Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet Retour à Phnom Penh

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

Moyen-orient

Le CNS exige des excuses du nouveau médiateur pour la Syrie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/08/2012

Le nouveau médiateur international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, s'est attiré dimanche les foudres du Conseil national syrien, la principale force d'opposition, pour avoir refusé de prendre position sur la nécessité d'un départ de Bachar al-Assad.

REUTERS - Le Conseil national syrien, principal groupe d’opposition, a exigé dimanche du nouveau médiateur international, Lakhdar Brahimi, qu’il s’excuse pour avoir affirmé aux médias qu’il était pour lui prématuré de dire si le président Bachar al Assad devait se retirer.

Le diplomate algérien a confirmé vendredi qu’il accepterait de remplacer à ce poste le Ghanéen Kofi Annan, démissionnaire à la fin du mois.

Lakhdar Brahimi, vétéran de la diplomatie



Dans une interview samedi à Reuters, Lakhdar Brahimi avait cependant refusé de prendre position sur la nécessité d’un départ de Bachar al Assad, contrairement à Kofi Annan qui avait déclaré dès son arrivée au poste de médiateur que le président syrien devait « quitter le pouvoir ».

« Il est bien trop tôt pour que je puisse prendre position sur ce sujet. Je n’en sais pas assez sur ce qu’il se passe », avait-il dit.

Dimanche, le nouveau médiateur a paru faire machine arrière, expliquant sur la chaîne de télévision qatarie Al Djazira qu’il avait déclaré qu’il était trop tôt pour lui de dire quoi que ce soir sur « le contenu » de sa mission.

« J’ai été nommé il y a seulement deux jours et je ne suis pas encore allé aux Nations unies ou au Caire. Il est prématuré de dire quoi que ce soit sur le contenu du dossier », a-t-il explicité en se référant aux sièges de l’Onu et de la Ligue arabe.

Pour le CNS, créé en Turquie en 2011, Lakhdar Brahimi a fait preuve de « mépris envers le sang versé par le peuple syrien et son droit à l’autodétermination ».

« Quiconque donne à ce régime criminel l’occasion de tuer des dizaines de milliers de Syriens supplémentaires et de détruire ce qu’il reste de la Syrie ne veut pas reconnaître l’ampleur de la tragédie », a ajouté le CNS dans un communiqué. « Donner à Bachar al Assad le temps dont il a besoin pour détruire les fondements de la société syrienne est contraire à l’humanité et à la paix (...)

« Nous exigeons que l’émissaire, qui n’a pas consulté de Syriens à propos de sa mission, présente des excuses à notre peuple », lit-on dans son communiqué.

Première publication : 19/08/2012

  • SYRIE

    Les observateurs de l'ONU quittent le pays

    En savoir plus

  • SYRIE

    Plusieurs bastions rebelles pilonnés par les forces de Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • INTERVIEW EXCLUSIVE

    Lakhdar Brahimi appelle le Conseil de sécurité à le soutenir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)