Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

Amériques

Washington saisit 150 millions de dollars à des établissements financiers libanais liés au Hezbollah

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/08/2012

Washington a annoncé ce lundi la saisie de 150 millions de dollars à des établissements financiers libanais, dont la Banque Libano-Canadienne, accusés de blanchiment d'argent au profit du Hezbollah et en lien avec un trafic de drogue.

AFP - Les autorités américaines ont annoncé lundi la saisie de 150 millions de dollars dans une procédure visant des établissements libanais accusés de blanchiment d'argent au profit du Hezbollah, en liaison avec un trafic de drogue.

"Comme nous l'avons dit l'an dernier, la Banque Libano-Canadienne a joué un rôle majeur pour faciliter le blanchiment d'argent pour des organisations contrôlées par le Hezbollah à travers le monde", a précisé l'administratrice de la Drug Enforcement administration (DEA) Michele Leonhardt en annonçant cette saisie dans un communiqué conjoint avec le procureur fédéral de Manhattan.

Les autorités américaines avaient annoncé en décembre dernier avoir porté plainte au civil contre des établissements financiers libanais accusés d'avoir aidé au blanchiment de plusieurs centaines de millions de dollars pour le Hezbollah, via les Etats-Unis et l'Afrique, en lien avec un trafic de drogue.

Cette plainte visait notamment l'ancienne Banque Libano-Canadienne (BLC) et deux autres établissements basés au Liban, la compagnie de change Hassan Ayash et Ellissa Holding.

Le Hezbollah libanais avait à l'époque réfuté ces accusations, affirmant qu'elles ne visaient qu'à "salir" son image. "Les accusations relayées par l'administration américaine contre le Hezbollah concernant le financement de ses activités par des voies illégales ne sont qu'une tentative de (...) salir l'image de la résistance", avait-il alors réagi.

Selon les autorités américaines, l'argent était viré depuis le Liban jusqu'aux Etats-Unis, où il servait à acheter des voitures d'occasion qui étaient ensuite acheminées en Afrique, principalement à Cotonou, au Bénin, où elles étaient revendues sur des parkings, dont l'un appartenait à Ellissa Holding, selon le procureur de Manhattan.

Selon les autorités américaines, entre environ janvier 2007 et début 2011, au moins 329 millions de dollars ont été transférés par virement à partir de la BLC (bien la BLC) et d’autres institutions financières vers les Etats-Unis.

"Il n’y a pas d’allégations de méfaits contre la Banque Libano-Française (BLF), la la Société Générale de Banque au Liban (SGBL) ni contre la banque US qui gère le compte correspondant de la BLF aux Etats-Unis", ajoutent les autorités.

L'argent retiré de la vente des voitures ainsi que d'opérations de trafic de drogue était ensuite renvoyé au Liban par un système complexe de blanchiment contrôlé par le Hezbollah, selon les autorités américaines.

La BLC a "joué un rôle majeur dans ces dispositifs de blanchiment, et fait des affaires avec un certain nombre d'entités liées au Hezbollah" affirme le communiqué.

L'argent saisi l'a été sur un compte utilisé par la Banque Libano-Française dans une banque américaine, ont précisé les autorités américaines.

Le Hezbollah, fer de lance de la résistance anti-israélienne au Liban, est classé sur la liste américaine des organisations terroristes.

 

Première publication : 20/08/2012

  • SYRIE

    Une actrice syrienne dénonce le soutien du Hezbollah au régime

    En savoir plus

  • LIBAN

    Le Hezbollah dément toute implication dans l'attentat contre les Casques bleus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)