Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Baisse des APL, hausse de la CSG, suppression de l’ISF : Macron persiste et signe

En savoir plus

EUROPE

Julian Assange demande aux États-Unis de cesser "la chasse aux sorcières"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/08/2012

Dimanche, depuis le balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres, le fondateur de Wikileaks a prononcé un discours au cours duquel il a remercié ceux qui l'ont aidé et appelé Washington à cesser "la chasse aux sorcières" contre son réseau.

AFP - Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, est apparu pour la première fois publiquement dimanche, sur le balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres, remerciant ceux qui l'ont aidé, notamment ce pays, et demandant aux Etats-Unis de cesser la "chasse aux sorcières" contre son réseau.



M. Assange s'exprimait juste au-dessus de la tête des policiers britanniques qui veulent l'arrêter, depuis un balcon de l'ambassade considéré comme territoire diplomatique. Il a parlé pendant une dizaine de minutes, avant de rentrer dans l'ambassade sans être inquiété.

Il a enjoint le président américain Barack Obama à faire "ce qu'il doit faire", et les Etats-Unis à "cesser la chasse aux sorcières contre WikiLeaks.

Il a aussi longuement remercié les partisans de WikiLeaks, "témoins" qui ont surveillé sa situation, et surtout l'Equateur, un pays qui s'est "levé pour la justice". Il a énuméré aussi toute la liste des pays d'Amérique centrale ou du Sud qui ont fait connaître leur soutien à l'Equateur dans cette affaire, "l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Salvador, le Honduras, le Mexique, le Nicaragua, l'Argentine, le Pérou, le Venezuela et tous les autres".

Il a remercié aussi ses enfants et les a assurés qu'ils seraient "bientôt réunis", ainsi que les habitants des Etats-Unis, du Royaume-Uni ou de Suède qui l'ont soutenu.

Des centaines de personnes, militants et badauds, étaient venus l'écouter. M. Assange est apparu très élégant, chemise bleue et cravate à motifs bordeaux, coiffé et rasé de frais, et bronzé. Il a levé les deux pouces en l'air avant de rentrer dans l'ambassade.
 

Première publication : 19/08/2012

  • WIKILEAKS

    Le cas Julian Assange, un imbroglio entre Londres, Stockholm et Quito

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Pour la Suède, l'asile politique offert à Assange ne change rien à son extradition

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    L'Équateur accorde l'asile politique à Julian Assange

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)