rien la gravité de ses critiques. Son éclat contre le président Shimon Peres est agressif", a estimé la chef du parti travailliste d'opposition Shelly Yachimovitch, citée par Ynet.

Une opinion partagée par l'analyste politique du quotidien Maariv, Ben Caspit, qui écrit qu'il attendait de M. Netanyahu davantage de "retenue".

"Il sait bien que c'est l'opinion de Peres (...) Mais Netanyahu a de nouveau fait preuve de son manque de contrôle bien connu", estime-t-il.

Certains commentateurs estiment que le président pourrait cependant avoir marqué un point en donnant l'avantage au camp des opposants à une attaque contre l'Iran alors que les spéculations se multiplient sur l'imminence d'une frappe israélienne contre les installations nucléaires de l'Iran.

"Le but a apparemment été atteint. La position du président, qui s'ajoute à celles des hauts responsables de renseignements et de sécurité (opposés à une frappe) fera pencher la balance en faveur des opposants dans le débat sur l'éventualité d'une frappe israélienne", estime Shimon Shiffer, analyste politique du quotidien Yedioth Aharonot.

"Netanyahu, après avoir répété qu'il serait le seul à décider d'une frappe contre l'Iran va être obligé de revoir sa position", ajoute-t-il.

Dans des interviews diffusées jeudi par deux chaînes israéliennes, M. Peres, qui bénéficie d'une forte popularité en Israël et à l'étranger, avait affirmé qu'il était "clair" qu'Israël ne pouvait attaquer l'Iran sans l'aide des Etats-Unis.

M. Netanyahu est considéré comme partisan d'une ligne dure sur le dossier iranien et réitère régulièrement le droit d'Israël à se défendre, au besoin seul, contre un Iran nucléaire qui menace, selon lui, l'existence même de l'Etat hébreu.

Téhéran dément avec véhémence que son programme nucléaire ait des visées militaires.

 

Première publication : 17/08/2012

  • PROCHE-ORIENT

    Israël couvre ses arrières en prévision d’une guerre contre l'Iran

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le dossier iranien au menu de la visite de Leon Panetta en Israël

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran annonce des tirs de missiles capables d'atteindre Israël

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)