Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 21/08/2012

Kurdistan irakien : le revers du boum économique

Le Kurdistan irakien est présenté comme une région exemplaire au Moyen-Orient en raison de sa stabilité et son développement, grâce notamment à la rente pétrolière. Mais le fossé se creuse entre la population qui jouit de la prospérité et celle qui ne bénéficie pas des fruits de la croissance.

La chaleur de plomb sur l’asphalte pourrait faire croire à un mirage : une voiture luxueuse, d’un blanc immaculé, est garée devant une résidence d’architecte. Décorée de marbre gris, la bâtisse de 600 m2 est en vente à 1, 125 millions d’euros. Nous sommes pourtant bien en Irak, à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan. Rasul, l’agent immobilier de l’Italian Village, précise d’un air de conspirateur : "Nous avons des gens très riches ici, ils ont des millions!"

Le Kurdistan irakien compterait plus exactement 19 milliardaires. La région a connu un boom économique unique au Moyen-Orient, grâce à la sécurité, la rente pétrolière et une politique d’investissements attractive pour les entreprises étrangères. Total, Exxon Mobile, Chevron : près de 2 000 entreprises étrangères sont implantées au Kurdistan irakien.

Himdad, un étudiant de 26 ans au corps sec et au visage sérieux, ne se réjouit pourtant pas de cette Success story kurde. Arpentant les rues du quartier chic surnommé Dollarawa - fait par les dollars -, son humeur s’assombrit : "Les prix des maisons ici sont tellement élevés que seuls les officiels et les riches peuvent se le permettre. Les pauvres n’en ont absolument pas les moyens". Himdad gagne 300 euros par mois grâce à un travail de nuit, l’équivalent du salaire moyen des fonctionnaires. Comme eux, il n’a accès ni aux nouvelles résidences ni aux produits européens vendus dans des galeries aux allures françaises.

Himdad se retire avec ses livres de philo dans une petite cahute qu’il a construite de bric et de broc sur le toit de l’unique pièce qu’il partage avec les 5 membres de sa famille. La jeunesse, plus de la moitié de la population, est née avec l’ouverture du Kurdistan et porte un regard critique sur son fonctionnement. "L’ancienne génération n’est pas consciente des changements dans le monde, elle essaie de garder certaines traditions et habitudes, estime l’étudiant. Nous voulons rompre avec celles qui ne sont bonnes ni pour nous ni pour la société".

L’amertume se transforme même en colère. Dans une région où le taux de croissance était estimé à 8 % l’année dernière, les attentes de la population sont d’autant plus fortes qu’elle a vu une minorité proche du pouvoir s’enrichir démesurément. "Vous avez la rente pétrolière. Les groupes politiques ont cet argent qui représente des milliards et ils les distribuent en fonction de proximité, de copinage, de népotisme, de fratrie", explique Hosham Dawood, un chercheur du CNRS vivant à Erbil. La société kurde voit deux systèmes s’entrechoquer. Celui des anciens chefs peshmergas, centré sur une fidélité inconditionnelle au clan, et celui d’une génération qui aspire à une meilleure répartition des richesses et à une réelle liberté d’expression. Un cocktail explosif dans une région qui disposerait d’un cinquième des ressources pétrolières d’Irak.

Par Claire BILLET

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/06/2016 Première Guerre mondiale

Grande Guerre : quand le nord de la France vivait à l'heure allemande

Pendant la Grande Guerre, 13 départements français ont subi l’occupation allemande. Quatre ans durant lesquels deux millions de Français ont vécu une cohabitation forcée avec les...

En savoir plus

17/06/2016 États-Unis

États-Unis : quand les États du Sud partent en croisade contre Washington

Pour préserver une liberté religieuse qu’ils considèrent menacée, certains États du sud des États-Unis ont adopté un nouvel arsenal législatif. À l'instar du Mississipi, qui...

En savoir plus

09/06/2016 Iran

Vidéo : chroniques iraniennes, un an après l'accord sur le nucléaire

Juillet 2015. L'accord sur le nucléaire iranien a ouvert un nouveau chapitre dans l'histoire des relations entre Téhéran et le reste du monde, notamment avec l'Occident. Une ...

En savoir plus

03/06/2016 Cinéma africain

Nollywood, l'eldorado du cinéma au Nigeria

Le Nigeria peut se targuer de détenir la deuxième industrie cinématographique au monde. Son influence culturelle s'est largement étendue en dehors des frontières de l'Afrique....

En savoir plus

26/05/2016 Ukraine

Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass

Depuis deux ans, l’Ukraine est divisée. Malgré l'instauration de plusieurs trêves, les affrontements se poursuivent dans les régions séparatistes de l'Est entre rebelles...

En savoir plus