Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

EUROPE

Julian Assange demande aux États-Unis de cesser "la chasse aux sorcières"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/08/2012

Dimanche, depuis le balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres, le fondateur de Wikileaks a prononcé un discours au cours duquel il a remercié ceux qui l'ont aidé et appelé Washington à cesser "la chasse aux sorcières" contre son réseau.

AFP - Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, est apparu pour la première fois publiquement dimanche, sur le balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres, remerciant ceux qui l'ont aidé, notamment ce pays, et demandant aux Etats-Unis de cesser la "chasse aux sorcières" contre son réseau.



M. Assange s'exprimait juste au-dessus de la tête des policiers britanniques qui veulent l'arrêter, depuis un balcon de l'ambassade considéré comme territoire diplomatique. Il a parlé pendant une dizaine de minutes, avant de rentrer dans l'ambassade sans être inquiété.

Il a enjoint le président américain Barack Obama à faire "ce qu'il doit faire", et les Etats-Unis à "cesser la chasse aux sorcières contre WikiLeaks.

Il a aussi longuement remercié les partisans de WikiLeaks, "témoins" qui ont surveillé sa situation, et surtout l'Equateur, un pays qui s'est "levé pour la justice". Il a énuméré aussi toute la liste des pays d'Amérique centrale ou du Sud qui ont fait connaître leur soutien à l'Equateur dans cette affaire, "l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Salvador, le Honduras, le Mexique, le Nicaragua, l'Argentine, le Pérou, le Venezuela et tous les autres".

Il a remercié aussi ses enfants et les a assurés qu'ils seraient "bientôt réunis", ainsi que les habitants des Etats-Unis, du Royaume-Uni ou de Suède qui l'ont soutenu.

Des centaines de personnes, militants et badauds, étaient venus l'écouter. M. Assange est apparu très élégant, chemise bleue et cravate à motifs bordeaux, coiffé et rasé de frais, et bronzé. Il a levé les deux pouces en l'air avant de rentrer dans l'ambassade.
 

Première publication : 19/08/2012

  • WIKILEAKS

    Le cas Julian Assange, un imbroglio entre Londres, Stockholm et Quito

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Pour la Suède, l'asile politique offert à Assange ne change rien à son extradition

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    L'Équateur accorde l'asile politique à Julian Assange

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)