Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Les musulmans de Hambourg pourront bientôt fêter l'Aïd à la maison

Texte par Sébastian SEIBT , Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 20/08/2012

Hambourg va devenir la première ville d’Allemagne à accorder à ses administrés musulmans des jours fériés prévus dans leur calendrier religieux. Une décision saluée par la grande majorité de la classe politique locale.

Pour le maire de Hambourg, la mesure s’imposait comme une "évidence". Au nom du principe d’égalité, Olaf Scholz a souhaité que ses administrés musulmans puissent bénéficier de jours fériés selon leur calendrier religieux, au même titre que les catholiques, les protestants et les juifs. Une mesure loin d’être anecdotique car la ville du nord de l’Allemagne compte en son sein quelque 180 000 musulmans, dont 50 000 alévistes. L'alévisme se classe dans la tradition soufie et est une branche hétérodoxe de l'islam qui constitue la deuxième religion en Turquie après le sunnisme.

Les fidèles peuvent ainsi chômer ou ne pas envoyer leur enfant à l’école à certaines dates du calendrier comme le jour de l’Aïd el- Fitr ou de l'Achoura, sans avoir besoin de fournir de quelconques justifications, à condition qu'ils rattrapent ensuite les heures non effectuées. La décision, qui a été officiellement actée le 14 août, pourrait entrer en vigueur dès l’automne prochain si le Parlement de la ville adopte le texte de loi.

"C’est une véritable avancée pour notre communauté"

Outre la possibilité de pratiquer certains rites funéraires musulmans, l’accord prévoit la possibilité pour les élèves de confession musulmane de suivre des cours sur leur religion. L'Allemagne n'étant pas un pays laïc, des cours de religion facultatifs sont dispensés dans les établissements scolaires publics. Pour Ali Dogan, secrétaire général de la communauté des alévis de Hambourg qui a participé aux négociations, "cette convention d’État nous permet à nous membres de l’alévisme d’étudier notre religion. Même en Turquie, notre pays d’origine, cela ne nous a pas été autorisé. C’est une véritable avancée pour notre communauté". La ville-État allemande exige en contrepartie une acceptation sans réserve des règles de l'État de droit allemand, notamment les principes de la loi fondamentale comme l'égalité de traitement entre les hommes et les femmes.

Il aura fallu cinq ans de réflexion pour qu’émerge un accord entre Hambourg et les quatre principales organisations musulmanes de la ville. La durée de la mise en œuvre de la mesure tient moins à des réticences religieuses qu’à des difficultés d’ordre administratif.

La décision a en effet soulevé très peu de critiques. La CDU, le parti d’opposition à Hambourg, ainsi les Églises catholiques et protestantes ont même accueilli avec enthousiasme la convention d’Etat. L’affaire aurait pu faire grand bruit au regard de la polémique qu’avait provoqué en avril Volker Kauder, le chef du groupe parlementaire de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), en affirmant que l’islam ne faisait pas partie de la culture allemande. Il faut dire que la mesure est un simple accord de principe qui ne requiert pas de financement public. "Nous ne sommes pas encore tout à fait au niveau des catholiques et des juifs qui perçoivent des aides de l’État, affirme Ali Dogan à FRANCE 24. C’est d’ailleurs en partie pour cela que la décision a été plutôt bien accueillie par les Allemands."

Vers une extension de la mesure ?

Les membres de la communauté musulmane de Hambourg ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. "La prochaine étape serait d’obtenir le même statut que les catholiques et les protestants en ce qui concerne le prélèvement de l’impôt cultuel", affirme Ali Dogan. En Allemagne, un catholique ou un protestant doit payer l'impôt de son Église et son employeur en fait le prélèvement sur son salaire. Il ne peut s'en libérer qu'en renonçant officiellement à son appartenance religieuse et, du même coup, à certains services fournis par l'Église qu'il quitte.

Cette petite victoire locale donne de grands espoirs à tous les musulmans allemands. Si la décision ne se cantonne pour le moment qu’à la ville de Hambourg - qui fait partie des quelques cités-Etat allemandes, avec Berlin et Brême, à posséder sa propre souveraineté -, les musulmans espèrent que la mesure conquerra prochainement de nouveaux territoires germaniques. Ali Dogan assure d'ailleurs que le Länder de Bade-Wurtemberg a récemment pris contact dans ce sens avec son association.

Première publication : 20/08/2012

  • ALLEMAGNE

    L'interdiction de la circoncision provoque l'embarras en Allemagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)